Cybersécurité : Macron promet « 1 500 cyberpatrouilleurs »

Spread the love
Cybersécurité : Macron promet « 1 500 cyberpatrouilleurs »

Ce n’est pas officiellement une promesse de campagne, mais ça commence à sérieusement y ressembler. En déplacement à Nice sur le site du futur hôtel des polices, Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces relatives à la sécurité et aux forces de l’ordre. Et parmi ces annonces, le président de la République a accordé une place particulière à la question de la cybersécurité, alors que les attaques informatiques et escroqueries se sont multipliées au cours des dernières années.

Le président Macron entend donc renforcer les effectifs, notamment via le recrutement de 1 500 « cyberpatrouilleurs » sur les prochaines années. Le terme n’est pas très clair, mais le président semble vouloir renforcer les effectifs de la Gendarmerie et de la Police en matière d’experts cyber, en faisant notamment appel à des réservistes. Le rôle exact de ces « cyberpatrouilleurs » n’a pas été détaillé.

Pour soutenir cet effort sur le recrutement, Emmanuel Macron entend également donner un coup de pouce à la formation des forces de l’ordre face aux sujets de criminalité numérique. Ainsi, l’exécutif souhaite créer une école de formation cyber au sein du ministère de l’Intérieur, afin de former les policiers et les gendarmes sur ces sujets.

publicité

Un 17 du cybercrime

Autre annonce faite à l’occasion de ce déplacement par le président, la mise en place d’un équivalent numérique du numéro d’appel 17, afin de signaler des attaques cyber et de mettre les victimes en relation avec un opérateur spécialisé.

La formulation est là aussi assez floue : on ne sait pas s’il s’agira effectivement d’une ligne téléphonique ou d’un service en ligne. Dans le premier cas de figure, on doit encore savoir qui répondra aux coups de fil. Dans le second, on peut rappeler que c’est déjà le rôle dévolu depuis 2017 à la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, qui propose une plateforme permettant de signaler des attaques informatiques et d’être redirigé vers des prestataires commerciaux capables de répondre au problème.

Enfin, le président de la République a également promis un investissement d’un milliard d’euros sur cinq ans pour le budget de la sécurité, une manne dont les efforts en matière de lutte contre la cybercriminalité pourront profiter.

Leave a Reply