Covid-19 : reconfinement, écoles, ski, variants… Les 7 questions qui se posent avant le conseil de défense d – ladepeche.fr

Spread the love

l’essentiel Un nouveau conseil de défense consacré à l’épidémie de coronavirus se tient, mercredi 20 janvier, autour d’Emmanuel Macron à l’Elysée. C’était initialement à cette date que les restaurants auraient pu rouvrir. Ce ne sera pas le cas et des nouvelles mesures de restriction pourraient même être décidées.

  • Les stations de ski ouvriront-elles en 2021 ?

Pour les professionnels de la montagne, la saison risque bien d’être catastrophique alors même que la neige est là en abondance. Le Premier ministre Jean Castex l’a rappelé dans l’émission “C à vous” sur France 5, lundi 18 janvier : “Pas question de privilégier les questions économiques sur la sécurité sanitaire”.

Doit-on sacrifier la qualité de vie de millions de personnes pour sauver la vie de quelques milliers d’autres ?
Le Premier ministre @JeanCastex répond à la question de #PatrickCohen en évoquant la situation des restaurateurs, du monde de la culture et des stations de ski \u2b07\ufe0f pic.twitter.com/DeoFHMtlo0

— C à vous (@cavousf5) January 18, 2021

Le ministre délégué aux PME, Alain Griset, a d’ailleurs rappelé, dimanche 17 janvier sur Radio J, les risques liés au “brassage de populations (…) quand on a fini de faire du ski à 16 heures ou 16h30”.

Seule condition pour que les remontées mécaniques soient remises en marche : que les conditions sanitaires le permettent, c’est-à-dire que le reflux de l’épidémie soit observé. Ce qui n’est pas du tout le cas en cette fin janvier.

La France reste en effet sur un plateau élevé de contaminations et d’entrées à l’hôpital de patients atteints par le Covid-19 alors même que les variants anglais ou sud-africains menacent.

“Si on loupe les vacances de février (étalées du 6 février au 1er mars), c’est une saison noire” qui s’annonce, prévient Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM).

  • Restaurants, bars et lieux culturels toujours fermés ?

Fin novembre, Emmanuel Macron avait fixé la date de réouverture des restaurants au mercredi 20 janvier. Il n’en sera rien. Leur fermeture administrative ainsi que celle des bars et des lieux culturels, en vigueur depuis la fin octobre, va encore durer, sans perspective de réouverture dans l’immédiat.

Certains professionnels de la restauration évoquent la date du 6 avril comme possible jour de réouverture. C’est le cas du chef Christophe Marguin, président des Toques Blanches Lyonnaises, au journal Le Progrès : “Parce qu’il faut laisser passer les vacances de février et surtout le week-end de Pâques qui est un week-end où les gens bougent beaucoup d’une région à l’autre, vont ouvrir leur résidence secondaire. Ces mouvements risquent de faire circuler le virus”, explique-t-il à nos confrères.

Une confirmation de cette date dans les jours qui viennent semble toutefois peu probable. 

  • Quels sont les effets du couvre-feu ?

Olivier Véran a expliqué, ce mardi 19 janvier sur France Inter que les effets du couvre-feu “tendent à se faire sentir sur le nombre de nouvelles contaminations au Covid-19”.

A lire aussi : Vaccination contre le Covid-19 : liste d’attente, stocks… les annonces d’Olivier Véran ce mardi

“Dans les quinze départements où le couvre-feu a été avancé à 18 heures depuis le 2 janvier, le nombre de nouveaux diagnostics est plutôt en baisse. Cela ne fera pas reculer l’épidémie sur un temps court mais ça permet de la stabiliser (…) Dans ces quinze départements de l’est et du sud-est du pays, le nombre de nouvelles contaminations a baissé de 16 %”, affirme le ministre de la Santé.

Une étude d’experts vient renforcer l’exécutif dans sa décision d’avoir passé l’ensemble du territoire sous couvre-feu à 18 heures depuis samedi. Ils affirment que les nouvelles hospitalisations hebdomadaires devraient atteindre le niveau du pic de la première vague (environ 25 000 par semaine) entre mi-février et début avril en l’absence d’intervention.

  • La vaccination va-t-elle s’accélérer ?

La vaccination contre le Covid-19, qui a démarré lundi pour les plus de 75 ans après les résidents d’Ehpad, est un sujet hautement inflammable politiquement. Olivier Véran a assuré, lundi 18 janvier, que le cap du million de Français vaccinés serait “largement atteint d’ici la fin du mois”.

“À chaque fois que des doses arrivent, on les met immédiatement à disposition, on ouvre des créneaux de rendez-vous pour les Français. Nous sommes en flux tendu, c’est notre stratégie, c’est la stratégie de tous les pays qui vaccinent”, a assuré Olivier Véran.

Dans les “territoires dans lesquels le virus circule le plus, notamment le Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté ou Nice et les Alpes Maritimes (…), nous avons donné davantage de vaccins avec le vaccin Moderna, parce que là-bas l’épidémie fait beaucoup plus de dégâts qu’ailleurs en France”, a-t-il détaillé. 

  • Un troisième confinement est-il sur la table ?

Sur France 5, le 18 janvier, Jean Castex a indiqué que “le précédent confinement a été décidé par le président de la République alors qu’il y avait 50 000 contaminations par jour” (NDLR : ces derniers jours le chiffre tournait plutôt autour de 20000). Interrogé sur France Inter sur la possibilité d’un troisième confinement, Olivier Véran a simplement expliqué, ce 19 janvier, que “la circulation du virus reste préoccupante”.

A lire aussi : Covid-19 : “un nouveau confinement ne pourra pas être évité” selon l’expert vaccin de la Haute Autorité de Santé

Cette possibilité d’un reconfinement est défendue par de nombreux scientifiques, dont des médecins et des membres de l’association PandémIA qui ont signé une tribune dans Le Monde, le 11 janvier. “Le confinement strict et précoce est la meilleure arme contre la propagation virale, même s’il est de plus en plus mal vécu par la population”, affirmaient-ils.

  • Les écoles doivent-elles fermer ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé, ce mardi 19 janvier sur France Info, un possible durcissement des mesures dans les établissements scolaires. “Ce que nous serons amenés à faire, c’est fermer plus rapidement et plus nettement dès qu’il y a peut-être même moins de trois cas”, annonce le ministre de l’Éducation nationale qui a réaffirmé qu’il n’était pas “question à ce stade” de fermer les écoles au plan national. “C’est fondamental pour les enfants qu’elles restent ouvertes”.

A lire aussi : Covid-19. Fermetures de classes, vacances, baccalauréat : les annonces de Jean-Michel Blanquer pour l’école

Le ministre a aussi évoqué les cantines scolaires qui seraient en incapacité à respecter le protocole sanitaire mis en place dans les établissements scolaires. “Il y a certaines cantines que nous fermerons, si nous nous rendons compte que vraiment il y a une impossibilité pratique de faire respecter le protocole sanitaire”, a annoncé le ministre.

Concernant les vacances scolaires, Jean-Michel Blanquer a indiqué que leur prolongation n’était pour l’heure “pas à l’ordre du jour” mais que si la situation sanitaire venait à se dégrader brutalement dans l’Hexagone, cette piste n’était pas à exclure.

  • Les variants vont-ils prendre le dessus ?

“Plus agressif et plus contagieux”, selon le ministre de la Santé Oliviert Véran, le variant du coronavirus venu du Royaume-Uni représente, selon les dernières données disponibles, 1,4 % des cas de Covid-19 diagnostiqués en France. D’après des projections de l’Inserm, ce variant pourrait devenir “dominant en France entre fin février et mi-mars”.

Selon le ministre, “il y a probablement environ 2 000 cas” de personnes actuellement infectées en France par le variant apparu en Angleterre, comme l’a montré une récente enquête menée sur l’ensemble des tests PCR positifs au Covid-19. “Puisque vous avez à peu près 20 000 cas par jour, vous êtes entre 200 et 300 nouveaux cas de variants anglais par jour”, a expliqué le ministre, en rappelant que ce variant “ne donne pas des symptômes différents mais est plus contagieux”.

Leave a Reply