Covid-19 : un décret fixe la liste des contre-indications à la vaccination, permettant d’être exempté de pass – franceinfo

Spread the love

À partir de lundi, le pass sanitaire sera exigé à l’entrée de nouveaux lieux. Il y a plusieurs moyens de l’obtenir, mais personne ne pourra s’en passer, à une exception : les personnes pour lesquelles la vaccination contre le Covid-19 est contre-indiquée. Déjà esquissée par le gouvernement en juillet, la liste des contre-indications médicales admises a été fixée officiellement par un décret publié au Journal officiel dimanche 8 août. Et elle n’est pas longue.

Certaines allergies très spécifiques sont considérées comme faisant obstacle à la vaccination : les allergies à un des composants des vaccins, “en particulier polyéthylène-glycols et par risque d’allergie croisée aux polysorbates”. Elle doit être “documentée” au moyen d’un avis d’un allergologue. A l’Assemblée nationale, en juillet, Olivier Véran avait estimé que ce cas de figure concernait “à peu près dix personnes dans notre pays”.

Avoir un jour fait une réaction allergique à un vaccin contre une autre pathologie que le Covid-19 n’est donc pas considéré comme une contre-indication, leur composition étant différente.

Les personnes ayant fait “une réaction anapylaxique au moins de grade 2” après avoir reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19 sont aussi considérées comme ayant une contre-indication, là encore à condition qu’une “expertise allergologique” ait établi cette réaction.

Plus largement, la contre-indication concerne toutes les personnes chez qui s’est déclaré un effet secondaire “d’intensité sévère ou grave” après la première dose de vaccin, par exemple une myocardite ou un syndrome de Guillain-Barré. L’effet secondaire doit avoir été “attribué à la première dose de vaccin” à l’issue d’une “concertation médicale pluridisciplinaire”.

La vaccination est aussi contre-indiquée pour les enfants ayant déclaré un syndrome inflammatoire multi systémique pédiatrique (PIMS) après une contamination par le virus. Ainsi que pour les personnes ayant déjà été victimes du syndrome de fuite capillaire.

Enfin, le décret mentionne deux contre-indications temporaires, pour les personnes traitées par anticorps monoclonaux contre le Covid-19 et pour les personnes ayant subi des myocardites ou des péricardites avant d’avoir reçu une première dose de vaccin, si elles sont “toujours évolutives”.

Tous les cas de figure absents de cette liste ne seront donc pas considérés comme des contre-indications à la vaccination, et ne dispenseront donc pas de la présentation du pass sanitaire là où il est demandé, ni de la vaccination obligatoire dans certaines professions.

C’est notamment le cas pour les femmes enceintes se trouvant dans le premier trimestre de leur grossesse. Longtemps, les autorités de santé françaises leur recommandaient pourtant d’attendre le deuxième trimestre pour se faire vacciner, par manque de données sur le vaccin chez cette catégorie de patientes. Mais la Haute autorité de Santé avait précisé en mars que la vaccination n’était pas pour autant contre-indiquée dans ce cas de figure. Ce qu’avait réitéré Olivier Véran en juillet.

Leave a Reply