Covid-19 : Emmanuel Macron esquisse un déconfinement prudent – Le Monde

Spread the love
Emmanuel Macron échange avec élèves lors d’une visite dans une école primaire de Melun (Seine-et-Marne), le 26 avril.

Qui pourra rouvrir, et quand ? La Charente sera-t-elle logée à même enseigne que Paris, et le Finistère que les Alpes-Maritimes ? Parler du plan de déconfinement de l’exécutif revient à s’engager dans un dédale sans fil d’Ariane. A l’origine, la promesse se voulait simple : le confinement devait durer quatre semaines, puis les terrasses et « certains lieux de culture » rouvrir « dès la mi-mai », comme l’avait assuré Emmanuel Macron lors de son allocution, le 31 mars. Ensuite, « à partir de la mi-mai », « un calendrier de réouverture progressive » devait être égrené jusqu’au « début de l’été (…) pour la culture, le sport, le loisir, l’événementiel, nos cafés et restaurants », ainsi que les commerces, avait précisé le chef de l’Etat, suscitant l’espoir de milliers de professionnels. Mais à l’approche de l’échéance, et alors qu’un nouveau conseil de défense sanitaire est prévu mercredi 28 avril, l’exécutif tâtonne.

Lors d’un échange en visioconférence avec dix maires de petites et moyennes communes, mardi, Emmanuel Macron a tenté de baliser le chemin. Non, le déconfinement ne sera pas territorialisé, leur a-t-il affirmé. En revanche, « s’il s’avère que sur tel ou tel territoire nous retrouvons une circulation importante du virus, on pourra resserrer localement », a prévenu le président de la République, selon des propos rapportés par plusieurs participants. La levée des contraintes devrait toutefois comporter un volet territorial, avec une réouverture des restaurants et de certains lieux culturels conditionnée au taux d’incidence enregistré dans chaque département. « Je pense qu’on ne peut pas rouvrir les restaurants, disons fin mai ou en juin, dans des départements où ça circule encore beaucoup », avait prévenu le chef de l’Etat, lundi, lors d’un déplacement à Melun (Seine-et-Marne).

Pas question d’entretenir l’idée d’un grand soir au moment où la France flirte avec le seuil des 6 000 patients en réanimation – le plus haut niveau enregistré depuis un an – et que plus de 30 000 nouveaux cas de Covid-19 sont décomptés chaque jour. Mardi, Emmanuel Macron a prévenu les maires qu’il ne comptait pas desserrer l’étreinte trop vite : le couvre-feu à 19 heures sera prolongé jusqu’à la mi-mai. « Il pourrait être maintenu jusqu’à fin juin, mais un peu plus tard », rapporte même Julie Arias, maire de Lançon-Provence (Bouches-du-Rhône), qui a participé à l’échange avec le chef de l’Etat. M. Macron avait déjà promis, lundi, d’« essayer » de décaler l’heure du couvre-feu, « un peu, car 19 heures c’est très tôt ».

Il vous reste 56.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply