Covid-19 : présentiel, repas à un euro… Les annonces d’Emmanuel Macron pour les étudiants en difficulté face – franceinfo

Spread the love

Aucun “retour à la normale ne peut être envisageable au deuxième semestre” de l’année universitaire en raison de l’épidémie de Covid-19, a averti Emmanuel Macron. Le président de la République a discuté, jeudi 21 janvier, avec des étudiants à l’université Paris-Saclay (Essonne).

>> DIRECT. Covid-19 : suivez toutes les infos liées à la pandémie de coronavirus

“On reste dans une période d’incertitude”, a-t-il souligné, parlant “d’un deuxième semestre avec le virus et quand même beaucoup de contraintes”. Le chef de l’Etat a toutefois annoncé plusieurs mesures pour améliorer le quotidien et réduire la précarité des jeunes dans les universités. Franceinfo fait le point.

Un retour à l’université un jour par semaine 

Emmanuel Macron a déclaré que les étudiants devaient pouvoir, s’ils le souhaitent, retourner suivre des cours à l’université un jour par semaine. “Un étudiant doit avoir les mêmes droits qu’un salarié (…) S’il en a besoin, il doit pouvoir revenir à l’université un jour par semaine”, a indiqué le chef de l’Etat. “Il y aura des protocoles sanitaires très stricts”, a-t-il complété.

Deux repas par jour à un euro pour tous

Emmanuel Macron a également annoncé que l’ensemble des étudiants pourront avoir accès à deux repas par jour pour le prix d’un euro le repas, dans les restos U, afin de leur permettre de faire face aux conséquences de la crise du Covid-19. “On ouvrirait [ce droit] à tous les étudiants non boursiers et internationaux”, a-t-il précisé lors de cette rencontre. 

Un “parcours de soins” pour ceux qui en ont besoin

“On doit pouvoir mieux accompagner.” Emmanuel Macron a annoncé la création d’un “chèque psy” pour permettre aux étudiants en situation de mal-être à cause de la crise du Covid-19 de pouvoir consulter un psychologue et suivre des soins. Il s’agit de “permettre à tous les jeunes qui en ont besoin d’accéder beaucoup plus facilement, et avec une prise en charge, à un professionnel – psychologue, psychiatre – quand ils en ont besoin”, a expliqué le chef de l’Etat. L’Elysée a par la suite précisé que ce chèque concernerait, à partir du 1er février, “tous les étudiants qui le souhaitent”.

Cela intervient au lendemain de manifestation d’étudiants à travers la France, pour dénoncer les effets dévastateurs de la crise sanitaire sur leur vie quotidienne. “Ça m’a fait réagir de voir des étudiants qui avaient envie de se suicider. Pour la première fois de ma vie, j’ai moi-même pensé à ma propre mort il y a quelques semaines”, témoignait l’un d’entre eux, en deuxième année de philosophie à la Sorbonne, évoquant un “trop plein d’isolement” et “une perte de sens”.

Leave a Reply