Advertisements

Coronavirus sur le Charles-de-Gaulle. Pas de symptômes « remontés » à l’escale de Brest – Ouest-France éditions locales

Spread the love

Une vingtaine de marins du porte-avions sont encore hospitalisés. L’un d’eux est en réanimation. Parallèlement, une controverse enfle : selon un membre d’équipage, le commandant aurait proposé d’interrompre la mission quand le Charles-de-Gaulle était en escale à Brest, au moment où plusieurs marins présentaient déjà les symptômes du virus, mais cette proposition aurait été refusée par le ministère des Armées. Faux, rétorque le médecin référent pour la force d’action navale.

Le porte-avions Charles-de-Gaulle à Toulon. | CHRISTOPHE SIMON / AFP

  • Le porte-avions Charles-de-Gaulle à Toulon.
    Le porte-avions Charles-de-Gaulle à Toulon. | CHRISTOPHE SIMON / AFP
Aucun cas de symptômes liés au Covid-19 n’était remonté vers le Service de santé des armées à l’escale à Brest du porte-avions Charles-de-Gaulle, à la mi-mars, alors que plus d’un tiers des marins sont aujourd’hui positifs au nouveau coronavirus, a assuré ce jeudi 16 avril un médecin militaire.

Une vingtaine de marins du groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles-de-Gaulle contaminés par le coronavirus sont toujours hospitalisés mais, à l’exception de l’un d’entre eux placé en réanimation, leur état n’inspire pas d’inquiétude, a indiqué ce jeudi 16 avril le porte-parole de la Marine nationale.

À ce jour, la plupart des marins n’inspirent aucune inquiétude, a déclaré le capitaine de vaisseau Eric Lavault sur BFMTV. Une vingtaine de marins sont hospitalisés et, parmi cette vingtaine de marins, un est en réanimation. Cet homme est intubé, ventilé, et son état est stationnaire.

Le dernier bilan du ministère des Armées avait fait état ce mercredi soir de 31 marins hospitalisés à l’hôpital d’instruction des armées Sainte-Anne de Toulon (sud), dont un en réanimation.

> Suivez ici notre direct de ce jeudi 16 avril sur la pandémie du coronavirus

« L’armée a joué avec notre santé »

Au total, plus d’un tiers des marins du groupe aéronaval constitué autour du porte-avions (668) ont été testés positifs au coronavirus depuis le retour du Charles-de-Gaulle en France dimanche – retour anticipé provoqué par la découverte à bord de cas présumés de Covid-19.

À ce stade, l’origine de la contamination n’est pas encore connue et une enquête a été ouverte, mais la gestion de la crise commence d’ores et déjà à être mise en cause par plusieurs témoignages de marins.

L’armée a joué avec notre santé, notre vie, a ainsi déclaré sous couvert d’anonymat un membre d’équipage, atteint par le coronavirus, sur l’antenne de France Bleu Provence.

Selon lui, le commandant du porte-avions aurait proposé d’interrompre la mission quand le Charles-de-Gaulle était en escale à Brest, entre le 13 et 16 mars, au moment où plusieurs marins présentaient déjà les symptômes du virus, mais cette proposition aurait été refusée par le ministère des Armées.

> Lire aussi. Charles-de-Gaulle. Protéger les marins ou assurer la mission, le dilemme des Armées face au Covid-19

Pas de symptômes « remontés » avant l’escale de Brest

Aucun cas de symptômes liés au Covid-19 n’était remonté vers le Service de santé des armées avant l’escale à Brest à la mi-mars du porte-avions Charles-de-Gaulle, dont plus d’un tiers des marins sont aujourd’hui positifs au nouveau coronavirus, a assuré ce jeudi un médecin militaire.

L’origine de la contamination du porte-avions n’est pas encore connue, l’équipage en mission depuis trois mois n’ayant pas été en contact avec un élément extérieur depuis une escale à Brest du 13 au 15 mars, au cours de laquelle une relève d’une cinquantaine de personnes est montée à bord, selon l’armée.

Ce qui est remonté, c’est qu’il n’y avait pas de symptômes de Covid qui est remonté jusqu’au service de santé à l’escale de Brest, a répondu lors d’un point presse le médecin référent pour la force d’action navale, Laurent-Melchior Martinez.

En enquête ouverte et une audition prévue

Je comprends l’inquiétude des gens. Mais il faut aussi garder son sang-froid […] On veut tous savoir ce qui s’est passé, des enquêtes sont en cours. Il faut attendre le résultat de ces enquêtes pour se prononcer, a souligné à ses côtés Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée.

Comme tout le monde le sait, il y a cette inquiétude de l’escale à Brest qui aurait pu être à l’origine, mais ce qui est fait est fait, donc maintenant, il faut avancer, a témoigné Catherine, qui a apporté jeudi un colis répondant aux règles sanitaires afin qu’il soit remis à son compagnon confiné, comme d’autres familles.

Le ministère des Armées renvoie à l’enquête ordonnée par le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, qui sera chargée de tirer tous les enseignements de la gestion de l’épidémie au sein du groupe aéronaval.

Une audition en visioconférence de la ministre des Armées Florence Parly est par ailleurs programmée ce vendredi à 16 h devant les députés de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale.

Partager cet article Le porte-avions Charles-de-Gaulle à Toulon.

Coronavirus sur le Charles-de-Gaulle. Pas de symptômes « remontés » à l’escale de BrestOuest-France.fr

Advertisements

Leave a Reply