Advertisements

Coronavirus : pourquoi le nombre de cas a doublé en une journée en France – Le Parisien

Spread the love

Si le chiffre peut surprendre, la hausse était prévisible. En à peine une journée, le nombre de cas de coronavirus en France est passé de 18 à 38. Presque du simple au double. La raison, une recherche plus approfondie des potentiels malades sur le territoire.

Ainsi, ce jeudi, 12 cas de contaminations groupés ont été identifiés dans l’Oise, liés aux deux patients détectés vingt-quatre heures plus tôt dans le département. « Il s’agit de contacts professionnels ou familiaux hospitalisés dans de nombreux sites en France où ils se trouvaient au moment où on les a contactés pour être testés », a déclaré le Directeur général de la santé Jérôme Salomon ce jeudi soir. Certains ont été accueillis à Nantes, Lille, Dijon ou encore Annecy alors que deux personnes dans un état grave sont soignées à l’hôpital Tenon, à Paris et à Compiègne. Un autre cluster « regroupement de patients » a été signalé en Haute-Savoie. Un homme de 64 ans, de retour de Lombardie, a depuis mardi contaminé trois autres personnes de son entourage. Dans la liste des nouveaux malades, il faut ajouter deux personnes âgées, qui avaient voyagé en Égypte ainsi que deux cas isolés qui revenaient d’Italie.

Actuellement, l’Hexagone compte 24 hospitalisés, 12 guéris et deux morts du virus. Un bilan qui risque encore de s’alourdir en raison des investigations toujours en cours. A Crépy-en-Valois, dans l’Oise, une enquête est, par exemple, menée auprès des élèves qui ont été en contact avec leur professeur de technologie, décédé du coronavirus ce mardi. Le collège Jean-de la-Fontaine, qui devait ouvrir ce lundi après les vacances, gardera portes closes jusqu’à mercredi inclus.

Coronavirus : pourquoi le nombre de cas a doublé en une journée en France

Une traque digne d’un roman policier

Depuis quelques jours, la France redoutait un scénario à l’italienne avec une flambée des cas. En cause, l’impossibilité d’identifier le patient zéro, responsable des deux contaminations dans l’Oise. Ces derniers ne sont pas à l’origine de la propagation du virus : ni l’un, ni l’autre n’ont voyagé dans une zone à risque ou n’ont été en contact avec des personnes infectées. Une traque digne d’un roman policier est donc lancée. Pour retrouver cette fameuse source et éviter la propagation du virus, les épidémiologistes de l’Agence régionale de santé (ARS) ont commencé à retracer l’emploi du temps et le parcours des deux premiers cas de l’Oise.

« C’est une enquête épidémiologique qui débute, prévient Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe, chercheuse du CNRS émérite dans un laboratoire parisien. Les scientifiques, tels des détectives, vont, au fur et à mesure, interroger la famille, les proches, reconstituer les habitudes de vie des deux malades au cours du dernier mois. Ça me paraît très difficile. » Difficile certes mais déjà efficace. En recherchant la chaîne des contaminations, en amont et en aval, les autorités ont ainsi découvert tous ces nouveaux patients. « C’est une enquête lourde mais notre stratégie est payante car on trouve des cas contacts, a déclaré Jérôme Salomon. Très peu de cas restent sans explication. » Le plan se poursuit dans l’Oise où une « équipe composée d’infectiologues, d’urgentistes, d’hygiénistes et d’épidémiologistes » se rend sur place vendredi pour « poursuivre les investigations », a précisé le Pr Salomon.

De son côté, le ministre de la Santé, Olivier Véran, s’est montré rassurant, expliquant que « notre système de santé est prêt, nous avons et garderons un temps d’avance ». Afin d’informer au maximum les Français sur l’évolution du Covid-19 et de les rassurer, le numéro vert (0 800 130 000) mis en place le 1er février par le gouvernement va être accessible, dès à présent, 24 heures sur 24.

Il doit être utilisé dans le cadre de questions pratiques (voyages, déplacements…) mais en cas d’urgence médicale, le 15 reste le seul numéro à composer. Les autorités le rappellent, il ne faut pas se rendre aux urgences.

VIDÉO. Coronavirus : les conseils de 2 médecins pour bien se protéger

Advertisements

Leave a Reply