Coronavirus : l’OMS inquiète pour les pays qui ne sont pas prêts à faire face à l’épidémie – Le Monde

Spread the love
Evacuation d’un patient pouvant être infecté par le coronavirus, à Wuhan, dans la province de Hubei en Chine, le 30 janvier.

Evacuation d’un patient pouvant être infecté par le coronavirus, à Wuhan, dans la province de Hubei en Chine, le 30 janvier. HECTOR RETAMAL / AFP

Réuni pour la troisième fois en une semaine, le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a finalement recommandé, jeudi 30 janvier, de classer l’épidémie du nouveau coronavirus comme une urgence de santé publique de portée internationale.

Son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le seul à même de la décréter, a suivi l’avis de son comité en prenant le soin d’ajouter que cette initiative n’était en aucun cas « un acte de défiance vis-à-vis de la Chine » et qu’elle était motivée non pas « par ce qu’il se passe en Chine mais par ce qu’il se passe dans les autres pays ».

Selon le règlement sanitaire international (RSI) en vigueur depuis 2005, l’urgence de santé publique de portée internationale est « un événement extraordinaire dont il est déterminé qu’il constitue un risque pour la santé publique dans d’autres Etats en raison du risque de propagation internationale de maladies et qu’il peut requérir une action internationale coordonnée ».

Devant les journalistes réunis en conférence de presse, le docteur Tedros a justifié cette mesure par l’augmentation du nombre de cas et de pays touchés ; 9 692 cas ont été répertoriés en Chine – qui enregistre aussi l’ensemble des 213 morts répertoriés à ce jour. C’est plus que lors de l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003, au cours de laquelle 5 327 personnes avaient été infectées.

Les cas de transmissions interhumaines inquiètent

Une centaine de cas ont été déclarés dans d’autres pays, y compris en Europe et en Amérique du Nord. De nouveaux cas, qui ne concernent que des personnes revenant de la région de Wuhan, ont été annoncés en Finlande, en Inde et aux Philippines.

Mais ce qui inquiète surtout le comité d’urgence – qui a « presque unanimement » recommandé le lancement de cette alerte mondiale, selon son président, le professeur français Didier Houssin –, ce sont les cas de transmissions interhumaines enregistrées dans cinq pays (France, Etats-Unis, Allemagne, Japon, Vietnam).

Aux Etats-Unis, une femme ayant contracté le virus en Chine a contaminé son mari lors de son arrivée dans l’Illinois. En France, le sixième cas détecté concerne un médecin qui a été infecté par un patient ayant seulement déclaré la maladie après être retourné en Chine. Cela pose la question de la contagiosité des patients asymptomatiques. « Bien que ces chiffres soient relativement faibles (…), nous devons agir ensemble pour limiter la propagation », a expliqué le directeur de l’OMS.

Leave a Reply