Covid-19 : le Conseil scientifique craint la propagation du variant brésilien – Le Figaro

Spread the love

Pour les scientifiques, un risque d’extension du variant BR-P1 durant l’été doit être pris en compte. Ils formulent des propositions à l’adresse du gouvernement afin d’éviter que ce dernier devienne majoritaire en France.

Dimanche 18 avril, le Conseil scientifique a transmis au gouvernement son dernier avis, dans lequel il formule des propositions pour éviter que le variant BR-P1, l’un des variants brésiliens, devienne majoritaire en France à l’été.

Parmi ces propositions, les scientifiques recommandent en France métropolitaine, où la circulation du virus est encore faible, d’«optimiser la détection et suivre le niveau de circulation du variant BR-P1 et des variants en général.» Le Conseil scientifique propose aussi, lorsque les vols avec l’Amérique du Sud reprendront, de les «limiter aux passagers justifiant soit d’un retour en France pour des Français vivant à l’étranger, soit pour des raisons impérieuses et limitées pour des ressortissants sud-américains souhaitant venir en France.» Ils rappellent que cette stratégie «devrait être coordonnée au niveau européen».

À VOIR AUSSI – Vaccins: l’UE annonce commander 1,8 milliard de doses destinées à combattre les variants

Alors que le gouvernement a interrompu par décret, le 13 avril 2021, les déplacements de personnes en provenance du Brésil vers la France jusqu’au 19 avril 2021 à zéro heure, le Conseil scientifique décrit les mesures à mettre en place lors de la reprise des vols. Il recommande «une procédure très stricte et individualisée», intégrant la réalisation d’un «test PCR 48h avant le départ» mais aussi d’un « isolement strict à l’arrivée, en milieu hôtelier si nécessaire, avec contact téléphonique dédié», comme c’est le cas au Royaume-Uni. Les personnes concernées devront également effectuer un test PCR ou antigénique 24 heures et 8 jours après leur retour. Le Conseil scientifique recommande également «d’anticiper l’arrivée possible du variant BR-P1 à l’été dans les précommandes de vaccins ciblés sur les nouveaux variants qui pourraient être disponibles à l’automne, en particulier avec Moderna».

«Les vaccins ARNm ont une efficacité conservée mais diminuée vis-à-vis du variant BR-P1 (supérieure par rapport à la réponse vis-à-vis du variant sud-africain). La France métropolitaine est probablement en partie protégée actuellement (mi-avril 2021) par la présence du variant britannique. Le niveau de circulation du variant BR-P1 reste très bas», reconnaît toutefois le Conseil scientifique.

Concernant la Guyane, où l’incidence est faible mais en augmentation avec un variant brésilien dominant, le Conseil recommande d’«anticiper l’horaire de couvre-feu dès 17h au lieu de 19h et prévoir un confinement le dimanche» et «d’instaurer un test PCR ou test antigénique pour les vols intérieurs en Guyane». Il note enfin qu’il conviendrait d’appliquer la même stratégie pour les vols de la Guyane vers les Antilles.

Le variant brésilien est aujourd’hui largement dominant en Amérique du Sud. Il est responsable d’une crise sanitaire majeure au Brésil, qui compte 373.000 morts du Covid-19 et qui est aujourd’hui le deuxième pays le plus endeuillé derrière les États-Unis. Seuls 15% des Brésiliens ont reçu au moins une dose de vaccin et la mise en place des mesures barrières est encore très faible au Brésil. Ce variant a un niveau de transmission «élevé», même si, selon le Conseil scientifique, «on ne sait pas encore s’il est plus létal».

Leave a Reply