Covid-19: Santé publique France fait état d’une stabilisation du taux d’incidence en France – BFMTV

Spread the love

L’agence nationale a toutefois assuré, ce jeudi, que la circulation du Covid-19 restait “intense” sur l’ensemble du territoire français.

Le nouveau point épidémiologique de Santé publique France (SpF) est riche en enseignements. Dans ce nouveau document mis en ligne jeudi 19 août, l’agence nationale souligne dans un premier temps que la circulation du Covid-19 restait “intense” la semaine passée sur l’ensemble du territoire français.

Cependant, de manière surprenante, SpF souligne que l’incidence nationale s’est de son côté stabilisée et n’a augmenté que légèrement (de 3%) entre le 9 et le 15 août, un bond qui s’explique “vraisemblablement par une forte augmentation du taux de dépistage”, liée à la mise en place du pass sanitaire. Selon les données diffusées, le taux de malades asymptomatiques augmente (51% des cas, trois points de plus que la période précédente) et l’incidence est toujours élevée chez les 20-29 ans.

“C’est plutôt une bonne nouvelle d’observer une absence d’augmentation des cas symptomatiques, la faible augmentation de l’incidence semble liée à la hausse des dépistages. La valeur du R effectif poursuit sa décrue, mais reste supérieure à 1. Beaucoup trop tôt pour parler d’un plateau, il faudra scruter les prochaines semaines”, indique Daniel Levy-Bruhl de la direction des maladies infectieuses, lors d’un point-presse virtuel tenu dans la foulée de la publication de cette note et auquel BFMTV a assisté.

Situation toujours inquiétante en Outre-mer

En ce qui concerne l’Outre-mer, la situation reste très critique en Guadeloupe et en Martinique, souligne Santé publique France, où la quatrième vague est présente respectivement depuis quatre et six semaines selon SpF.

Si les hospitalisations concernaient les plus âgés, elles touchent maintenant les plus jeunes et une surmortalité toutes causes et tous âges est observée dans ces territoires, dans un contexte de très faible couverture vaccinale, en Guadeloupe notamment, avec 21.3% de schéma complet, contre 60% en niveau national. 

Les contaminations en hausse chez les plus jeunes

Puis, SpF aborde également la question des enfants, pour lesquels l’augmentation du taux d’incidence reste limitée malgré une circulation encore importante du virus. Sur la période observée, 6% des nouvelles contaminations étaient observées chez les 0-9 ans et 18,2% chez les 10-19 ans.

Une hausse due au risque de recours aux soins et des passages aux urgences observés, notamment en région Paca mais aussi au niveau national, apprend le document. Cependant, ces chiffres ne représentent “pas plus que ce que l’on avait observé dans les vagues précédentes”, insiste-t-on.

Comme les adultes, les enfants sont soumis à un risque de contamination plus élevé lié au variant Delta, “sans qu’il n’y ait d’affinités particulières de ce variant par rapport aux enfants”. Aucune donnée en France ou à l’étranger n’est inquiétante au-delà de ce constat. 

Amélioration dans le temps?

Lors de son point presse, Daniel Levy-Bruhl souligne par ailleurs la “belle progression” de la couverture des 12/17 ans, vaccinés en première dose pour 54,6% d’entre eux au 17 août, contre 24% à la mi-juillet, un mois après l’autorisation.

Ce dernier a cité aussi une “amélioration” chez les professionnels de santé, avec 84% de primo-vaccinés dans les établissements de santé et EHPAD, et 90% chez les soignants libéraux. Les autres facteurs ayant “contribué à cette évolution positive, sont les mesures barrière”, selon lui: à savoir le pass sanitaire et le traçage des cas contacts.

La question est de savoir “si cette évolution favorable va persister” avec les retours de vacances d’été et la rentrée scolaire du 2 septembre. Tout cela va “rebattre les cartes” avec une “activité sociale plus intense” qui peut “influer sur le taux de transmission”, selon le responsable.

Selon lui, “il faut continuer les efforts” et s’y préparer “au mieux”, y compris à travers des “protocoles (sanitaires) très stricts” dans les écoles pour les moins de 12 ans qui ne peuvent pas être vaccinés.

Leave a Reply