Covid : Omicron, vaccin “spécial variant”, 6e vague et pass vaccinal… À quoi va ressembler l’épidémie en 202 – Midi Libre

Spread the love

Omicron va s’implanter durablement et prendre le dessus sur Delta dès les premières semaines de 2022. Face à ce nouveau variant, le conseil scientifique se projette pour les mois à venir sur la situation sanitaire dans le pays et partage l’évolution de la pandémie en France à l’horizon de l’été prochain.

Omicron rebat les cartes alors que l’année 2022 n’a pas encore démarré. Si les premières données concernant ce variant sont plutôt encourageantes, notamment en raison de sa dangerosité plus faible, il n’en reste pas moins beaucoup plus contagieux que le variant Delta, ce dernier étant responsable de la cinquième vague en France.

Aussi, l’installation d’Omicron dans le pays est inéluctable et les perspectives pour 2022 se précisent. Plusieurs scientifiques ont d’ailleurs évoqué différents types de scénarios, d’un Covid-19 hors de contrôle à un simple virus saisonnier. Le conseil scientifique a, quant à lui, partagé ses projections à court et moyen terme pour l’année à venir, dans son dernier avis du 17 décembre.

Quelle situation en janvier 2022 ? 

Selon les scientifiques, le premier point sur lequel le gouvernement devra trancher repose sur l’isolement des personnes “compte tenu de la transmissibilité très élevée du variant Omicron”. Sans préciser si ce dernier doit être plus drastique ou au contraire moins contraignant. Le contrôle aux frontières peut aussi être durci.

Cette question pourrait être tranchée ce lundi 27 décembre à l’occasion d’un conseil de défense exceptionnel. On devrait ainsi se diriger vers un isolement plus court afin d’éviter une “désorganisation de la société” en raison des arrêts maladie à tout vas à cause des contaminations. Il y en a eu plus de 100 000 le jour de Noël, un record absolu depuis le début de la pandémie en France.

Mais malgré l’isolement, le conseil scientifique prévoit une 6e vague dès janvier. Elle sera “due au variant Omicron s’installera rapidement et poursuivra sans vrai répit la 5ème vague liée au variant Delta. Cette situation pourrait mettre en grande tension le système de soins à partir de la mi-janvier pour une période de plusieurs semaines”, peut-on lire.

C’est dans les prochaines semaines qu’il faudra à tout prix réduire la propagation d’Omicron et prendre exemple chez nos voisins (Royaume-Uni, Norvège, Danemark) touchés plus tôt par le variant. Les Pays-Bas ont ainsi décrété un nouveau confinement, jusqu’au 14 janvier. Une mesure radicale qui pourrait toucher le pays une quatrième fois ? 

Enfin, c’est en janvier qu’il faudra miser à tout prix sur la dose de rappel et forcer encore plus les non-vaccinés à franchir le pas. La mise en place du pass vaccinal pourrait ainsi accélérer le processus.

Et au cours du premier semestre 2022 ? 

Janvier passé, les vagues Delta et Omicron vont s’installer durablement à l’hôpital et se feront “sentir sur le système hospitalier tout au long du premier trimestre 2022, et peut-être au-delà.” indique le conseil scientifique avant de voir la lumière au bout du tunnel fin mars “Après cette période difficile, la situation épidémiologique devrait s’améliorer par la suite, notamment avec l’arrivée du printemps.”

C’est à ce moment-là que la notion d’immunité collective devrait s’inviter en France. “Chacune des vagues s’accompagne d’une immunisation des personnes, que ce soit par infection naturelle, ou au travers des programmes de rappel vaccinal qui l’accompagnent. C’est ainsi que se construit notre immunité individuelle, et l’immunité populationnelle“, indiquent les scientifiques.

L’objectif ne sera alors plus d’éliminer le virus car il continuera à circuler mais de se concentrer sur les formes graves du Covid-19. L’impact sociétal du virus deviendra alors “moins important avec le temps”. Les doses de rappel pourraient alors concerner uniquement les personnes les plus fragiles. Un peu comme la grippe.

De nouveaux vaccins “spécial variant”

Le conseil scientifique voit dans les mois à venir le développement de nouveaux vaccins “spécifiquement dirigés contre les variants“. Administrés en dose de rappel, ils “vont améliorer la qualité et le champ de la réponse immunitaire, et couvrir un nombre plus large de variants“, à l’horizon de l’été 2022.

À ces nouvelles armes, “de nouveaux traitements plus maniables et efficaces, et notamment des antiviraux par voie orale, devraient devenir disponibles au premier trimestre 2022, en particulier le PAXLOVID, inhibiteur de protéase de Pfizer”, ajoute le dernier avis.

Enfin, et même si l’émergence du variant Omicron montre que le virus peut continuer d’évoluer hors de notre champ de surveillance, la population mondiale sera mieux protégée contre les formes graves notamment grâce à la vaccination. Associée au développement de nouveaux traitements, la prise en charge des patients sera meilleure.

Le conseil scientifique conclut ses projections par une participation des pays riches à “l’effort collectif de la vaccination de l’ensemble de la planète” afin de limiter l’impact du Covid-19 chez les plus faibles, et les plus démunis.

Leave a Reply