Covid-19 : trois malades transférés de Martinique en Ile-de-France – Le Monde

Spread the love

Un avion médicalisé transportant trois malades du Covid-19 en réanimation a atterri dans la nuit de samedi à dimanche en métropole, en provenance de la Martinique. Deux hommes de 53 et de 61 ans, ainsi qu’une femme de 51 ans, souffrant de formes sévères du Covid-19, ont été pris en charge dans des établissement franciliens de l’AP-HP, selon la Direction générale de la santé. L’avion, un Falcon affrété par la société ISOS de rapatriement sanitaire, avait quitté Fort-de-France samedi matin.

En Martinique, placée en état d’urgence sanitaire comme l’île de La Réunion depuis le 13 juillet, un reconfinement est en œuvre depuis vendredi, 19 heures, pour une durée d’au moins trois semaines. Une cinquantaine de militaires du service de santé des armées et du régiment médical de l’Armée de terre vont également être rapidement déployés au CHU de Fort-de-France.

  • 50 millions de visiteurs étrangers attendus en France cet été

La France espère recevoir, cet été, 50 millions de visiteurs étrangers, « contre 35 millions l’an passé et 90 millions en 2019. L’été est donc porteur d’espoir », affirme le secrétaire d’Etat chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, dans un entretien au Journal du dimanche. Ces touristes viennent essentiellement d’Europe, ce sont « des Allemands, des Néerlandais, des Belges En revanche, les Britanniques, comme l’été dernier, viennent moins, parce que leur gouvernement a mis en place une stricte quatorzaine à leur retour », détaille-t-il.

La clientèle internationale « lointaine » devrait, pour sa part, rester encore largement absente, souligne M. Lemoyne. « Quelques Américains reviennent depuis juin, mais on ne reverra pas les touristes asiatiques avant 2022. » Nombre de Français devraient eux aussi choisir de passer leurs vacances en France. « En 2020, 94 % des Français qui sont partis en vacances avaient fait le choix de la France. Cette année, ils sont déjà 80 %. Et avec la survenue de la quatrième vague aux quatre coins du monde, beaucoup choisissent, finalement, de redécouvrir nos territoires. Ils seront sans doute autour de 85 % », précise le secrétaire d’Etat.

Pour les Français expatriés souhaitant revenir sur le sol national, il sera nécessaire de déposer une demande pour obtention du passe sanitaire. M. Lemoyne a toutefois prévenu que la diffusion de celui-ci ne serait pas forcément synonyme d’une levée généralisée des restrictions sanitaires.

  • Le passe sanitaire sera obligatoire pour reprendre la pratique du football dans un club

Les compétitions nationales chez les amateurs débuteront en août. Pour les championnats régionaux et départementaux, arrêtés la saison passée dès octobre face à la pandémie due au Covid-19, la Fédération française de football (FFF) prévoit une rentrée « courant septembre ». « Cette reprise attendue est rendue possible par la mise en place du passe sanitaire dès les premiers entraînements et matchs de la saison », a expliqué l’instance.

« Le passe sanitaire sera requis pour pouvoir jouer au football et accéder aux vestiaires ainsi qu’aux tribunes avant chaque entraînement ou chaque match de compétition », a-t-elle précisé, en rappelant que cette mesure s’applique aussi aux autres fédérations sportives. La FFF a annoncé que la mise en place du passe sanitaire pour les jeunes joueurs, âgés entre 12 et 17 ans, est prévue le 30 septembre. Les moins de 12 ans en sont exemptés.

« Nous sommes conscients que le passe sanitaire est une contrainte supplémentaire pour nos licenciés et nos clubs. Mais cette mesure apparaît aujourd’hui comme la solution la plus sûre pour reprendre le football en protégeant au mieux nos pratiquants et pratiquantes. Leur santé est notre priorité », a déclaré le président de la FFF, Noël Le Graët, cité dans le communiqué.

Lire aussi Covid-19 en France : le nombre de tests pratiqués bondit de 50 % avec l’entrée en vigueur du passe sanitaire
  • En Occitanie, les hospitalisations multipliées par dix en un mois

La situation se détériore. Le nombre de patients atteints du Covid-19 à l’hôpital et en soins intensifs a progressé samedi, selon les chiffres publiés par Santé publique France. Les services de soins critiques, qui accueillent les cas les plus graves, comptaient, samedi, 1 099 patients contre 1 072 la veille et 878 il y a sept jours. Le nombre de personnes hospitalisées est aussi légèrement monté à 7 409 malades contre 7 363 vendredi, dont 467 admis ces dernières vingt-quatre heures.

En Occitanie, les nouvelles hospitalisations dues au Covid-19 ont été multipliées par plus de dix en moins d’un mois, alerte l’agence régionale de santé (ARS) qui lance un « appel d’urgence à la population » pour « ralentir le rythme de l’épidémie ». Les nouvelles hospitalisations sont passées de 30, à la fin du mois de juin, à plus de 300 cette semaine, et les entrées en soins critiques et en réanimation sont passées de moins de 10 à plus de 90 à la même période, précise l’ARS dans un communiqué. « La part des patients Covid en réanimation dépasse désormais 21 % alors que notre région, très touristique, connaît une très forte activité non-Covid en réanimation », poursuit l’agence.

D’autre part, le taux d’incidence atteint près de 420 cas pour 100 000 habitants (+ 41 % en une semaine), c’est-à-dire « plus de huit fois le seuil d’alerte ». Les départements les plus touchés, l’Hérault et les Pyrénées-Orientales se situent autour de 600.

Lire aussi Covid-19 : Olivier Véran redoute une nouvelle hausse des hospitalisations

Le Monde avec AFP

Leave a Reply