Dans un entretien à la presse régionale, Emmanuel Macron précise son « nouveau chemin » mais pas le sort d’Edouard Philippe – Le Monde

Spread the love
Emmanuel Macron, à Nouakchott (Mauritanie), le 30 juin.

Tourner une page pour en ouvrir une autre. Alors que la France est sortie, selon lui, de « la phase la plus aiguë » de la crise sanitaire, Emmanuel Macron présente les grandes lignes du « nouveau chemin » qu’il entend emprunter pour relancer le pays et la fin de son quinquennat, dans un entretien à la presse régionale, publié vendredi 3 juillet. « La rentrée sera très dure, il faut nous y préparer », avertit d’emblée le chef de l’Etat, en indiquant que sa priorité « à court terme » consiste à « sauver les emplois ». Au-delà, son fil rouge sera « la reconstruction économique, sociale et environnementale » du pays, jusqu’à l’élection présidentielle de 2022.

Lire aussi Macron annonce une « rentrée difficile » et veut relancer la réforme des retraites

Plus de trois mois après avoir déclaré « la guerre » au coronavirus, le locataire de l’Elysée évoque désormais un « effort de reconstruction », avec trois chantiers prioritaires. Le premier concerne « le Ségur de la santé ». Critiquant « des années de gestion budgétaire trop court-termiste », M. Macron confirme « un investissement massif et durable » dans le système de santé. Il promet en outre des hausses de rémunérations « de plusieurs centaines d’euros » pour le personnel. Alors que les discussions se poursuivent en vue d’un accord, le ministre de la santé Olivier Véran a pour l’instant proposé une enveloppe de sept milliards d’euros pour améliorer le sort de ceux qui se sont retrouvés en première ligne face à l’épidémie.

Les deux autres dossiers prioritaires concernent « le grand âge », avec un projet de loi attendu sur la prise en charge de la dépendance dans les mois à venir, et la « jeunesse » que le président de la République considère comme « la première victime de la crise ». Pour éviter d’avoir une « génération sacrifiée », il s’engage à « ne laisser aucun jeune sans solution », notamment en instaurant « des incitations financières à l’embauche ».

L’égalité des chances, autre chantier « essentiel »

Alors que des manifestations contre le racisme et les violences policières se sont multipliées en France ces dernières semaines, M. Macron confirme également l’ouverture d’un autre chantier, jugé « essentiel » : celui de l’égalité des chances, sur lequel il estime « ne pas avoir été assez loin ». « On le voit quand une partie de notre jeunesse nous dit “Quand on a telle couleur de peau ou tel prénom, on n’a pas la même place dans la République” », souligne-t-il.

Il vous reste 63.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply