Coronavirus : Pour éviter une flambée épidémique, le masque bientôt obligatoire en entreprise ? – 20 Minutes

Spread the love
Le gouvernement pourrait rendre le port du masque obligatoire en entreprise dès la fin du mois d’août. — Sarah ALCALAY/SIPA
  • Si de plus en plus de villes ont rendu le port du masque obligatoire en extérieur, nombre de médecins souhaitent que la mesure soit au plus vite étendue à l’ensemble des lieux publics clos, et en particulier dans les entreprises.
  • Alors que la France connaît un rebond de l’épidémie de coronavirus, les entreprises, où le port du masque est régi par le droit du travail, représentent près d’un quart des nouveaux clusters.
  • Ce mardi, la ministre du Travail recevra les partenaires sociaux et à l’issue de cette réunion, le gouvernement pourrait décider de rendre le port du masque obligatoire en entreprise.

C’est bientôt la rentrée. Si des millions d’enfants s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école dans une quinzaine de jours, pour des millions de salariés, les vacances sont déjà finies et c’est le chemin du travail qu’il faut reprendre. Pendant ce temps, le coronavirus, lui, n’a pas pris de vacances et circule de plus belle dans l’Hexagone, où jusqu’à plus de 3.000 nouveaux cas de Covid-19 sont détectés quotidiennement ces derniers jours.

De nombreux soignants redoutent une deuxième vague dès les prochaines semaines et signent une tribune publiée dans Libération appelant à rendre le port du masque obligatoire dans l’ensemble des lieux publics clos, et en particulier dans les entreprises, où le virus circule activement.

Près d’un quart des nouvelles contaminations au travail

Si le masque est obligatoire en extérieur depuis quelques jours dans de nombreuses villes, il l’est depuis plusieurs semaines maintenant dans nombre de lieux publics clos. Transports en communs, commerces, restaurants (quand on se déplace à l’intérieur de l’établissement) sont ainsi accessibles à condition d’être muni d’un masque. Idem dans établissements de santé, où le personnel est évidemment soumis au port du masque obligatoire. Ainsi que les visiteurs qui rendent visite à leurs proches hospitalisés ou résidant en Ehpad.

En revanche, dans les entreprises, c’est plus souple. A ce jour, le protocole national de déconfinement pour les entreprises, élaboré par le ministère du Travail, prévoit que le port du masque n’est obligatoire sur le lieu de travail que si une distanciation physique d’au moins un mètre entre salariés ne peut être respectée. Une mesure à l’efficacité visiblement limitée puisque aujourd’hui, au cœur de l’été, près d’un quart des nouvelles contaminations (24 %) a eu lieu sur le lieu de travail. Dans son dernier bulletin publié le 13 août, Santé publique France rappelle ainsi que « parmi les 746 foyers de contaminations » signalés au 11 août, 182 de ces clusters sont apparus en entreprises. C’est le « premier lieu de clusters alors qu’on est en plein mois d’août, s’alarme l’épidémiologiste Martin Blachier auprès de L’Obs. Actuellement les individus peuvent rester dans un open space pendant huit heures sans masque, donc s’il y a une personne malade, elle peut aéroliser l’intégralité de l’espace et contaminer tout le monde ».

Pour le Dr Jérôme Marty, médecin généraliste et président de l’Union française pour une médecine libre (UFML) et signataire de la tribune, « il faut impérativement rendre le port du masque obligatoire dans l’ensemble des lieux publics clos, en particulier les entreprises. Dans les prochains jours, beaucoup de salariés vont massivement reprendre le travail, s’inquiète le Dr Marty. Or, le nuage d’aérosol et la difficulté de maintenir une distance entre les salariés démultiplient les risques de contaminations massives. Tout cela fait des entreprises l’un des plus gros facteurs de contaminations si le masque n’y est pas très rapidement rendu obligatoire », indique-t-il à 20 Minutes.

Un nouveau protocole sanitaire pour les entreprises

Des craintes entendues par le gouvernement, qui devrait annoncer un nouveau protocole sanitaire pour les entreprises et pourrait décider d’y rendre le masque obligatoire. Le gouvernement veut ainsi modifier, « d’ici à la fin août », les règles sanitaires pour endiguer le coronavirus en entreprise, notamment via le « port obligatoire du masque » dans certaines situations, a indiqué dimanche la ministre du Travail, Elisabeth Borne, qui doit recevoir les syndicats.

« Nous présenterons mardi aux partenaires sociaux les premières évolutions que nous proposons d’introduire », a-t-elle annoncé, ajoutant que ces décisions devront être prises « dans les jours qui viennent, pour que les nouvelles règles puissent s’appliquer d’ici à la fin août ».

« Si le port du masque doit être obligatoire [en entreprise] pour se protéger du risque sanitaire, c’est au gouvernement de prescrire ces mesures d’ordre public (…), de nous dire dans quelles circonstances il doit être porté », a réagi lundi Yves Veyrier, secrétaire général du syndicat FO, sur France 2. Pour le syndicaliste, se pose aussi « la question du coût de la prise en charge des masques : il y a le travail, les transports : combien de masques faudra-t-il porter, qui en aura la charge ? Parce que cela ne pourra pas être à la charge du salarié », a-t-il estimé.

Agir, pour « qu’il n’y ait pas cette deuxième vague hospitalière »

Parmi les mesures qui devraient être annoncées par le gouvernement, « le port obligatoire du masque » sera préconisé « dans les salles de réunion où il n’y a pas d’aération naturelle (et) les espaces de circulation », mais pas forcément dans les bureaux individuels, où « il n’est sans doute pas nécessaire », a ajouté la ministre du Travail. Le mètre de distance physique entre les salariés devrait être maintenu, tout comme le télétravail, dont l’usage devrait rester fortement recommandé par le gouvernement. Elisabeth Borne compte également saisir le Haut conseil de santé publique (HCSP) sur le cas des « open spaces » et l’efficacité des vitres de plexiglas pour protéger les salariés. L’instance, chargée d’aiguiller le gouvernement, s’est en outre prononcée ce week-end pour le port « systématique » d’un masque dans « tous les lieux clos publics et privés collectifs ».

« Si ces mesures sont prises, que le port du masque [est rendu obligatoire] dans les open spaces et salles de réunion des entreprises, c’est très raisonnable, commente ce lundi le Pr Robert Cohen, pédiatre infectiologue, sur franceinfo. On sait que ce sont les milieux clos qui favorisent la circulation du virus, insiste-t-il. Donc, quand on est plusieurs dans la même pièce, il est plus prudent de porter un masque pour s’en prémunir, poursuit-il en soulignant l’importance d’aérer les pièces fermées. (…) Nous sommes aujourd’hui dans une phase de contamination active, avec pas encore peu de conséquences sur les hospitalisations. Et c’est justement en imposant ces mesures que l’on arrivera à faire qu’il n’y ait pas cette deuxième vague hospitalière qu’il faut à tout prix éviter aujourd’hui ». Une position partagée par le Pr Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon à Paris : « Moi, je suis pour qu’on mette le masque partout, parce qu’il faut un message simple. Il faut une culture du masque, une culture des mesures barrières, a-t-il abondé lundi sur France Inter. On a raté ce message de clarté dans la première vague ».

892 partages

Leave a Reply