Covid-19 en France : 47 453 élèves positifs depuis la rentrée et 9 202 classes fermées – Le Monde

Suzanne, 5 ans, est testée à Albigny-sur-Saône, près de Lyon, mardi 4 janvier 2022.

La rentrée scolaire s’est déroulée, lundi, sous la menace du variant Omicron du coronavirus, faisant redouter aux parents d’élèves et aux enseignants un mois de janvier perturbé par les risques de contamination. Le nombre de classes fermées à cause de l’épidémie de Covid-19 a explosé cette semaine a confirmé, jeudi 6 janvier, le ministère de l’éducation nationale, pour s’établir à 9 202, soit le plus haut niveau depuis le printemps de 2021.

Le précédent bilan, qui date du 16 décembre, avant les vacances de Noël, était de 2 970 classes fermées, environ un tiers du nombre annoncé en ce début d’année. Au total, la France compte 527 200 classes. En avril 2021, avant la fermeture des écoles pour plusieurs semaines, le nombre de classes fermées était passé à 11 272 le 2 avril. Il était ensuite redescendu à 5 110 à la fin du mois de mai. Dans le détail, selon un communiqué du ministère de l’éducation, « à ce jour, on compte 28 structures scolaires fermées (20 écoles, 6 collèges et 2 lycées) ».

La rentrée scolaire provoque des embouteillages dans les pharmacies, qui font face à un afflux de malades et doivent supporter une vague d’écoliers contraints de se faire tester massivement à chaque cas positif décelé dans une classe.

Le ministère recense 47 453 cas de contamination déclarés d’élèves (contre 50 052 le 16 décembre) et 5 631 cas déclarés au sein du personnel (contre 2 599 le 16 décembre). Ces données chiffrées sont communiquées à l’issue d’une réunion qui a eu lieu jeudi après-midi entre le ministère et les organisations syndicales.

Retrouvez le décryptage : Article réservé à nos abonnés La stratégie de Jean-Michel Blanquer à l’épreuve de la rentrée scolaire

Commande de masques pour le personnel

Le ministère a annoncé aux syndicats qu’il a « commandé 55 millions de masques chirurgicaux afin d’équiper les personnels des écoles et des établissements scolaires, avec des premières livraisons dès la mi-janvier ». Cela fait suite aux propos du premier ministre, Jean Castex, qui avait évoqué jeudi matin sur BFM-TV la fourniture de masques aux enseignants d’ici la fin du mois de janvier.

Par ailleurs, les enseignants ne seront pas obligés de mener de front présentiel et distanciel. « Les conditions d’enseignement présentiel/distanciel vont être précisées en tenant compte de la variété de situations, sans imposer aux professeurs deux formes d’enseignements parallèles, mais en permettant d’assurer le lien avec les élèves absents en réactivant l’ensemble des dispositifs utilisés pour assurer la continuité pédagogique », écrit le ministère.

L’accueil des enfants de soignants, lorsque la classe ou l’établissement de leur enfant est fermé, concerne « tous les personnels des établissements de santé », mais aussi plus généralement les médecins, pharmaciens, infirmiers, laborantins, etc.

Depuis lundi, les élèves ont retrouvé leurs classes sous le même protocole sanitaire : le niveau 3 (sur 4) est maintenu dans les écoles élémentaires, tout comme le niveau 2 dans les collèges et lycées, afin de réduire le brassage entre les classes et les niveaux. En revanche, il n’y a plus de fermeture de classe dès que trois élèves sont infectés, mais seulement « en fonction de la situation » et « en présence par exemple d’un très grand nombre de cas », selon le ministère. Deuxième évolution : le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a décidé de soumettre désormais les élèves à trois tests en quatre jours si un camarade est positif dans la classe.

Lire aussi Covid-19 à l’école : Jean-Michel Blanquer justifie avoir dévoilé le nouveau protocole sanitaire tardivement « pour être au plus près de la réalité »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *