Advertisements

Coronavirus : plus de 1,7 milliard de personnes confinées dans le monde – LCI

Spread the love








2,6 milliards de personnes confinées dans le monde, l’Inde désormais concernée | LCI

































International

Toute L’info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

RESTRICTIONS – Avec l’accélération de la propagation du coronavirus, de plus en plus de pays, et notamment l’Inde ce mardi, ont placé leurs ressortissants en confinement strict. Au total, on dénombre désormais plus de 2,6 milliards de personnes appelées à rester chez elles à travers le monde.

Alors que la pandémie s’accélère et commence à investir l’hémisphère sud, le confinement tend à se généraliser partout à travers la planète. Plus de 2,7 milliard de personnes dans le monde sont ainsi désormais appelées à rester chez elles. Un chiffre qui a bondi après que le Premier ministre indien Narendra Modi a ordonné ce mardi un confinement total de son pays, géant de 1,3 milliard d’habitants, pendant trois semaines.

“A compter de minuit aujourd’hui, tout le pays va entrer en confinement. Pour sauver l’Inde, pour sauver chaque citoyen, vous, votre famille”, a déclaré le chef de gouvernement indien lors d’une adresse télévisée à la nation. “Si ces 21 jours ne sont pas respectés, le pays et votre famille vont revenir 21 ans en arrière”

Lire aussi

Depuis son apparition en décembre dernier, le Covid-19 a fait au moins 16.000 morts, selon un bilan dressé par l’AFP lundi soir. Pas moins de 170 pays et territoires sont désormais touchés par le coronavirus et plus de 361.510 cas de contamination recensés. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) note une accélération de la pandémie, mais estime que sa trajectoire peut être modifiée. Il faut pour cela que de plus en plus de pays multiplient les tests de tous les cas et placent en quarantaine les contacts proches.

Un confinement inégal selon les pays

Aux Etats-Unis, Donald Trump traîne encore des pieds pour décider d’un confinement général malgré les demandes insistantes de la ville de New York, au cœur de l’épidémie de coronavirus sur le territoire. Le président américain a, au contraire, envisagé de rouvrir le pays “au monde des affaires” jugeant que les restrictions étaient trop néfastes à l’économie. “Nous ne pouvons laisser le remède être pire que le problème lui-même”, a-t-il déclaré.

Mais de plus en plus de dirigeants du monde ont désormais recours au confinement général. On totalise désormais plus de 1,7 milliard de personnes sommées de rester chez elles dont au moins 700 millions d’Indiens. 

La France a renforcé ses mesures de confinement à ses près de 70 millions d’habitants et annoncé que la durée pourrait être rallongée au-delà de la seconde semaine qui a débuté. La situation a poussé de nombreuses entreprise à recourir au chômage partiel de 730.000 personnes, a indiqué mardi Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances. Une mesure qui devrait coûter à 2,2 milliards d’euros.

En vidéo

Édouard Philippe : “Les effets du confinement ne pourront se réaliser qu’avec le temps, il faut respecter très strictement les consignes”

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
L’Italie interdit toujours tout déplacement entre communes, sauf urgence sanitaire et, face à l’accélération de l’épidémie dans le pays, l’Espagne envisage de prolonger jusqu’au 11 avril le confinement national qui devait s’achever le 29 mars. Après avoir annoncé la fermeture des écoles la semaine passée, le Premier ministre Boris Johnson a demandé à tous les habitants de Grande-Bretagne de rester obligatoirement chez eux sauf nécessité. 

Mais ailleurs en Europe, le confinement n’est pas encore en vigueur de la même manière. La Russie a certes décidé de la fermeture des écoles dès cette semaine et d’imposer aux Moscovites de plus de 65 ans de rester chez eux ou de partir à la campagne, mais sans appliquer ces mesures à toute la population. Le Kremlin a mis en place un réseau de 100.000 caméras de surveillance capable de reconnaissance faciale pour vérifier que les confinés, des milliers de Moscovites rentrés de pays touchés par le virus, respectent les mesures qui leur sont imposées. Les Pays-Bas se contentent toujours d’une interdiction des rassemblement jusqu’au 1er juin.

La Chine va lever le confinement de Wuhan

Pays le plus touché d’Afrique, l’Afrique du Sud a décrété trois semaines de confinement à compter de jeudi. L’Algérie (région de Blida), Madagascar (Antananarivo et Toamasina) ont imposé un confinement partiel. Le Sénégal et la Côte d’Ivoire ont opté pour un couvre-feu nocturne.

En vidéo

Coronavirus : le pic de l’épidémie sera-t-il atteint cette semaine ?

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
Cuba, où une quarantaine de cas ont été enregistrés, “tous importés” ont précisé les autorités, a décidé de fermer ses frontières aux touristes pour un mois et de confiner dans leurs hôtels ceux qui sont encore sur l’île. Dans l’hémisphère sud, les pays commencent à prendre leurs dispositions. La Nouvelle-Zélande, où seulement 142 cas ont été constatés, a décidé de fermer ses frontières et d’ordonner le confinement général à partir de mercredi, demandant même à ses ressortissants actuellement à l’étranger de ne pas rentrer. 

En revanche, la Chine commence à relever la tête. Après plus de deux mois de confinement, la ville de Wuhan, berceau de l’épidémie, va à nouveau autoriser les déplacements à compter du 8 avril. Dans la province du Hubei, les habitants sains pourront dépasser les frontières dès ce mercredi. Le nombre de nouveaux cas enregistrés est extrêmement faible depuis plusieurs semaines (78 personnes infectées mardi dont 74 arrivant de l’étranger et 7 décès, tous à Wuhan). Pour circuler, les habitants devront présenter le fameux QR Code “vert” délivré par les autorités via l’application sanitaire officielle pour attester de leur non-infection. 

Sur le même sujet

Et aussi


Advertisements

Leave a Reply