Covid-19 : Google publie les données de géolocalisation des utilisateurs d’Android en France

Spread the love
Covid-19 : Google publie les données de géolocalisation des utilisateurs d'Android en France

Si les autorités hésitent encore à sauter le pas et à utiliser les données des opérateurs pour géolocaliser sa population et observer le respect des mesures de confinement actuellement imposées, Google n’a pas attendu pour rendre ses propres données, issues de son système d’exploitation mobile Android, accessibles. La maison-mère du géant américain, Alphabet, a ainsi publié ce vendredi son rapport sur la mobilité, qui agrège les données d’utilisateurs de smartphones Android dans 131 pays pour faire le point sur l’état de la mobilité générale de la population.

Cet ensemble de données, qui repose sur des données de localisation provenant des téléphones de milliards d’utilisateurs est le plus grand ensemble de données publiques disponible pour aider les autorités sanitaires à évaluer le respect ou non des ordonnances de confinement pris par les autorités de nombreux pays, dont la France, pour limiter les risques de contagion dans le cadre de l’épidémie actuelle de coronavirus qui sévit à travers le monde. 

Il s’agit, selon la direction de Google, d’un ensemble de données destinés à aider les Etats, et surtout pas d’un suivi, ou d’un “flicage”, de la population. “Ces rapports ont été élaborés pour être utiles tout en respectant nos protocoles et politiques de confidentialité stricts”, se défendent ainsi Karen DeSalvo, responsable de la santé chez Google Health et Jen Fitzpatrick, vice-présidente de Google Geo, dans un article de blog.

publicité

Une fréquentation générale en baisse en France

“Alors que les Etats réagissent à l’épidémie de Covid-19, nous avons entendu des responsables de la santé publique dire que le même type de données agrégées et anonymes que nous utilisons dans des produits tels que Google Maps pourrait être utile pour prendre des décisions cruciales pour lutter contre Covid-19”, expliquent les auteurs de ces rapports, qui visent, selon eux, “à donner un aperçu de ce qui a changé en réponse aux politiques visant à lutter contre l’épidémie”.

Qu’apprend-on à la lecture de ces données recueillies sur le sol français entre le 16 février et le 29 mars ? Tout d’abord que la fréquentation des lieux de divertissement et d’alimentation (restaurants, cafés, parc d’attractions, centre commerciaux, musées, librairies ou cinémas) a baissé de 88 % sur la période, tandis que la fréquentation des parcs et des espaces verts a chuté de 82 %.

En outre, la fréquentation des marchés, épiceries ou pharmacies a également chuté de 72 %, tandis que les déplacements pour se rendre sur les lieux de travail a baissé de 56 % du fait bien sûr des mesures de confinement imposées par les autorités. La fréquentation des gares, stations de transports en communs ou encore des aéroport a également subi une chute drastique de 87 % au cours des six dernières semaines. Seul bémol, l’utilisation de smartphones Android sur les lieux de domicile a connu une hausse de 18 %, qui est encore ici largement imputable au confinement de la population dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus.

Des données reposant sur les smartphones Android

Les tendances observées sur le sol français sont semblables dans d’autres pays. En Italie, l’un des pays les plus touchés par l’épidémie, les visites dans les lieux de loisirs ont chuté de 94 %, tandis que les visites sur les lieux de travail ont reculé de 63 %. Les visites dans les épiceries et les pharmacies en Italie ont également chuté de 85 % et les visites dans les parcs ont diminué de 90 %. Aux États-Unis, la Californie, qui a été le premier État à mettre en place un dispositif de verrouillage à l’échelle de l’État, a réduit de moitié les visites dans les commerces de détail et les lieux de loisirs. En revanche, l’Arkansas, l’un des rares États à ne pas avoir imposé un verrouillage généralisé, a vu ces visites chuter de 29 %, soit le taux le plus bas pour un État américain.

Les données recueillies par Google soulignent également certains défis que les autorités ont dû relever pour maintenir les gens en confinement. Les visites de magasins d’alimentation ont ainsi augmenté à Singapour ou encore au Royaume-Uni, alors même que des politiques de restrictions de déplacement avaient été prises. En Californie, alors même que les autorités locales avaient déjà pris des arrêtés similaires, les visites dans les parcs ont connu un pic en mars dans certains comtés de la baie de San Francisco, les obligeant par la suite à mieux réglementer leur fréquentation.

A noter que l’ensemble des données figurant dans les rapports concoctés par Google proviennent d’utilisateurs qui ont activé la fonction “Historique de localisation” sur leurs smartphones Android.

Leave a Reply