Cryptomonnaie : une escroquerie à 2 milliards $ sur une plateforme révélée

Spread the love

Situation très confuse en Turquie, où l’une des principales plateformes d’achat de cryptomonnaies, appelée Thodex, pourrait être la cible d’une gigantesque affaire d’escroquerie. 390 000 clients estimés n’ont plus accès à leur compte de jetons numériques, et il n’est pas possible pour eux d’en récupérer les fonds, rapportent Reuters et Bloomberg.

Au centre des attentions, le fondateur de la plateforme Faruk Fatih Ozer, 27 ans, qui aurait fui la Turquie par la voie aérienne mardi dernier. Selon les autorités et les médias locaux, l’homme aurait volé l’intégralité des fonds des clients, une bagatelle de 2 milliards de dollars estimée. Sur le site de la plateforme, ses équipes se dépêchent pour rassurer les clients tout en avançant une version différente des faits ayant entraîné cette situation.

Deux versions des faits et un PDG en fuite

L’agence de presse Demiroren a rapporté que Faruk Fatih Ozer serait actuellement en Albanie. Son ancien compte Twitter a été supprimé avant qu’un nouveau fasse son apparition ces dernières heures avec une déclaration « officielle » du PDG de Thodex. Dans celle-ci, il reconnaissait ses difficultés financières actuelles. Il écrivait :

« J’ai donc décidé de rester en vie et de me battre, de travailler et de vous rembourser mes dettes […] Le jour où je rembourserai toute ma dette, je retournerai dans mon pays et me livrerai à la justice. » Faruk Fatih Ozer via Twitter.

La police a procédé à une perquisition des bureaux de la société à Istanbul. Depuis le début des problèmes mardi, Thodex présente une version bien différente de la situation. Sur la plateforme, les clients apprennent ainsi que « les informations négatives publiées dans la presse ne reflètent pas la réalité ».

La plateforme d’achat de cryptomonnaie avance aussi qu’un partenariat « non spécifié » aurait été réalisé ces derniers jours et serait la cause des problèmes actuels, pour « environ 30 000 clients touchés » sur les 390 000 clients actifs que compte la plateforme.

Thodex se serait fait approcher « par des banques de renom et des fonds », pour une proposition de partenariat qui aurait suscité la pause des transactions pour une durée de plusieurs jours. L’excuse est difficilement écoutée par les clients qui n’ont reçu aucun avertissement plus tôt. En vue de la volatilité des cryptomonnaies et l’inflation de la monnaie locale, un tel arrêt des opérations est juste impensable.

Thodex cryptomonnaies

La page d’accueil du site de Thodex ne permet plus de se connecter à son compte © Thodex

Une inflation en plein boom, une politique anti-crypto

Thodex n’est pas la première plateforme d’échange pour cryptomonnaie en Turquie. Son nombre d’utilisateurs en reste conséquent alors que de plus en plus de particuliers ouvrent un compte pour acheter des actifs numériques et espérer protéger leurs économies d’une inflation en plein boom.

Comme le rappelait Bloomberg, la Turquie a connu un mois de mars marqué par une hausse des prix de 16,2 % sans compensation financière. Une part de plus en plus large de personnes souhaite ainsi acheter des jetons numériques pour espérer pouvoir faire travailler leur économie et ne pas souffrir de la situation économique.

La livre turque n’est pas en reste, et perdait de sa valeur face au dollar américain pour la neuvième année consécutive. Rien qu’au premier trimestre, en 2021, son cours s’est encore dévalué de 10 %.

En parallèle à cette envolée de la popularité des actifs numériques, l’État est quant à lui bien plus sévère. Sur le sujet des cryptomonnaies, dès le 30 avril prochain, une nouvelle loi interdira l’utilisation de jetons numériques dans les paiements. Un premier pas vers une régulation anti-Bitcoin et autres altcoins.

Peu importe la suite de la mésaventure pour les clients de Thodex, le gouvernement a déjà fait part de son intention de redoubler d’efforts pour serrer la vis. Le principal conseiller économique d’Erdogan a dit à Bloomberg que le gouvernement turc agira « dès que possible », en ajoutant que « la Turquie mènera sans aucun doute une réglementation en phase avec son économie, mais aussi en suivant les évolutions mondiales ».

Le(s) mystère(s) Dogecoin

Terminons sur un point mystérieux de cette affaire. La semaine dernière, le Dogecoin ($DOGE) voyait son cours exploser et son volume dépasser celui de l’Ether sur différents créneaux de 24 heures. Sur l’exchange de Thodex, des premiers soupçons de trouble naissaient sur Twitter.

« Avez-vous remarqué sur la plateforme Thodex ? Ils vendent Doge 30 % moins cher que le prix du marché, et ils ne vous permettent pas de les récupérer si vous souhaitez les revendre. Il semble que ce soit une stratégie de fuite ? Est-ce que tout cela coïncide avec l’envolée du Dogecoin ? Thodex a échangé plus de 500 millions de dollars en 24 heures », se questionnait un utilisateur sur Twitter, le 17 avril dernier.

La plateforme a effectivement fait tache dans l’actualité crypto en affichant un prix bien différent sur sa paire DOGE/TRY (le jeton de Thodex). Au résultat, un volume exceptionnel de transactions a été enregistré sur le service, pour 500 millions de dollars d’opération sur une seule journée.

Au mois de mars, dans le but d’accélérer son acquisition de nouveaux clients, Thodex proposait aussi d’obtenir des jetons de Dogecoin gratuits pour l’ouverture d’un compte et d’une première opération d’achat. Sur son site, il était alors indiqué que 4 millions de DOGE avaient été distribués aux clients. Cela dit, une fois fois encore, une part importante avait déclaré que la plateforme n’avait pas tenu ses promesses.

Leave a Reply