Cour suprême : les républicains cimentent leur majorité pour un vote sur la candidate de Trump – Le Monde

Spread the love

Grand critique de Donald Trump, l’opinion de Mitt Romney était très attendue après que deux républicaines modérées ont estimé que la chambre haute du Congrès ne devait pas voter avant le scrutin. L’élu républicain Mitt Romney a annoncé, mardi 22 septembre, qu’il ne s’opposerait pas à un vote au Sénat sur la candidate à la Cour suprême de Donald Trump avant la présidentielle du 3 novembre, consolidant ainsi la majorité du parti pour procéder à ce vote controversé. Si un vote sur la future candidate « arrive dans l’hémicycle du Sénat, je compte voter sur la base de ses qualifications », a écrit l’ex-candidat à la présidentielle de 2012.

Donald Trump a indiqué, mardi matin, qu’il révélerait le nom de sa candidate dès samedi. « J’annoncerai ma candidate pour la Cour suprême samedi, à la Maison Blanche ! L’heure exacte reste à déterminer », a tweeté le milliardaire républicain. Donald Trump a indiqué, lundi soir, qu’il envisageait cinq magistrates présélectionnées en vue de remplacer Ruth Bader Ginsburg, la doyenne progressiste et féministe de la Cour morte vendredi à 87 ans des suites d’un cancer.

Lire aussi Pourquoi la succession de Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême va influer sur l’élection présidentielle

Parmi les favorites figurent, en tête, Amy Coney Barrett, une catholique de 48 ans, ainsi qu’une magistrate d’origine cubaine née en Floride, Barbara Lagoa, 52 ans. Cette dernière est « excellente, elle est hispanique, c’est une femme formidable », a déclaré le président américain sur Fox News. « Nous aimons la Floride », a-t-il ajouté à propos de cet Etat qui devrait jouer un rôle-clé dans le résultat de la présidentielle.

« Je compte suivre la Constitution »

C’est le Sénat qui doit confirmer, à la majorité simple, les juges à la Cour suprême nommés à vie par le président. « La Constitution donne au président le pouvoir de nommer » ses candidats à la Cour suprême « et au Sénat l’autorité » de les confirmer à ces postes à vie, a souligné Mitt Romney. « En conséquence, je compte suivre la Constitution et les précédents en envisageant le candidat du président », a-t-il révélé dans un communiqué.

Les démocrates sont vent debout, arguant qu’il faudrait attendre l’élection du 3 novembre, qui opposera Donald Trump à Joe Biden, avant tout vote et, en cas de victoire de l’ancien vice-président de Barack Obama, attendre même sa prise de fonctions en janvier 2021. Mais le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a indiqué dès vendredi soir qu’il comptait organiser un vote pour remplacer « RBG ». Il a réitéré lundi que le Sénat voterait « cette année », sans préciser de calendrier. Il dispose d’une majorité de 53 sièges contre 47.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Cour suprême américaine : le Parti républicain veut passer en force au Sénat

Le Monde avec AFP

Leave a Reply