Cryptophilie ou nécrophilie ? Ils veulent exhumer un corps pour retrouver leur cryptomonnaie

Spread the love

Cryptophilie ou nécrophilie ? Ils veulent exhumer un corps pour retrouver leur cryptomonnaie

L’ancien PDG de Quadriga CX, Gerald Cotten, est décédé subitement, emportant avec lui les clés nécessaires pour accéder aux fonds de cryptomonnaie appartenant aux investisseurs. Les investisseurs, qui revendiquent des millions de dollars bloqués, ont demandé que le corps de l’ancien PDG de l’entreprise soit exhumé, afin de confirmer son décès.

Le décès de Cotten a fait la Une en février lorsqu’il est apparu que l’ancien dirigeant était le seul à posséder les mots de passe nécessaires pour accéder aux portefeuilles de Quadriga CX, contenant environ 250 millions de dollars en cryptomonnaie.

publicité

Liquidation

Après le décès de l’homme survenu en Inde, les actifs ont été déclarés perdus, et plus tard à l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire.

« Nous n’avons pas pris cette décision à la légère », a déclaré Quadriga CX. « Nous avons travaillé d’arrache-pied pour régler nos problèmes de liquidité, notamment en plaçant nos importantes réserves de devises dans des “cold wallets”, afin de pouvoir redistribuer aux clients le solde de cryptomonnaie présent sur leur compte, tout en faisant appel à une institution financière pour accepter les traites bancaires qui nous ont été transférées. Malheureusement, ces efforts n’ont pas été suffisants. »

L’entreprise a pu poursuivre ses activités pendant plusieurs semaines après la mort de son directeur exécutif, mais une fois la nouvelle rendue publique par sa veuve, Jennifer Robertson, les activités de la bourse se sont rapidement effondrées. Ernst & Young supervise actuellement les procédures de liquidation.

Les cold wallets n’étaient accessibles que par l’ordinateur portable de Cotten et, malgré les nombreuses tentatives pour y accéder – y compris l’embauche de spécialistes externes en informatique ainsi qu’une recherche approfondie d’une copie papier des codes d’accès – aucune n’a porté ses fruits.

Théories du complot

Sur Reddit, les échanges sur la cryptomonnaie sont remplis de théories du complot. Certains ne croient pas du tout à la mort du PDG, suggérant que Cotten est bien vivant et en train de profiter des produits d’une arnaque.

Les investisseurs exigent donc désormais des preuves concrètes de son décès. Dans une lettre datée du 13 décembre, les représentants des utilisateurs ayant perdu l’accès à leur cryptomonnaie ont demandé que la Police montée royale canadienne (RCMP) procède à une exhumation du corps.

Aucune autopsie n’a été demandée au moment de la mort de Cotten. Aujourd’hui, un examen post-mortem est exigé pour confirmer que le corps appartient bien à Cotten, décédé à l’âge de 30 ans, ainsi que la cause de son décès.

Contrainte de temps

L’avocat insiste sur la nécessité de ces procédures, « étant données les circonstances douteuses entourant le décès de M. Cotten et préjudices importants causés pour les utilisateurs ». La lettre ajoute qu’il y a un besoin de connaître la vérité sur la mort de l’individu.

L’équipe juridique espère que l’exhumation et l’autopsie pourront être terminées au début de l’année 2020, note le New York Times. Les avocats insistent sur l’importance du temps qui passe, citant les « craintes de décomposition du corps ». Un des avocats de Jennifer Robertson a argué que la veuve avait eu le cœur brisé en apprenant cette demande.

Un contexte douteux

En juin, le FBI a demandé aux anciens utilisateurs de QuadrigaCX de remplir un questionnaire, dans le cadre d’une enquête menée par l’Internal Revenue Service Criminal Investigation (IRS-CI), le bureau du procureur de Columbia et le département de la justice.

Un rapport d’Ernst & Young sur le fonctionnement financier de Quadriga CX a également soulevé des questions troublantes. L’infrastructure de la société de cryptomonnaie était « très déficiente », M. Cotten « n’ayant pas réussi à s’assurer que des procédures de sauvegarde adéquates soient mises en place pour transférer les mots de passe et autres données importantes aux autres représentants de la société si un événement critique se produisait. » Ernst & Young n’a pas non plus été en mesure de trouver des documents comptables ou administratifs basiques séparant les fonds de la société et ceux des investisseurs.

Le mois dernier, la plateforme de trading de cryptomonnaie Upbit révélait le vol de 48,5 millions de dollars d’Ethereum (ETH) dans le “hot wallet” de l’organisation. Upbit s’est engagé à couvrir les fonds volés, et après la suspension des transactions pendant plusieurs semaines, le service a repris un cours normal.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply