Covid-19 : “Il faudra probablement aller vers un confinement”, estime Jean-François Delfraissy – franceinfo

Spread the love

Jean-François Delfraissy estime qu’il faut prendre des mesures contre la pandémie de coronavirus. Interrogé sur BFM-TV, le président du Conseil scientifique, prévient les Français : “Si nous continuons sans rien faire de plus, nous allons nous retrouver dans une situation difficile à la mi-mars.”

“Tout pousse à ne pas rester comme on est maintenant.”

Jean-François Delfraissy

à BFM TV

Jean-François Delfraissy invite à prendre exemple sur les exemples des voisins irlandais et britanniques qui ont choisi de reconfiner et qui commencent à obtenir des résultats. “Il faudra probablement aller vers un confinement”, estime-t-il. Le président du Conseil scientifique ne tranche pas en revanche sur les modalités du confinement, estimant qu’il s’agit d’une décision politique.

Si pour l’instant les chiffres en France ne sont pas alarmants, l’expert affirme que la situation risque de ne pas perdurer. Il considère que les nouveaux variants du virus vont aggraver la situation. “Ces variants, c’est l’équivalent d’une deuxième pandémie. Et je pèse mes mots.” “Si la courbe d’augmentation du virus et du variant anglais se confirme, c’est un point essentiel de vigilance, poursuit-il. On ne peut rien faire pour l’empêcher de circuler.”

Le spécialiste de l’immunologie avance d’autres pistes dans la lutte contre le virus. “On peut imaginer d’adapter les vacances scolaires, peut-être d’une semaine de plus, ou en les regroupant”, avance aussi Jean-François Delfraissy toujours sur BFM-TV. “On pourrait se retrouver en parallèle avec une forme de confinement avec des vacances qui réduisent la circulation du virus.”

“Dans les deux mois qui viennent”, la recommandation pour les plus âgés et les plus fragiles d’une forme d’auto isolement volontaire, voulu, de leur part, pour se protéger contre les variants” apparaît également comme nécessaire, selon le scientifique. 

Jean-François Delfraissy ne partage pas par ailleurs l’optimisme du ministre de la Santé, Olivier Véran, qui vise de vacciner l’ensemble de la population d’ici fin août. “Le problème de la pénurie relative des vaccins existe dans l’ensemble de l’Europe, c’est aussi le cas aux Etats-Unis. On va vacciner un maximum de gens, probablement 6 à 8 millions de personnes d’ici la mi-avril. Il va nous falloir du temps, beaucoup de temps, d’ici la fin de l’été, on aura vacciné 40% de la population française, pas plus.”

Leave a Reply