Corse : une pollution hydrocarbures tout près des côtes, le plan Polmar terre activé – Le Parisien

Spread the love

Sans doute un dégazage. Le préfet de Haute-Corse annoncé samedi avoir activé le plan Polmar-Terre, dédié à la protection du littoral, après la détection vendredi d’une pollution hydrocarbures en mer à l’Est de la Corse, à environ 10 km de la côte. Cette pollution, contenant des hydrocarbures lourds se répartit en deux nappes sur une longueur d’environ 19 nautiques (environ 35 kilomètres). Elle se situe dans le secteur Aleria-Solenzara et rapidement dérive en direction des côtes, a précisé la préfecture maritime de Méditerranée dans un communiqué.

Une pollution qui approche dangereusement de l’île de Beauté, puisque ce samedi matin, le préfet maritime de la Méditerranée a expliqué sur BFMTV que « la zone de pollution se trouve à 800 mètres de la côte et se rapproche ».

Elle « résulte vraisemblablement d’un dégazage mais la taille et la nature des produits ne permettent pas d’espérer une dilution naturelle et nécessitent d’engager des unités et du matériel spécifique antipollution », a-t-on précisé de même source. Le préfet de Haute-Corse appelle les populations à « ne pas toucher ou procéder par eux-mêmes au ramassage des galettes qu’ils peuvent être susceptibles de trouver sur les plages » mais à informer de leur présence la gendarmerie ou les sapeurs-pompiers.

De gros moyens déployés

La pollution a été repérée vendredi vers midi au cours d’un exercice mené par la base aérienne de Solenzara. La préfecture maritime de Méditerranée a immédiatement envoyé sur place un avion Falcon50 de la Marine nationale. Ce dernier a pris des photos qui ont permis de caractériser la nature, la localisation et la dimension de cette pollution. Ces premiers éléments ont ensuite été confirmés par les observations visuelles de la vedette des douanes « Libecciu », basée à Bastia, qui a effectué des prélèvements sur la zone.

« Des moyens nationaux stationnés en Corse sont mobilisés pour intervenir le plus rapidement possible. La situation est suivie en collaboration avec les maires », a précisé la préfecture de Haute-Corse. Une vedette des Affaires maritime « Mimosa » embarquant du personnel de la base navale d’Aspretto et le remorqueur « Altagna » de la société Erasme basé à Bastia doivent se rendre sur place samedi matin pour mener des opérations de lutte par chalutage.

Deux bâtiments de soutien et d’assistance affrétés (BSAA), « Pionnier » et « Jason », basés à Toulon sont également attendus sur zone ce samedi « avec des matériels spécifiques antipollution et du personnel spécialisé de la cellule antipollution de la base navale de Toulon. Le préfet maritime de la Méditerranée explique par ailleurs que cette pollution « ne se dilue pas facilement » et que malgré les moyens déployés, « on ne peut pas tout ramasser ».

Leave a Reply