Advertisements

Coronavirus : tous les établissements scolaires de l’Oise et du Haut-Rhin fermés pour 15 jours – Le Parisien

Spread the love

Ne lui parlez pas de classe à distance! « C’est à l’école qu’on apprend et quand celle-ci est fermée, il n’y a tout simplement pas classe. Tout le reste, c’est de la com’», fulmine Pierre Ripart, professeur des écoles et représentant syndical (Snuipp FSU) dans l’Oise. Dans ce département, tous les établissements scolaires, de la maternelle au lycée, ainsi que les crèches, vont fermer pour deux semaines à partir de lundi à cause de l’épidémie de coronavirus Covid-19, a annoncé vendredi 5 mars en début de soirée le Premier ministre, Edouard Philippe. La même décision a été prise pour les écoles, collèges, lycées et crèches du Haut-Rhin.

L’hypothèse d’une fermeture totale dans l’ensemble du pays, comme en Italie, n’était ce vendredi toutefois pas à l’ordre du jour de ce côté-ci des Alpes, même en cas de déclenchement du stade 3 de l’épidémie. « Ce n’est pas la bonne décision que de tout fermer », estimait ce vendredi matin le ministre de l’Education national Jean-Michel Blanquer, arguant qu’« il est très important de maintenir le fonctionnement du pays ».

« On n’est pas prêts pour une vraie classe à distance »

« L’école n’est surtout pas prête, persifle Francette Popineau, porte-parole du principal syndicat des enseignants du premier degré, le Snuipp-FSU. On est prêts pour des sortes de cahiers de vacances améliorés, oui, mais pas pour une véritable classe à distance où les enfants apprendraient de nouvelles notions. »

Selon les chiffres communiqués ce vendredi par Jean-Michel Blanquer, « environ 150 » écoles, collèges et lycées subissaient déjà des mesures de fermeture vendredi matin, prises par les préfectures en lien avec les autorités de santé. Soit environ 45 000 jeunes priés de rester à la maison.

Selon les informations du ministère du Travail, « en l’absence de solution de garde », leurs parents peuvent demander à un médecin, habilité par l’Agence régionale de santé, un avis d’arrêt de travail, sans jour de carence et pour une durée « correspondant à la durée d’isolement préconisée de l’enfant ».

Dans l’Oise, 191 « classes virtuelles » créées

Jusqu’ici, l’utilisation du site de cours en ligne mis à disposition par le Cned, le service public d’école à distance, est restée modeste : dans les académies d’Amiens (Somme) et de Rennes (Ille-et-Vilaine), les plus concernées par les fermetures, 6500 élèves et 850 enseignants s’y sont connectés depuis lundi, selon la Direction générale de l’enseignement scolaire, principalement au primaire. Dans l’Oise, 191 « classes virtuelles » du Cned ont été créées, pour un département qui compte 5000 instituteurs.

Au collège et au lycée, les enseignants ont davantage recours aux intranets de leurs établissements, utilisés depuis plusieurs années pour communiquer avec les familles, aux mails ou à des plates-formes privées, comme celle de la start-up Klassroom, qui a décidé de mettre son site habituellement payant à disposition gratuite des écoles, le temps de la crise sanitaire. « Encore faut-il avoir les adresses des parents : dans une école de Creil, la directrice n’avait que huit contacts de familles, pour 120 élèves », remarque Pierre Ripart.

Elodie (le prénom a été changé), une directrice d’école maternelle qui communiquait déjà avant la crise par mail avec les parents, réussit de son côté depuis le début de la semaine à envoyer quotidiennement aux familles des idées d’activités, à faire à la maison avec les petits de 3 à 5 ans. Compter les coquillettes sur la table de la cuisine en guise d’atelier de maths, apprendre une comptine ou raconter des histoires…

« On détaille les séquences, dans nos messages, pour que les parents puissent reproduire chez eux le travail habituel de la classe, sans les mettre devant un écran, explique l’enseignante, qui a « à cœur de maintenir un lien avec les enfants et les parents dans ce climat difficile… » « Mais, remarque-t-elle, on le fait avec les moyens du bord, nos ordinateurs et nos connexions Internet personnels. »

VIDÉO. Coronavirus : Oise, Haut-Rhin, stade 3… les annonces d’Edouard Philippe

Advertisements

Leave a Reply