Covid-19 : Castex appelle à ne «jamais se moquer des gens qui ont peur du vaccin» – Le Parisien

Spread the love

C’est une mise au point qui intervient en plein week-end de mobilisation autour de la vaccination – ouverte à tous sans rendez-vous jusqu’à dimanche soir – et alors que plus de 140 000 personnes ont défilé en France samedi contre le pass sanitaire.

« Dans les antivax, il y a des gens qui ne savent pas, qui ont la trouille et il ne faut jamais se moquer des gens qui ont peur, a assuré le Premier ministre Jean Castex, invité de l’émission On est en direct. Il est donc de notre responsabilité d’expliquer la réalité. Ce qui a des effets secondaires graves, on en est sûr, c’est la Covid. Jamais aucun vaccin n’a fait l’objet d’une surveillance aussi étroite et dans tous les pays que les vaccins contre la Covid. »

« On a parfaitement le droit d’être contre le vaccin »

Face aux cortèges rassemblant « un conglomérat de gens disparates » qui ont défilé dans les rues pour le huitième samedi consécutif, le chef du gouvernement a tenu à rappeler des « principes simples » : « On a parfaitement le droit de manifester, on a parfaitement le droit d’être contre le vaccin ou contre le pass sanitaire en République et en démocratie. Mais on n’a pas le droit de se servir de ces motifs pour tenir des propos antisémites. On n’a pas le droit au motif qu’on est antivax d’aller incendier des centres de vaccination, on n’a pas le droit parce qu’on est anti-pass de s’en prendre physiquement à un serveur de café, on n’a pas le droit parce qu’on est antivax de faire des faux rendez-vous dans un centre de vaccination pour créer un embouteillage au risque de périmer les doses de vaccins, alors qu’il y a des pays pauvres qui manquent de doses ! »

Face à Laurent Ruquier et Léa Salamé, Jean Castex a par ailleurs assuré que « ça va mieux » sur le front de l’épidémie, mais que « nous devons rester vigilants ».

« On est libre. On a un certain nombre de contraintes car la pandémie est là. Lorsqu’on est vacciné, vous pouvez encore transmettre le virus. La vaccination est là mais l’épidémie aussi. S’il n’y avait pas le pass sanitaire, l’alternative c’est quoi ? La fermeture comme on l’a connu. Ce pass, il est utile, on le met là où c’est utile et il produit des résultats ».

Leave a Reply