Covid-19 : les hospitalisations continuent d’augmenter en Polynésie, nouveaux convois de soignants vers les Antilles – Le Monde

Spread the love
A la date de vendredi, l’épidémie a provoqué 385 décès en Polynésie française, dont 15 au cours des précédentes 24 heures. Parmi eux, 237 sont intervenus au cours du mois d’août.

Alors que les indicateurs restent stables en France, le nombre de cas de Covid-19 déclarés quotidiennement ayant même entamé une baisse à l’échelle nationale, la situation dans les hôpitaux de certains territoires continue de se dégrader.

  • Toujours plus d’hospitalisations en Polynésie

Le nombre de patients hospitalisés pour avoir contracté le Covid-19 a continué à progresser en Polynésie française, pour atteindre 412 personnes, dont 55 en réanimation, a fait savoir vendredi 28 août (samedi à Paris) à Papeete, la capitale de la Polynésie française, le ministère de la santé local.

Après avoir utilisé tous les lits disponibles dans les hôpitaux et les cliniques, le centre hospitalier a été contraint vendredi d’accueillir ses premiers patients dans sa nef centrale, un lieu de passage aménagé en zone d’hospitalisation. Les services de cet hôpital ont déjà tous été repensés pour accueillir plus de patients, et des lits ont même été placés dans des bureaux.

Cent cinquante concentrateurs d’oxygène sont arrivés par avion à Tahiti. Quarante-quatre d’entre eux ont été livrés au centre hospitalier. Les autres permettront de limiter la saturation des hôpitaux en maintenant certains patients à leur domicile.

A la date de vendredi, l’épidémie a causé la mort de 385 personnes, dont 15 au cours des précédentes vingt-quatre heures. Le décès de 237 d’entre elles a été déclaré au cours du mois d’août, alors que le territoire ne compte que 280 000 habitants environ.

Lire aussi : En Polynésie française, les soignants contraints de pratiquer une « médecine de guerre »
  • Haut-Rhin : suspension du passe sanitaire dans les centres commerciaux

Le tribunal administratif de Strasbourg a suspendu vendredi l’arrêté préfectoral rendant obligatoire le passe sanitaire dans les centres commerciaux, estimant qu’il ne garantissait pas un accès libre aux biens de première nécessité, selon une ordonnance consultée samedi par l’Agence France-Presse.

Saisie en référé par un hypermarché, la justice administrative a considéré que cet arrêté ne prévoyait « aucun aménagement permettant de réserver l’accès des personnes ne disposant pas de passe sanitaire aux établissements commercialisant des biens de première nécessité dans l’enceinte de ces magasins et centres, en particulier aux commerces alimentaires ».

Par cet arrêté, le préfet du Haut-Rhin avait rendu obligatoire la présentation du passe sanitaire dans six centres commerciaux de plus de 20 000 mètres carrés ainsi que le magasin Ikea de Mulhouse. Un appel de cette décision de justice peut être interjeté dans un délai de quinze jours.

Mardi, le tribunal administratif de Versailles a suspendu pour les mêmes raisons l’arrêté du préfet des Yvelines concernant l’obligation de passe sanitaire dans 14 grands magasins et centres commerciaux du département.

Au début d’août, le gouvernement avait demandé aux préfets d’imposer le passe sanitaire pour les surfaces de plus de 20 000 mètres carrés dans les départements où le taux d’incidence de l’épidémie dépasse les 200 pour 100 000 habitants sur une semaine.

Lire aussi : Dans les centres commerciaux, une mesure acceptée mais qui suscite des craintes
  • De nouveaux convois de soignants vers les Antilles

Environ 250 soignants doivent s’envoler samedi de l’aéroport d’Orly en direction de la Guadeloupe et de la Martinique, suivis dimanche d’un « très gros envoi » de matériel médical par cargo, ont annoncé vendredi le ministère de la santé et la compagnie aérienne Corsair. Le premier vol doit décoller à 16 h 30 pour Pointe-à-Pitre suivi, à 17 h 20, de celui vers Fort-de-France.

Ces soignants prendront la relève de leurs confrères envoyés en renfort via un pont aérien depuis deux semaines. Des retours vers la France continentale sont d’ailleurs prévus dimanche, avec deux vols au départ de la Guadeloupe et de la Martinique, et mardi avec un vol Corsair en provenance de Fort-de-France.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Antilles submergées par une quatrième vague sans précédent de Covid-19

La compagnie aérienne souligne qu’elle aura au total transporté « près de 900 soignants aux Antilles en deux semaines » afin de « faire face à la crise sanitaire ». Les deux îles sont en effet submergées par la quatrième vague de Covid-19. A la Guadeloupe, où le confinement a été prolongé jusqu’au 19 septembre, l’épidémie connaît une « légère diminution », mais elle y reste toujours « préoccupante », a fait savoir l’agence régionale de santé en milieu de semaine. A la Martinique aussi, le confinement et le couvre-feu en vigueur depuis le 30 juillet ont été prolongés jusqu’au 19 septembre.

Pour soulager les hôpitaux locaux, des évacuations sanitaires ont permis de transférer à ce jour 55 malades en soins critiques vers la métropole.

  • Impact limité du passe sanitaire sur le trafic SNCF

Lors d’un échange avec les lecteurs du journal le Parisien – Aujourd’hui en France publié samedi soir, Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF affirme que l’instauration du passe sanitaire n’a pas d’impact sur le trafic cet été. « On a fait un très bel été avec près de 22 millions de personnes transportées. On est presque au niveau de 2019 », détaille M. Farandou.

L’obligation de présenter un passe sanitaire pour prendre un TGV (Inoui et Ouigo), un Intercités ou un train longue distance international au départ de la France depuis le 9 août ne semble pas avoir perturbé outre mesure le trafic puisque « plus de 97 % des voyageurs sont dotés d’un passe sanitaire valide », selon le patron de la SNCF.

Et en cas d’absence d’un passe sanitaire valide, la SNCF a noué « des partenariats avec des pharmacies autour des gares » pour faire un test rapidement, a expliqué Jean-Pierre Farandou. Et « si le train est parti, nous essayons de replacer le client sur le suivant, sinon, il est remboursé à 100 % », a-t-il ajouté.

Concernant l’avancement de la vaccination des agents SNCF, leur patron a rappelé qu’ils « ont l’obligation de se déclarer pour le 30 août ». Selon les estimations de la SNCF, « 70 % d’agents » seraient vaccinés et M. Farandou s’est montré confiant étant donné les aménagements qui ont été mis en place pour aider les salariés à se faire vacciner.

A partir de lundi, le passe sanitaire devient obligatoire pour les employés des lieux où le public devait déjà présenter ce sésame, comme les restaurants, les cafés, les musées, les cinémas ou encore les grands centres commerciaux. Si les salariés contrevenants ne risquent pas de licenciements, ils pourront être suspendus sans solde.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply