Corps retrouvé dans le Rhône à Avignon : c’est bien celui de la petite Sarah – Midi Libre

Spread the love

Des sources concordantes confirment à Midi Libre que le corps retrouvé ce matin près de l’Ile Piot à Avignon est bien celui de Sarah, cette fillette de 11 ans recherchée depuis plusieurs jours. Son père, qui n’avait pas ramené l’enfant à sa mère samedi, est en garde à vue depuis mercredi. Il a expliqué qu’elle avait chuté accidentellement dans le Rhône. Le parquet d’Avignon a requalifié l’enquête en meurtre par ascendant.

Le corps retrouvé ce jeudi matin par des plongeurs dans le Rhône, sur l’ile de Piot, à Avignon, est bien celui de la petite Sarah, cette fillette de 11 ans qui était activement recherché depuis samedi par la police et la gendarmerie. Son père, qui n’avait pas ramené l’enfant à sa mère après l’avoir prise pour le week-end, est désormais interrogé dans le cadre de cette enquête qui a été requalifiée en meurtre par ascentant par le procureur de la République d’Avignon.

Cet Espagnol était séparé depuis 18 mois de son épouse, avec laquelle ils avaient eu cette fillette, qui souffrait d’un léger handicap mental. La mère avait mis fin à leur relation, dans un contexte d’alcoolisme du père et de violence conjugale: il n’avait obtenu aucun droit de visite ou d’hébergement de sa fille, compte tenu de son comportement, et était parti vivre en Espagne.

Il était revenu récemment près d’Avignon, et avait émis le souhait de reprendre contact avec l’enfant. Un premier week-end s’était bien passé, et la mère avait accepté de lui laisser l’enfant le week-end dernier. Dès le samedi après-midi, il l’avait appelée en évoquant une chute de Sarah dans le Rhône, avant de couper son téléphone. Une enquête pour disparition inquiétante avait alors été ouverte. Recherché, il a été repéré aux Angles mercredi grâce à l’appel à témoin diffusé dans la presse, et a été placé en garde à vue par les policiers de l’antenne d’Avignon du SRPJ de Montpellier. Selon nos informations, il a à nouveau évoqué la thèse d’une chute accidentelle dans le Rhône pour expliquer le décès de l’enfant.

Une autopsie doit être rapidement effectuée à l’institut médico-légal de Nîmes, qui devrait permettre de savoir si l’enfant est morte noyée, ou si elle a été auparavant victime d’autres violences.

Leave a Reply