Covid-19 en France : les plus de 55 ans désormais tous éligibles à la vaccination – Le Monde

Spread the love
Préparation de doses de vaccin Pfizer-BioNTech, à Nice, le 9 avril.

Un pas de plus dans l’élargissement de la campagne de vaccination contre le Covid-19. L’ensemble des personnes de plus de 55 ans – et non plus seulement celles souffrant de comorbidités – vont pouvoir accéder au vaccin AstraZeneca, chez les médecins généralistes, les pharmaciens ou encore auprès des infirmiers. Dès le lundi 12 avril, « tous les Français de plus de 55 ans, sans conditions, pourront recevoir ce produit », a annoncé Olivier Véran, ministre de la santé, dans une interview au Journal du dimanche. Depuis le 19 mars, le gouvernement a réservé le vaccin de la firme suédo-britannique aux personnes de plus de 55 ans souffrant de pathologies à risques face au Covid-19, après la survenue de cas rares mais graves événements thromboemboliques, observés majoritairement chez des personnes moins âgées.

D’autres leviers doivent permettre d’accélérer cette « course contre la montre » de la vaccination face à la troisième vague épidémique qui sévit dans le pays. Dans les semaines qui viennent, les plus de 55 ans pourront recevoir également un nouveau vaccin : le produit de l’entreprise Johnson & Johnson, livré à compter de lundi. Autorisé depuis le 12 mars par la France, il doit intégrer lui aussi le circuit des pharmacies et de la médecine de ville, avec l’avantage de ne nécessiter qu’une seule injection.

« Cela va faciliter notre recrutement, réagit Jacques Battistoni, à la tête de MG France, principal syndicat chez les médecins généralistes. Nous arrivons jusqu’ici à vacciner, car nous avons peu de doses, mais la cible est étroite et la source va commencer à se tarir. » Avec un « petit plus » jugé bienvenu chez les médecins : alors que le vaccin AstraZeneca souffre d’une certaine défiance dans la population, les patients de 55 à 60 ans, soit 4 millions de personnes, n’auront accès pour l’instant qu’à cette vaccination chez les professionnels de santé, et pas encore aux centres qui dispensent les vaccins à ARN messager, Pfizer et Moderna.

Un « levier » pour accélérer la vaccination

Pour ces deux solutions, Olivier Véran a confirmé le calendrier annoncé par le président de la République : jusqu’ici réservées principalement aux plus de 70 ans et aux personnes souffrant de pathologies à risque, elles seront accessibles, à compter du 16 avril, en centre de vaccination, à toutes les personnes de plus de 60 ans.

« Tout ce qui peut concourir à une vaccination plus large pour les personnes les plus à risques face à cette maladie est une bonne chose, sachant que l’âge est le facteur majeur », souligne l’épidémiologiste Mahmoud Zureik. D’après une étude menée par son équipe sur l’ensemble de la population française, le risque de décès est dix fois plus important pour des personnes âgées de 55 à 59 ans, que pour les 40-44 ans. Seul « point d’alerte », selon le professeur de santé publique, il ne faudrait pas que cette ouverture se fasse au détriment des plus âgés : « La couverture vaccinale optimale chez les plus de 75 ans n’est pas encore atteinte », rappelle-t-il.

Il vous reste 49.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply