Crise des sous-marins : la France obtient le soutien symbolique des Européens – Le Monde

Spread the love
Jean-Yves Le Drian, lors d’une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 20 septembre 2021.

La réunion des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne (UE) était d’abord prévue pour tirer les leçons du fiasco afghan. Jean-Yves Le Drian en a profité, lundi 20 septembre, à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU), pour revenir sur la brouille du moment avec les Etats-Unis, après l’annonce de l’alliance stratégique Aukus entre Washington, Londres et Canberra, et son corrollaire, l’annulation de la vente de sous-marins de technologie française à l’Australie au profit de bâtiments à propulsion nucléaire américains. Paris a tenté d’obtenir le soutien le plus large possible des Vingt-Sept, alors que ses partenaires européens se sont montrés plutôt discrets ces derniers jours après l’affront infligé par l’administration Biden.

Lire aussi : Comment les Etats-Unis ont laissé la France dans l’obscurité

« Nous exprimons notre claire solidarité avec la France , a résumé Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les relations extérieures, à l’issue de la rencontre. Ce n’est pas une affaire bilatérale mais cela affecte l’UE dans sa totalité. » De quoi satisfaire Paris, même si ce soutien est surtout symbolique, car dépourvu de tout geste concret, et très loin, dans la forme, du ton incendiaire employé par M. Le Drian pour dénoncer « la duplicité et la tromperie » à l’origine de l’alliance Aukus.

Depuis l’annonce de Joe Biden, le 15 septembre, la France avait été jusqu’ici seule à s’insurger publiquement contre le traitement qui lui était infligé. Si le président du Parlement européen, David Sassoli, hospitalisé pour une pneumonie, est resté silencieux, ses deux homologues à la Commission – Ursula von der Leyen – et au Conseil – Charles Michel – se sont enfin exprimés lundi 20 septembre, également depuis New York.

Epreuve de force diplomatique

Dans un entretien donné à la chaîne CNN, l’ancienne ministre d’Angela Merkel, qui s’était entretenue du sujet avec Emmanuel Macron vendredi, est restée prudente. « L’un de nos Etats membres a été traité d’une manière inacceptable. Nous voulons savoir ce qui s’est passé et pourquoi » avant de « revenir au business as usual », a-t-elle déclaré. L’ex-premier ministre belge, qui a également échangé avec le président français dimanche, s’est, pour sa part, montré un peu plus offensif : lors d’un échange avec des journalistes à New-York lundi, il a évoqué « un manque de loyauté et de transparence » de la part des Etats-Unis. « Il nous faudra avoir une explication franche » avec Washington, a-t-il poursuivi.

Il vous reste 61.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply