Covid-19 : pass sanitaire, troisième dose, tests PCR… Ce qu’il faut retenir des annonces de Macron – Le Parisien

Spread the love

Une nouvelle fois, il a fallu attendre l’allocution présidentielle pour savoir quelles mesures avaient été décidées. Alors que le gouvernement ne cesse de mettre en garde contre le départ d’une « quatrième vague » de l’épidémie de Covid-19 cet été, Emmanuel Macron a pris la parole ce lundi soir, à 20 heures.

Le chef de l’Etat a présenté plusieurs mesures visant à contenir la progression du variant Delta, très transmissible. Plusieurs d’entre elles, dont la vaccination des soignants et l’élargissement du pass sanitaire, étaient fortement pressenties. Voici tout ce qu’il faut retenir.

« Reprise forte de l’épidémie »

Emmanuel Macron le dit à son tour : la France fait face à une nouvelle « vague ». « A l’heure où je vous parle, notre pays est confronté à une reprise forte de l’épidémie », a-t-il assuré. Le nombre de cas quotidiens a augmenté depuis deux semaines consécutives, passant de moins de 2 000 à 3 500. Cette hausse est surtout visible chez les adolescents et les jeunes adultes mais elle n’entraîne pas, pour le moment, d’augmentation des hospitalisations.

Le variant Delta, estimé 50 % plus contagieux que le variant Alpha (dit « britannique », lui-même 50 % plus contagieux que la souche d’origine), est à l’origine de cette reprise épidémique. Sauf en outre-mer, où il est très peu présent mais où l’épidémie flambe aussi – l’état d’urgence sanitaire est déclaré en Martinique et à La Réunion.

Les soignants (mais pas seulement) obligés de se faire vacciner

Comme pressenti, la vaccination va être rendue obligatoire pour les soignants mais aussi pour « tous les professionnels au contact des personnes fragiles », a annoncé le chef de l’Etat. Ils devront l’avoir été d’ici au 15 septembre (des contrôles auront lieu à partir de cette date, puis ils « ne pourront plus travailler et ne seront plus payés » s’ils ne sont pas vaccinés, a précisé Olivier Véran). Une loi devrait être adoptée d’ici là.

Au 11 juillet, seuls 61,3 % des professionnels en Ehpad et 81 % des professionnels de santé libéraux ont reçu au moins une première dose de vaccin, d’après Santé publique France.

Le projet de loi sera transmis au Conseil d’Etat ce mardi. Pas question, à ce stade, d’aller plus loin. Mais Emmanuel Macron avertit : il faudra également se « poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français » à moyen terme, et si la couverture vaccinale n’augmente pas suffisamment.

Par ailleurs, une campagne de rappel, c’est-à-dire pour administrer une troisième injection, sera lancée à compter de début septembre pour les vaccinés de janvier et février.

Restaurants, cinémas… le pass sanitaire élargi

Jusque-là réservé aux grands événements de plus de 1000 personnes et aux discothèques (à partir de 50 clients), le pass sanitaire voit son champ d’application élargi. Dès le 21 juillet, le seuil passera à 50 personnes dans tous les lieux déjà concernés. Il sera aussi imposé pour aller au théâtre et au cinéma (dès cette date du 21 juillet) puis pour aller au restaurant, dans des centres commerciaux, pour prendre le train, l’avion ou le car sur longue distance à partir du début du mois d’août. Très important à savoir pour les familles, le pass sanitaire concernera également les enfants de plus de 12 ans.

Covid-19 : pass sanitaire, troisième dose, tests PCR... Ce qu’il faut retenir des annonces de Macron

Il s’agit là d’un sacré changement de position d’Emmanuel Macron. « Le pass sanitaire ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis », estimait-il dans son interview à la presse régionale (dont Le Parisien), le 29 avril.

Pour rappel, pour disposer de ce sésame, il faut soit avoir été complètement vacciné depuis au moins deux semaines, soit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures, soit disposer d’une preuve que l’on a été testé positif entre 6 mois (en réalité depuis fin mars) et deux semaines plus tôt.

Avec ce nouvel arsenal, le gouvernement compte inciter un maximum de monde à se faire vacciner. Un tiers des habitants majeurs n’ont encore reçu aucune dose de vaccin en France contre 13 % au Royaume-Uni, à titre d’exemple.

Les tests PCR moins remboursés à l’automne

Toujours pour apporter une motivation à se faire vacciner, Emmanuel Macron a annoncé que les tests PCR sans ordonnance ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale à l’automne prochain. Le but est d’ « encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests », a-t-il indiqué. C’est déjà le cas, depuis le 7 juillet, pour tous les non-résidents en France.

Pas de nouveaux pays en zone orange ou rouge

Puis-je maintenir mes vacances ? Nombreux sont celles et ceux qui se posent cette question, surtout depuis que le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, a laissé entendre qu’il valait mieux éviter l’Espagne et le Portugal au moment de réserver.

Emmanuel Macron a annoncé un durcissement des contrôles aux frontières, avec un « isolement contraint pour les personnes non vaccinées » en provenance de pays à risque. Mais il n’a pas indiqué de changement de couleur (orange ou rouge) pour certains d’entre eux.

Pour le moment, venir d’un pays en zone orange implique, si on est vacciné, de disposer d’un motif impérieux pour venir en France, puis de respecter un auto-isolement d’une semaine. Venir d’un pays en zone rouge oblige à s’auto-isoler pendant 7 jours pour les vaccinés et à s’astreindre à une quarantaine de 10 jours, stricte et contrôlée par la police, pour les non-vaccinés.

« Il est essentiel de maintenir un haut niveau d’adhésion aux mesures de prévention et de dépistage, de traçage des contacts et de respect de l’isolement en cas d’infection ou de contact avec un cas confirmé », insiste Santé publique France dans son dernier point épidémiologique hebdomadaire, paru jeudi 8 juillet.

Réforme des retraites et garantie jeunes

Sur le plan économique et social, la réforme des retraites sera débattue « dès que les conditions sanitaires seront réunies », a annoncé Emmanuel Macron. Quant à celle de l’Assurance chômage, elle sera « pleinement mise en œuvre dès le 1er octobre ». Vantant un « vigoureux rebond de l’économie », le chef de l’Etat prévoit par ailleurs une croissance de 6 % en 2021.

En destination de la jeunesse, le chef de l’Etat promet de « continuer à investir », notamment via le programme « 1 jeune 1 solution » qui sera « poursuivi ». Il veut par ailleurs « bâtir un nouveau pacte entre générations », tout en s’engageant à ne pas augmenter les impôts.

Pas grand monde ne doute du fait qu’il compte se présenter à sa réélection, dans un an, même s’il n’en a rien dit.

Leave a Reply