Covid-19 dans le monde : l’Inde reçoit de l’oxygène, mais déplore un nombre de morts jamais atteint en vingt-quatre heures – Le Monde

Spread the love

Plus de 152 millions de personnes ont à ce jour été contaminées dans le monde, dont près de six millions en une semaine, selon un comptage réalisé par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de bilans officiels publiés vendredi 30 avril. Plus de 3,19 millions de patients sont morts du Covid-19 dans le monde depuis la fin de décembre 2019.

  • Paris et Londres envoient à leur tour des respirateurs en Inde

Des patients atteints du Covid-19 reçoivent de l’oxygène devant un lieu de culte sikh, à New Delhi, en Inde, le samedi 1er mai.

L’Inde a enregistré près de 400 000 nouvelles contaminations ces dernières vingt-quatre heures. Près de 3 700 personnes sont mortes du Covid-19 en Inde dans le même laps de temps samedi, soit la plus forte augmentation jamais enregistrée en une journée, portant le bilan total à plus de 215 000 morts.

Les hôpitaux de la capitale indienne sont submergés et connaissent des pénuries de lits, de médicaments et d’oxygène, avec des conséquences souvent fatales pour de nombreuses personnes, qui meurent devant les établissements sans pouvoir être soignées. Un bilan dramatique que de nombreux experts estiment cependant largement sous-évalué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Europe, le variant indien peu présent mais sous étroite surveillance

Un avion-cargo affrété par la France a atterri à New Delhi dimanche matin avec 28 tonnes d’équipement médical à son bord, dont huit générateurs d’oxygène de grande capacité, a constaté l’Agence-France-Presse. Ces équipements peuvent remplir des bouteilles avec un débit de 20 000 litres d’air par heure, chaque centrale pouvant alimenter en continu un hôpital indien de 250 lits sans interruption pendant une dizaine d’années, ont fait savoir les autorités françaises dans un communiqué.

Ces usines à oxygène doivent être livrées dimanche à huit hôpitaux indiens, six à Delhi, un dans l’Etat de l’Haryana (nord) et un dans l’Etat de Telangana (centre). Ce fret, première phase de « l’opération de solidarité » française, comporte également 28 respirateurs et 200 pousse-seringues électriques.

Lire aussi Covid-19 : le rôle du variant B.1.617 dans la catastrophe sanitaire en Inde reste incertain

Le Royaume-Uni va de son côté envoyer 1 000 respirateurs supplémentaires en Inde, a annoncé dimanche le ministre des affaires étrangères britannique, Dominic Raab. Un premier envoi de concentrateurs d’oxygènes et de respirateurs en provenance du Royaume-Uni est arrivé mardi sur place, et une deuxième cargaison du même type devait arriver vendredi. Au total, 495 concentrateurs d’oxygène et 200 respirateurs seront livrés par Londres, l’ancienne puissance coloniale. « Le Royaume-Uni sera toujours là pour l’Inde quand elle en a besoin », a déclaré Boris Johnson, dimanche, dans un communiqué. Le premier ministre britannique doit s’entretenir mardi avec son homologue indien, Narendra Modi.

Après l’aide américaine de plus de 400 bouteilles d’oxygène et d’un million de tests de dépistage du coronavirus arrivée vendredi, l’Inde a également réceptionné de l’aide médicale en provenance d’Allemagne. Un avion militaire allemand a atterri samedi, à New Delhi, avec à son bord 120 respirateurs.

Samedi 1er mai, l’Inde a ouvert la vaccination contre le Covid-19 à l’ensemble de sa population adulte, soit quelque 600 millions de personnes. Jusqu’à présent, environ 150 millions de vaccins ont été administrés, soit pour seulement 11,5 % de la population, et à peine 25 millions d’habitants ont reçu leurs deux injections.

  • 132 interpellations à Bruxelles

Un policier interpelle un homme dans le parc du bois de la Cambre, à Bruxelles, en Belgique, le 1er mai.

La police belge a interpellé 132 personnes samedi lors de la dispersion d’un rassemblement festif dans un parc de Bruxelles contre les restrictions sanitaires, réunion qui avait été interdite par les autorités, selon un communiqué officiel publié dimanche. Ce rassemblement, qui a réuni entre 1 000 et 2 000 personnes, avait été organisé via les réseaux sociaux pour faire la fête et protester contre les restrictions.

La dispersion a été brutale, avec charge de la police et intervention de canons à eau et de la gendarmerie à cheval. Une personne a été assommée par un tir d’eau et quatorze autres ont été légèrement blessés, dont une pour avoir été heurtée par un cheval. Trois policiers ont été hospitalisés et une dizaine légèrement blessés. Cinq personnes interpellées ont été placées en garde à vue, a précisé la police.

Un rassemblement similaire, organisé le 1er avril, avait réuni près de 2 000 personnes dans le même parc, et avait dégénéré en affrontements lorsque la police était intervenue pour faire évacuer les lieux. Les autorités avaient été contraintes d’envoyer des renforts pour maîtriser la situation. D’importants moyens avaient donc été mobilisés samedi avec 600 policiers antiémeute, plusieurs canons à eau et une unité de la gendarmerie montée, positionnés aux alentours du parc avant l’arrivée des participants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Belgique, la contestation des mesures limitant les libertés s’amplifie
  • Restrictions d’accès au Nigeria

Le Nigeria va restreindre l’accès à son territoire à tous les voyageurs étrangers ayant séjourné au cours des deux semaines précédentes au Brésil, en Inde et en Turquie, afin de limiter la propagation du SARS-CoV-2, ont annoncé dimanche les autorités sanitaires. Cette mesure ne s’applique pas aux passagers ayant effectué un transit par l’un de ces pays, a précisé dans un communiqué le comité présidentiel de lutte contre le Covid-19.

Les citoyens nigérians et les résidents permanents au Nigeria qui se sont rendus dans au moins un de ces trois pays dans les quatorze derniers jours devront à leur arrivée se soumettre à une quarantaine obligatoire d’une semaine dans une structure homologuée par le gouvernement, selon le communiqué. De plus, tout passager arrivant au Nigeria devra désormais présenter un test négatif au SARS-CoV-2 de moins de soixante-douze heures.

Le pays le plus peuplé d’Afrique a officiellement enregistré plus de 165 000 cas de coronavirus, pour 1 954 morts. Mais ces bilans sont jugés sous-évalués, en raison du faible nombre de tests réalisés au regard d’une population d’un peu plus de 200 millions d’habitants.

Lire aussi L’Afrique face au Covid-19 : la peur du scénario indien

Le Monde avec AFP

Leave a Reply