Coronavirus : tout comprendre aux mesures gouvernementales pour les professionnels (et télécharger l’attestation)

Spread the love
Coronavirus : tout comprendre aux mesures gouvernementales pour les professionnels (et télécharger l'attestation)

Sommaire :

  • Qu’est ce qui change le 17 mars 2020 ?
  • Ou trouver l’attestation pour aller travailler ? Ici sur ZDNet
  • Puis-je aller travailler ?
  • Puis-je prendre les transports pour aller travailler ?
  • Quels sont les gestes barrières à appliquer dans un cadre professionnel ?
  • Dois-je porter un masque au travail ?
  • Que faire si je pense que je suis malade sur mon lieu de travail ?
  • Quels sont les personnes « à risque » (et qui donc ne devraient pas se rendre sur leur lieu de travail) ?
  • Pour les étudiants
  • Pour les parents d’élève

Les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement hier sont destinées à mettre en pratique les déclarations d’Emmanuel Macron : “nous sommes en guerre”. Voici tout ce que les professionnels doivent savoir dans ce nouveau contexte.

publicité

Qu’est ce qui change le 17 mars 2020 ?

Sur le site du gouvernement on peut donc désormais lire qu’un dispositif de “confinement est mis en place sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum”.Conséquence, les déplacements sont interdits sauf pour :

  • Se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible ;
  • Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés ;
  • Se rendre auprès d’un professionnel de santé ;
  • Se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables à la stricte condition de respecter les gestes barrières ;
  • Faire de l’exercice physique uniquement à titre individuel, autour du domicile et sans aucun rassemblement.

Ou trouver l’attestation pour aller travailler ? Ici sur ZDNet

Dans tous ces cas, il faut être muni d’une attestation téléchargeable ici (c’est le site du Ministère de l’Intérieur et il y a des chances qu’il soit saturé), ou bien là (c’est le site de ZDNet.fr et il est bien dimensionné (on espère). A noter que l’attestation peut être également rédigée sur papier libre. Les infractions à ces règles seront sanctionnées d’une amende allant de 38 à 135 euros.

 

La fameuse attestation nécessaire aux professionnels.

Les frontières de l’espace Schengen seront fermées à partir du 17 mars à midi pour une période de 30 jours.

Puis-je aller travailler ?

Non, je reste chez moi et je fais du télétravail. Si le télétravail n’est pas possible je peux me rendre au travail en transports ou par mes moyens personnels, muni d’une attestation et d’une carte d’identité.A noter que l’employeur est tenu d’adapter le travail de chacun pour assurer la sécurité des employés si le télétravail est impossible.

Pour les employeurs, le gouvernement recommande de généraliser le recours au télétravail et de suspendre toute réunion physique de personnes qui ne serait pas indispensable à la continuation de l’activité. L’employeur doit également informer les salariés des bonnes pratiques et recommandations pour protéger la population. A noter cette pasge très complète permet d’obtenir de nombreuses réponses aux questions que se posent employeurs et salariés.

Puis-je prendre les transports pour aller travailler ?

Les transports ne seront ouverts qu’aux personnes étant dans l’obligation de se rendre sur leur lieu de travail. Une attestation pourra leur être demandée.

Quels sont les gestes barrières à appliquer dans un cadre professionnel ?

Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage professionnel si vous n’êtes pas dans la possibilité de télétravailler :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts

Dois-je porter un masque au travail ?

Le port du masque chirurgical n’est pas recommandé sans présence de symptômes. Le masque n’est pas la bonne réponse pour le grand public car il ne peut être porté en permanence et surtout n’a pas d’indication sans contact rapproché et prolongé avec un malade.

Que faire si je pense que je suis malade sur mon lieu de travail ?

En cas de symptômes (toux, fièvre) qui font penser au Covid-19, le Ministère de la Santé recommande aux professionnels de d’éviter les contacts, de rentrer chez eux et d’appeler un médecin avant de se rendre à son cabinet, voire d’appeler le numéro de permanence de soins de sa région. A noter que la téléconsultation est possible. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, il faut appeler le SAMU (15).

En cas de test positif lors du rendez-vous médical, les autorités appellent à rester strictement à domicile, de porter un masque pour se rendre au rendez-vous médical. En cas de difficulté respiratoire, appeler le 15.

Il faut ensuite se faire prescrire un arrêt de travail initial d’une durée de 7 à 14 jours. Ensuite via la téléconsultation, un avis médical sera donné. En fonction de l’état de santé, un arrêt de travail sera renouvelé pour 7 jours supplémentaires. L’isolement devra être levé 48h après la résolution complète des symptômes.

Quels sont les personnes « à risque » (et qui donc ne devraient pas se rendre sur leur lieu de travail) ?

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont :

  • Les personnes âgées de 70 ans et plus. Et les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée.
  • Les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  • Les malades atteints de cirrhose au stade B au moins
  • Les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque ;
  • Les diabétiques insulinodépendants ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie) ;
  • Les insuffisants respiratoires chroniques sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • Les personnes avec une immunodépression médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive, infection à VIH non contrôlé avec des CD4 <200/mn3 consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques, atteint d’hémopathie maligne en cours de traitement, présentant un cancer métastasé.
  • Les femmes enceintes à partir du 3e trimestre
  • Les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m2 : par analogie avec la grippe A (H1N1)
  • Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes souffrant de maladies chroniques (hypertension, diabète), les personnes âgées (plus de 70 ans), immunodéprimées ou fragiles présentent un risque plus élevé. Dans les cas plus sévères, la maladie peut entraîner un décès.

Pour les étudiants

Les universités du pays sont fermés depuis lundi, au moins jusqu’aux vacances de printemps, ce qui concerne 2,6 millions d’étudiants. Trois à quatre heures d’enseignement par jour – exercices en ligne, “classe virtuelle” en visioconférence- doivent être proposées par les établissements. Les examens et les concours de recrutement sont reportés.

Pour les parents d’élève

Dans le cadre des fermetures d’écoles, les parents d’un enfant âgé de moins de 16 ans peuvent bénéficier d’un arrêt maladie indemnisé si il n’est pas possible de bénéficier d’un aménagement des conditions de travail permettant de rester à domicile pour garder les enfants. A noter qu’un seul des deux parents peut bénéficier d’un arrêt dans ce contexte.

Leave a Reply