Covid-19 : près de 85% des patients hospitalisés en France sont non-vaccinés – Le Figaro

Spread the love

Une nouvelle étude de la Drees indique que les non-vaccinés représentent une très large majorité des entrées hospitalières entre le 31 mai et le 11 juillet, que ce soit en hospitalisation conventionnelle ou en soins critiques.

Un nouvel argument de poids en faveur de la vaccination ? Vendredi 30 juillet, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a apporté de nouveaux éclairages sur la répartition des entrées hospitalières selon le statut vaccinal. Et s’il en était encore besoin, cette étude vient prouver que la vaccination permet de limiter considérablement les risques d’hospitalisation et de décès. Sur la période du 31 mai au 11 juillet, elle permet en effet de constater que les non-vaccinés représentaient près de 85% des entrées hospitalières, que ce soit en hospitalisation conventionnelle ou en soins critiques. Un chiffre qui correspond à la part de non-vaccinés testés positifs (80%), sur laquelle s’était penchée la Drees du 28 juin au 4 juillet dernier.

Pour cette étude, le statut vaccinal des patients a été défini suivant quatre modalités : les non-vaccinés, qui n’ont reçu aucune dose de vaccin, les «primo dose récente», qui ont reçu une première injection depuis 14 jours au moins, les «primo dose efficace», qui ont reçu une première dose depuis plus de 14 jours ou une deuxième depuis sept jours ou moins et enfin, les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet.

À VOIR AUSSI – Covid-19: des patients jeunes et non-vaccinés hospitalisés au CHRU de Strasbourg

Le risque de décès largement plus important sans vaccination

Et le résultat est sans appel. Entre le 31 mai et le 11 juillet, le cas d’un peu plus de 6700 patients admis en hospitalisation conventionnelle, 1700 en soins critiques et 900 décès ont été étudiés. La proportion des personnes non-vaccinées parmi celles entrées en hospitalisation conventionnelle ou en soins critiques est ainsi très largement majoritaire : respectivement 84 et 85%. Une proportion presque deux fois plus élevée que celle des personnes non-vaccinées en population générale (45%). À l’inverse, seules 7% des personnes complètement vaccinées ont été admises en hospitalisation conventionnelle ou en soins critiques.

L’étude prouve également que le risque de décès est largement plus important sans la vaccination. Ainsi, sur les 6758 patients admis à l’hôpital, 926 sont morts. Et parmi eux, 720 n’étaient pas vaccinés, soit 78%. À l’inverse, seules 11% des personnes décédées bénéficiaient d’un schéma vaccinal complet.

La hausse des entrées hospitalières imputables aux non-vaccinés

Autre enseignement de l’étude de la Drees : la remontée récente des entrées hospitalières est principalement portée par les non-vaccinés. Pour rappel, 7236 patients souffrant du Covid-19 étaient hospitalisés en France jeudi 29 juillet, un chiffre en légère hausse par rapport à la veille (7208). Le nombre de personnes en réanimation était également en hausse, avec 1015 patients en soins intensifs jeudi, contre 992 la veille. En moyenne entre le 5 et le 11 juillet, 50 personnes non-vaccinées contre six personnes complètement vaccinées ont été admises en hospitalisation conventionnelle, selon la Drees. Sur la même période, 15 personnes non-vaccinées ont été admises quotidiennement en soins critiques, contre une seule au schéma vaccinal complet.

Enfin, pour toutes les classes d’âge, la part de patients vaccinés entrant à l’hôpital est nettement inférieure à celle qu’ils représentent dans l’ensemble de la population. Par exemple, les patients non-vaccinés de 30 à 40 ans représentent 93% des entrées en hospitalisation conventionnelle entre le 31 mai et le 11 juillet, alors qu’en moyenne, durant cette période, 59% des Français de cette tranche d’âge n’étaient pas vaccinés. À l’inverse, les personnes complètement vaccinées de 70 à 80 ans ne représentent que 13% des personnes admises en soins critiques ou en hospitalisation conventionnelle entre le 31 mai et le 11 juillet, alors qu’elles représentent 68% des Français de cette tranche d’âge.

Leave a Reply