Coronavirus : les données inquiétantes de Santé Publique France sur la progression du virus Outre-mer – Outre – Outre-mer la 1ère

Spread the love

Après le classement en zone rouge de la Guadeloupe et de la Martinique, Santé Publique France a publié son bulletin hebdomadaire sur la progression du coronavirus. Il fait le point sur la situation dans les Outre-mer. Des données qui montrent une forte progression de l’épidémie.

Augmentation de la circulation du virus aux Antilles et à La Réunion“, “épidémie en régression à Mayotte et en Guyane” : voici les grandes lignes du bulletin hebdomadaire de Santé Publique France, publié le 27 août 2020, alors que le Premier ministre Jean Castex annonçait paralèlement le passage en zone rouge de 21 départements, dont la Guadeloupe et la Martinique. Mais dans le détail, ces données montrent que l’évolution de l’épidémie est plus rapide dans les départements d’Outre-mer qu’en France hexagonale. 
 

Taux d’incidence : les Outre-mer en première ligne

Le taux d’incidence (nombre de cas confirmés pour 100.000 habitants) est en forte augmentation. La situation de Saint-Martin est particulièrement préoccupante puisque l’île a le taux d’incidence le plus élevé de toute la France : 154 cas pour 100.000 habitants. Dans l’Hexagone, c’est le département des Bouches-du-Rhône, avec 140 cas pour 100.000 habitants qui est dans la situation la plus préoccupante.

Le taux d’incidence moyen en France est en augmentation avec 40,1 cas pour 100 000.habitants. Il est beaucoup plus élevé dans les Outre-mer selon les données de Santé Publique France, collectées dans ce graphique :
Selon Santé Publique France, ce taux d’incidence est en diminution en Guyane par rapport aux périodes précédentes, tandis qu’il augmente fortement dans les autres territoires d’Outre-mer. Cliquez dans le graphique ci-dessus sur l’onglet “semaine 33” pour accéder aux données de la semaine précédente.  
 

Le “R” : la reproduction du virus

Le “R” représente le nombre moyen de personnes infectées par un cas. S’il est supérieur à 1, cela signifie que le virus est en progression puisqu’une personne porteuse du virus en contamine au moins une autre. La Réunion est le département français ou le “R” est le plus élevé comme le montre le graphique ci-dessous. En revanche, l’épidémie régresse en Guyane puisque le “R” est inférieur à 1.

Hospitalisations et admissions en réanimation

Selon Santé Publique France, 86 personnes sont hospitalisées en Guyane, 49 à La Réunion, 12 en Guadeloupe, 11 en Martinique et 8 à Mayotte. la Guyane a enregistré le plus fort taux hebdomadaire de nouvelles hospitalisations, avec un taux de 36,8/100 000 hab. (taux stable par rapport à la semaine précédente). On observe une augmentation de ce taux en Martinique et en Guadeloupe.

Pour les admissions en réanimation, “le plus fort taux hebdomadaire d’admissions en réanimation de patients COVID-19 a été observé en Guadeloupe avec 2,4/100 000 hab. représentant 9 patients et en Guyane (2,1/100 000 hab.) stable par rapport à la semaine précédente. Ce taux était à 0,6/100 00 hab en Martinique et de 0,7 à Mayotte.” Regardez cette carte qui montre l’évolution du taux hebdomadaire d’admissions en réanimation pour COVID-19 pour 100 000 habitants par région, entre le 19 et le 25 août 2020 :

Admissions en réanimation

©Santé Publique France

Les professionnels de santé atteints par le virus

Autre donnée marquante, le nombre de professionnels de santé atteints par le virus. Les professionnels qui exercent à Mayotte et en Guyane sont particulièrement touchés. Ces données collectées au 24 août ne prennent pas en compte les cas de contamination à La Réunion, pourtant, comme le rapporte ici Réunion la 1ère, la semaine dernière, sept membres du personnel hospitalier ont été contaminés au Covid-19 par un patient arrivé au service des urgences du CHU Nord.
A Mayotte, les médecins et les aides-soignants sont particulièrement touchés : 9,7% des médecins et 9,1% des aides-soignants de Mayotte ont contracté le virus, contre 2,9% et 3,5% en moyenne nationale. 

 

Leave a Reply