Covid-19 : Facebook se défend de tout rôle dans la diffusion des fausses informations

Spread the love
Covid-19 : Facebook se défend de tout rôle dans la diffusion des fausses informations

Les remarques du président américain Joe Biden sur le rôle des réseaux sociaux dans la diffusion de fausses informations concernant la Covid-19 passent mal du côté de Facebook. Le réseau social a ainsi réagi aux commentaires de la Maison blanche en affirmant qu’il est temps de dépasser le stade de la désignation de coupables. Et tant pis si les réseaux sociaux, dont Twitter et Facebook, sont devenus depuis le début de la pandémie des creusets de désinformation, de canulars et autres théories du complot liées au coronavirus, dont certains ont pu accroître l’hésitation à se faire vacciner dans certaines franges de la population.

Ces mêmes réseaux sociaux affirment de leur côté avoir lutté contre cette propagation. Reste que les accusations continuent à être légion à l’encontre des Facebook, Twitter et autres Google. Interrogé ce vendredi par la presse américaine pour savoir quel serait son message aux plateformes de réseaux sociaux, le président américain a répondu en affirmant sans détour que ces derniers « tuent des gens ».

Une phrase qui n’a pas manqué de faire réagir au sein de l’état-major de Facebook. Dans un billet de blog publié le 17 juillet dernier, le vice-président de Facebook, Guy Roser, a regretté qu’« au moment où les cas de Covid-19 augmentent en Amérique, l’administration Biden a choisi de blâmer une poignée d’entreprises américaines de réseau social. Si les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la société, il est toutefois évident que nous avons besoin d’une approche globale pour mettre fin à cette pandémie. Les faits – et non les allégations – devraient contribuer à éclairer cet effort ».

publicité

Facebook réfute en bloc

Et si l’hésitation à se faire vacciner reste élevée dans certains Etats américains, Facebook assure que ce n’est pas de son fait. « L’objectif du président Biden était que 70 % des Américains soient vaccinés avant le 4 juillet », indique l’entreprise. « Facebook n’est pas la raison pour laquelle cet objectif n’a pas été atteint. En fait, l’augmentation de l’acceptation du vaccin a été observée sur et en dehors de Facebook. »

Le géant américain rappelle en outre avoir pris des mesures pour enrayer la spirale de la désinformation sur sa plateforme, via un ensemble de règles pour le contenu relatif à la Covid-19 et aux vaccins. Et de relever que l’entreprise interdit les posts destinés à la « propagation active et délibérée de maladies transmissibles », les rencontres organisées dans le but de perturber les programmes de vaccination ainsi que les contenus niant l’existence ou la gravité de la maladie.

Facebook affirme que depuis le début de la pandémie, plus de 18 millions d'”instances” de désinformation sur la Covid-19 ont été supprimées, et que plus de 167 millions de contenus ont été étiquetés par les vérificateurs de faits comme faux ou potentiellement trompeurs. « En tant que société, nous avons consacré des ressources sans précédent à la lutte contre la pandémie, en orientant les gens vers des informations fiables et en les aidant à trouver et à programmer des vaccinations. Et nous continuerons à le faire », assure le réseau social, qui n’en a décidément pas fini avec les critiques.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply