Covid-19: jauge, masque, pass… Le gouvernement dévoile son protocole sanitaire pour la présidentielle – BFMTV

Malgré l’inquiétude des épidémiologistes sur la situation sanitaire en France, le gouvernement mise sur l’incitation au respect des gestes barrières, et compte sur la responsabilité des citoyens.

Beaucoup de recommandations mais très peu de restrictions. Alors que le rebond épidémique en France inquiète sur “la sécurité sanitaire” de l’élection présidentielle, l’exécutif a assuré qu’il n’y avait “pas de danger à aller voter” et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a même annoncé que les Français positifs au Covid-19 pourront se rendre aux urnes.

Ce mercredi, le protocole sanitaire précisant le déroulé du scrutin a été dévoilé, alors que le 25 mars, les mairies ont reçu les instructions pour la bonne tenue des bureaux de vote. Et si le respect des gestes barrières y est fortement recommandé, ce protocole est surtout incitatif.

En premier lieu, le gouvernement y rappelle que depuis le 14 mars, le port du masque et les règles de distanciations physiques ne sont plus obligatoires dans les bureaux de vote, et qu’aucun certificat ne pourra être demandé:

“Il ne peut être exigé des électeurs et des personnes participant à l’organisation ou au déroulement du scrutin aucun des documents suivants : preuve de vaccination, certificat de rétablissement ou de réalisation d’un test virologique”, peut-on lire dans les instructions du gouvernement.

Les gestes barrières encouragés, pas obligatoires

Il est en revanche “très fortement recommandé” de porter le masque pour les personnes fragiles, les symptomatiques au Covid-19 ou les cas contacts à risque. Des masques chirurgicaux seront par ailleurs mis à disposition les électeurs et les membres de l’organisation.

Le lavage des mains reste quant à lui une “mesure essentielle pour les membres des bureaux de vote et les électeurs”, et au moins deux points de lavage de main, ou de distribution de gel hydro alcoolique, seront mis en place dans chaque bureau.

Il est également indiqué au sein du protocole qu’une aération de la salle de vote aura lieu pendant “dix minutes toutes les heures”, et que le matériel mis à disposition des électeurs (stylos, rangements, urnes, isoloirs), sera nettoyé de “manière fréquente au cours du scrutin”. Quant au nettoyage plus poussé de la salle, l’exécutif compte sur le bon entretien des lieux publics:

“La mise à disposition des écoles pour la tenue du scrutin implique un nettoyage strict, le lendemain”, rappelle le gouvernement.

Entrée et sortie distinctes

Pour ce qui est des personnes présentes sur place, le gouvernement rappelle que le nombre d’électeurs sur les lieux n’est plus limité.

Il sera néanmoins “demandé aux présidents des bureaux de vote de veiller à réguler l’accès dans une mesure permettant d’éviter les situations de grande promiscuité” peut-on lire.

Pour cela, il est demandé aux municipalités d’avoir une entrée et une sortie distinctes dans le bureau de vote, et si possible nettement séparées. L’utilisation de vitres de protection est également évoquée. Elle est “possible”, notamment sur les tables où se déroulent le contrôle d’identité et l’émargement.

Pour autant, les bureaux de vote sont “invités à réutiliser” les vitres utilisées pour les élections municipales de juin 2020, ou pour les départementales et régionales de juin 2021 “qui ont déjà fait l’objet d’un remboursement”.

Autotests disponibles et dépouillement filmé

Comme pour les électeurs, il est rappelé que la réalisation de tests anti-Covid ne peut être demandée au personnel présent sur place. Mais l’Etat annonce mettre à disposition des autotests le jour du scrutin “pour les membres du bureau de vote et les fonctionnaires mobilisés le jour du scrutin”. Ils seront également proposés aux quatre scrutateurs désignés pour le dépouillement du vote.

Un dépouillement où là aussi, les gestes barrières seront recommandés. Le décompte étant ouvert au public il est “de la responsabilité du président du bureau de vote” de réguler “le nombre de personnes présentes” en fonction des capacités de la salle et de la promiscuité.

La possibilité d’organiser des rotations du public présent sur place, ou de filmer le dépouillement, sont par exemple citées afin d’éviter un afflux trop important de personnes. Le gouvernement précise par ailleurs que toutes ces indications pourraient être ajustées en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. 

Elisa Bertholomey et Louis Augry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *