Coronavirus : l’Équateur admet des “problèmes” avec les cadavres – Sud Ouest

Spread the love

Le président de l’Équateur a reconnu vendredi que son gouvernement avait affronté des “problèmes” dans la gestion des corps des nombreuses victimes du coronavirus, en raison de l’effondrement du système hospitalier et du manque de place dans les morgues.

“Nous devons reconnaître que dans la phase initiale, nous avons eu des problèmes dans la gestion des morts parce que nous avons pris la décision de donner une sépulture digne à chaque Equatorien, non comme dans d’autres pays qui ont ouvert des fosses communes”, a déclaré Lenín Moreno à une chaîne de télévision et de radio.

>> À lire aussi : “Des cadavres jusque dans les toilettes” : l’épidémie de Covid-19 ingérable pour les hôpitaux en Équateur

Manque de capacité des morgues

En mars, lorsque le président équatorien a déclaré l’état d’urgence sanitaire, la ville de Guayaquil (sud-ouest), devenue l’épicentre de l’épidémie, a été débordée par le nombre de cadavres, certains étant laissés dans les maisons ou abandonnés en pleine rue.

Le chaos vécu par ce port sur la côte pacifique a conduit le gouvernement à créer une force conjointe entre l’armée et la police pour retirer ces centaines de corps abandonnés. Les autorités ont également été réduites à installer des conteneurs pour stocker ces corps face au manque de capacité des morgues dans les hôpitaux.

Le pays, qui compte 17,5 millions d’habitants, a enregistré vendredi 26 336 cas de coronavirus, et plus de 1 000 morts depuis le début de l’épidémie. L’Équateur est, proportionnellement, l’un des pays les plus touchés en Amérique latine. La seule ville de Guyaquil compte quelque 8 100 cas de personnes contaminées.

Leave a Reply