Covid-19 en France : un test exigé pour les non-vaccinés de retour d’Espagne et du Portugal, informations sanitaires intégrées aux billets d’avion… – Le Monde

Spread the love

Tandis que le variant Delta continue d’inquiéter la France et l’Europe, le gouvernement français a annoncé, jeudi 15 juillet, de nouvelles mesures pour contenir la reprise de l’épidémie ainsi que pour venir en aide à des commerces touchés par la crise.

  • Test de moins de vingt-quatre heures demandé pour les non-vaccinés de retour d’Espagne et du Portugal

« Pour ceux qui ne sont pas vaccinés, quand ils reviennent d’Espagne et du Portugal, parce que la situation dans ces pays est difficile, un test de moins de vingt-quatre heures est à faire », a annoncé le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Clément Beaune, précisant que « la mesure devrait entrer en vigueur ce week-end ». En revanche, la France n’exigera pas d’isolement obligatoire pour les entrants en provenance de pays européens, a-t-il ajouté.

Jusqu’ici, il fallait un test PCR négatif de moins de soixante-douze heures ou un test antigénique de quarante-huit heures pour entrer en France en provenance d’Espagne et du Portugal. Ces deux grandes destinations touristiques estivales sont confrontées depuis quelques semaines à une recrudescence de l’épidémie de Covid-19, due au variant Delta.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : face à la reprise de l’épidémie, les pays européens en ordre dispersé

Le 8 juillet, Clément Beaune avait conseillé aux Français « d’éviter l’Espagne et le Portugal », en raison de la très forte hausse des cas de Covid-19 dans ces deux pays. Son message avait ensuite été tempéré par le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a simplement appelé les Français à se faire vacciner avant de traverser les Pyrénées.

Mais ses propos ont suscité à la fois inquiétude et désapprobation en Espagne, où le tourisme contribue à hauteur de 13 % au PIB. Les professionnels espagnols du tourisme se sont inquiétés mercredi d’un « coup de frein » sur les réservations après les mises en garde de la France et de l’Allemagne, qui a classé la péninsule ibérique « zone à risque ».

  • Air France propose d’intégrer les informations sanitaires au billet, la SNCF y travaille

Air France va proposer à ses clients d’intégrer à leur billet les données sanitaires leur permettant de voyager, afin de fluidifier les passages à l’aéroport, tandis que la SNCF travaille sur un dispositif similaire pour « dans plusieurs mois ». Les passagers d’Air France recevront, quelques jours avant le vol, un courrier électronique les invitant à transmettre « leurs documents d’ordre sanitaire via une plate-forme en ligne », a précisé, jeudi, la compagnie dans un communiqué, quatre jours après l’annonce de l’extension du passe sanitaire aux transports longue distance en France.

« Ces documents sont alors vérifiés et sous réserve de leur conformité, un message de confirmation est adressé au client. Les cartes d’embarquement émises porteront alors la mention ready to fly [“prêt à voler”] permettant une prise en compte rapide par les équipes Air France en aéroport le jour du départ », a encore précisé la compagnie.

« Ce service gratuit et facultatif rend également le parcours clients en aéroport plus fluide, en évitant des contrôles successifs », a fait valoir Air France, en soulignant qu’il sera déployé, dès samedi, vers la Corse et l’Outre-mer, puis « progressivement au cours de l’été sur un nombre croissant de destinations ».

  • Une nouvelle aide pour les commerces de village

Cette aide concerne « les commerces qui ont plusieurs activités (épicerie, bar-tabac, presse, point Poste ou encore auberge) situés en zone rurale et dont l’activité principale ne leur permet pas d’être éligibles aux aides mises en place par le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire », explique le ministère de l’économie dans un communiqué.

De nombreux villages comportent de tels commerces, souvent le seul de la localité. Leurs activités comprennent souvent un point de restauration mais pas dans une mesure suffisante pour bénéficier des aides publiques d’urgence destinées aux restaurants contraints à la fermeture par les restrictions sanitaires de 2020 et 2021.  « Cette aide sera égale à 80 % des pertes de chiffre d’affaires réalisées entre le 1er janvier 2021 et le 30 juin 2021, liées à l’activité faisant l’objet d’interdiction d’accueil du public », comme la restauration, « dans la limite de 8 000 euros par entreprise », précise-t-il.

Elle doit être demandée à partir de ce jeudi et jusqu’à l’automne auprès d’une chambre de commerce et d’industrie via la page https://les-aides.fr/commerces-multi-activites. Les premières aides doivent être versées à partir de la fin du mois de juillet.

  • Des ministres critiquent des « excès » lors des manifestations contre le passe sanitaire

Plusieurs ministres, dont le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, celle de la cohésion des territoires, ou celle de la transition écologique, ont dénoncé jeudi des « excès » et de la « violence » lors des manifestations de mercredi au nom de la « liberté » pour protester contre les annonces d’Emmanuel Macron sur le passe sanitaire, la vaccination et une prétendue « dictature ».

Quelque 53 manifestations ont rassemblé plus de 19 000 personnes dans plusieurs villes de France mercredi, selon le ministère de l’intérieur.

Le point : Passe sanitaire : où sera-t-il exigé ? Quels tests seront acceptés ? Les questions que pose son extension

Le Monde avec AFP

Leave a Reply