Coronavirus : les restaurants pourraient rester ouverts, même dans les zones en «alerte maximale» – Le Figaro

Spread the love

Un espoir ténu mais palpable. C’est ce qu’Olivier Véran a laissé entendre ce jeudi lors de son point de situation. Selon le ministre de la Santé, la décision de fermer des restaurants qui plane au-dessus de Paris et sa petite couronne ainsi que sur 10 autres villes (Lyon, Nice, Bordeaux, Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Rouen, Grenoble et Montpellier) placées en alerte renforcée, pourrait être évitée. Et ce, si des mesures «suffisamment robustes, protectrices et contrôlables» sont trouvées afin d’éviter toute contamination dans ces établissements.

Ces propositions, ce sont les représentants du secteur de la restauration qui les ont formulées auprès du premier ministre. Elles consistent en un carnet de rappel : les clients laissent nom et numéro de téléphone avant d’entrer dans l’établissement afin de pouvoir être prévenus si un autre client, qui était présent le jour de leur venue, est déclaré positif au coronavirus ou cas contact. Il peut également être envisagé pour les restaurants de n’accepter des clients que sur réservation avec, de la même façon, les coordonnées des personnes présentes laissées à l’établissement, précise Hubert Jan, président national de la branche restauration de l’Union des métiers de l’Industrie et de l’Hôtellerie (Umih). Deuxième proposition, superposable à la première, la prise de température comme condition d’entrée dans l’établissement.

Reste maintenant au gouvernement à étudier ces solutions afin de permettre aux restaurants situés dans les zones d’alerte maximale –impliquant la fermeture de ces établissements– «de rester en tout ou partie ouverts mais avec des règles renforcées». Un espoir est donc permis, d’autant plus pour la capitale et sa petite couronne pourraient passer en zone d’alerte maximale «dès lundi», a prévenu le ministre de la Santé.

«Première concertation»

Même à Aix-en-Provence et Marseille, déjà sous le coup de cette sanction, une réouverture pourrait être envisagée, a indiqué Olivier Véran tout en prenant soin de rester prudent. Depuis la fermeture totale des bars et restaurants samedi dernier, la colère ne cesse de monter dans la métropole. Ce mercredi, le tribunal administratif de Marseille a rejeté le recours du président de la région Provence-Alpes-Côte D’Azur, Renaud Muselier, et des représentants du secteur, exigeant la suspension de l’arrêté préfectoral. Ces derniers ne s’avouent pas vaincus et déposent dès demain un recours devant le Conseil d’État.

Syndicats comme élus reprochent au gouvernement de ne pas les avoir consultés. Un message qu’Olivier Véran semble avoir pris en compte. «C’est là première fois que j’entends parler d’une concertation. Ça voudrait dire que le ministre nous aurait entendus», avance Hubert Jan, prudent. Bernard Marty, représentant PACA de l’Umih est lui aussi dans l’expectative. Une visioconférence entre les syndicats et le ministre de la santé et le ministre délégué au PME, Alain Griset, est prévu vendredi à midi afin d’échanger sur les propositions formulées et en lesquelles Bernard Marty veut croire. «Il faut arrêter de croire que les gens n’ont pas compris qu’un virus circulait. Je pense qu’ils sont raisonnables et il faut leur faire confiance», assure-t-il.

Leave a Reply