Coronavirus : «On est en train de casser la courbe» en Mayenne, rassure Olivier Véran – Le Figaro

Spread the love

«Nous constatons qu’il y a des signes inquiétants de reprise épidémique sur le territoire national», a déclaré lundi 20 juillet sur France Info le ministre de la Santé Olivier Véran, mentionnant «entre 400 et 500 clusters de coronavirus», notamment en Mayenne, en Bretagne et dans le Grand Est.

A Laval, cet après-midi, le ministre a tempéré ses propos: «On a plutôt une bonne nouvelle en Mayenne avec la réduction de la positivité du nombre de tests, c’est-à-dire que sur 100 tests on avait jusqu’à 8 à 9 positifs au début, ensuite 5, maintenant c’est 3» alors qu’on augmente le nombre de tests. «On est en train de casser la courbe» en Mayenne, a-t-il estimé.

Contaminations en lieux clos

Ce matin, le ministre de la Santé a souligné que, «au-delà du nombre de clusters», il faut aussi s’intéresser aux «voies de contamination» constatées, principalement dans les lieux clos. Un constat qui justifie l’entrée en vigueur port du port obligatoire du masque dans les lieux publics clos, sous peine d’une amende de 135 euros Ce problème touche particulièrement les «milieux professionnels particuliers», tels que les abattoirs, où le respect des gestes barrières est compliqué, et les réunions de famille.

Olivier Véran s’est néanmoins voulu rassurant, affirmant qu’à côté des données sur le nombre de clusters, il n’y avait «pas de chiffres inquiétants» en termes notamment d’hospitalisation, et qu’«à ce stade, nous sommes très loin de la deuxième vague». «Nous devons rester vigilants, nous préparer, expliquer. Maintenant je peux dire que nous avons des masques en quantité. Tout cela nous devons l’anticiper en permanence et en continu.»

Le ministre reconnaît toutefois que la situation est évolutive, et que «tous les scénarios sont à l’étude et aboutis». Il a déploré le fait que, malgré ses efforts, le Sénat, dominé par la droite, est allé «moins loin à l’arrivée» pour conserver dans le droit les mesures permettant d’agir localement et nationalement contre le virus. «En Mayenne, le préfet va devoir individuellement arrêter les événements, alors qu’un arrêté simplifierait les choses», a-t-il détaillé. «Cela nous complique la vie, mais ça n’empêche pas d’agir.»

À voir aussi – Coronavirus: «Les courbes repartent à la hausse», en Île-de-France, avertit le directeur de l’ARS

Leave a Reply