Coupe du monde 2022 : le Maroc d’Hakimi quitte Conakry, théâtre d’une tentative de coup d’état – Le Parisien

Spread the love

À ce stade, le football est devenu secondaire et seul compte l’intégrité des joueurs. Ils devaient affronter la Guinée lundi à 17 heures dans le cadre des éliminatoires de la zone Afrique à la Coupe du Monde 2022, mais l’équipe nationale du Maroc a finalement été contrainte de repartir, au vu de la situation extrêmement confuse qui s’y déroule, avec une tentative de coup d’état militaire en cours depuis le début de journée. Des tirs nourris d’armes automatiques retentissaient dimanche dans le centre de Conakry, et les putschistes ont annoncé avoir capturé le président Alpha Condé. Le Parisien Achraf Hakimi a posté dans la soirée sur son compte Instagram, une photo depuis l’avion du retour, précisant « We take off » ( « Nous décollons »).

Plus tôt dans la journée, Mohamed Makrouf, l’un des responsables de la Fédération royale marocaine de football avait affirmé à l’AFP que Vahid Halilhodžić et ses hommes étaient « en sécurité et se trouvaient dans un hôtel un peu loin de la zone de tensions ». « Les responsables marocains travaillent pour faire évacuer l’équipe aujourd’hui. Un avion est déjà à l’aéroport pour l’opération », avait-il précisé. Dans une vidéo publiée plus tôt dans la journée, les putschistes annonçaient avoir déjà fermé les frontières.

La Fédération marocaine de football était « en contact avec la FIFA pour savoir si le match serait reporté ou pas », avait ajouté M. Makrouf. Plusieurs joueurs de Ligue 1 et de Ligue 2 étaient concernés par ce match : côté marocain, on retrouvait évidemment le Parisien Achraf Hakimi, mais aussi Sofiane Boufal (Angers), Nayef Aguerd (Rennes) et Sofiane Alakouch (Metz). Côté guinéen, le co-meilleur buteur de Ligue 1 Mohamed Bayo (Clermont), mais aussi Abdoulaye Sylla (Nantes), Saïdou Sow (Saint-Étienne), Florentin Pogba (Sochaux), Issiaga Sylla (Toulouse) et Ibrahima Conté (Niort) sont présents.

Interrogé par l’Equipe, le sélectionneur du Maroc Vahid Halilhodzic indiquait espérer rentrer au Maroc « avant la nuit ». « On ne sait pas vraiment ce qu’il se passe en dehors de l’hôtel. Ça tire depuis 10 heures ce matin. Le palais présidentiel n’est pas très loin de nous, à mon avis il n’y a pas grand monde dans la rue. J’ai vu des soldats traverser la rue en courant. On ne sait pas. Les joueurs ne sont pas rassurés, l’inquiétude est présente, c’est sûr. »

Leave a Reply