Coronavirus : le stade 3 de l’épidémie déclenché, ce qui change dans notre quotidien – actu.fr

Spread the love
Le port du masque de protection est recommandé uniquement pour les personnes ayant séjourné dans les zones identifiées « à risque » et/ou malades.
Le port du masque de protection est recommandé uniquement pour les personnes ayant séjourné dans les zones identifiées « à risque » et/ou malades. (©Adobe stock/Illustration)

Son passage était « inexorable », avait prédit, le 6 mars, Emmanuel Macron. C’est désormais chose faite : samedi 14 mars 2020, le Premier ministre Edouard Philippe a en effet annoncé, lors d’un point presse, le déclenchement du stade 3 (sur 3) de l’épidémie de coronavirus en France.

Lire aussi : Coronavirus : Edouard Philippe annonce la fermeture des bars, restaurants, cinémas et lieux publics

Concrètement, cette nouvelle étape dans la lutte contre la propagation du virus – qui a déjà fait 91 morts en France et contaminé 4 500 personnes selon le dernier bilan officiel – entraîne la pleine mobilisation du système de santé et a des incidences sur notre quotidien.

Une nouvelle stratégie sanitaire

Le stade 3, ou stade épidémique, correspond à une « circulation active du virus », précise le ministère de la Santé dans son guide méthodologique sur le Covid-19, paru le 20 février 2020.

Le franchissement de cette étape implique donc une stratégie sanitaire différente, qui « passe d’une logique de détection et de prise en charge individuelle [stades 1 et 2, ndlr.] à une logique d’action collective » pour atténuer les effets de l’épidémie.

Évolution de l'épidémie et stratégies sanitaires mises en place pour chaque stade.
Évolution de l’épidémie et stratégies sanitaires mises en place pour chaque stade. (©ministère de la Santé)

Ce stade impose donc « la pleine mobilisation du système de santé dans toutes ses composantes », à savoir les médecins indépendants (dont les réservistes), les hôpitaux (dans lesquels le plan blanc est actif depuis le 6 mars), cliniques et établissements médico-sociaux

À noter que les opérations non urgentes, qui ne sont pas liées au coronavirus, ont été annulées.

Par ailleurs, de nouvelles mesures et restrictions – à retrouver dans l’arrêté paru au Journal officiel samedi – ont été mises en place par le gouvernement sur l’ensemble des secteurs.

Dans les écoles

La fermeture des crèches, établissements d’enseignement et de formation, internats, accueils collectifs de mineurs, déjà appliquée dans les départements les plus touchés par le virus, comme dans le Haut-Rhin, dans l’Hérault ou encore en Ille-et-Vilaine, a été étendue à l’échelle nationale. Dès lundi 16 mars, 13 millions d’élèves – écoliers, collégiens, lycéens et étudiants – seront donc confinés chez eux.

Le gouvernement a mis en place des mesures pour assurer « la continuité pédagogique pour les élèves et étudiants concernés par l’interruption des cours dus à une fermeture d’établissement ». Parmi elles, des permanences dans les écoles, « ouvertes en tant que bâtiment », et des cours à distance assurés par les professeurs grâce aux outils numériques (mails, environnements numériques de travail, etc.).

Dans les entreprises

Le Premier ministre a demandé samedi « aux entreprises et aux administrations », d’ »engager une action massive d’organisation du télétravail » dès ce lundi pour « permettre au plus grand nombre de rester à domicile ».

Pour les salariés qui ne peuvent pas y recourir, ils bénéficieront du chômage partiel.

À noter que les parents salariés, dont les enfants sont confinés chez eux en raison du coronavirus, peuvent dès à présent demander un arrêt de travail indemnisé.

Lire aussi : Coronavirus : un arrêt de travail simplifié pour les parents contraints de garder leur enfant

Dans les transports en commun

Les transports publics continuent de fonctionner, mais leur utilisation est limitée aux trajets domicile-travail, a souligné Edouard Philippe. Il encourage la population à privilégier les transports individuels.

Dans les commerces

Depuis samedi, minuit, tous les bars, restaurants, cinémas, discothèques et lieux non essentiels recevant du public , sont fermés sur recommandation du conseil scientifique.

En revanche, les commerces d’alimentation, les pharmacies, les bureaux de tabac, les banques ou encore les stations-services resteront, eux, ouverts au public.

Et les municipales ?

Ce dimanche 15 mars, les Français sont appelés aux urnes. Le premier tour des élections municipales est maintenu, en dépit des demandes de report formulées par des élus. Rien n’a toutefois été précisé concernant le second tour, prévu dimanche 22 mars.

Selon le ministère de la Santé, le stade 3 pourrait durer entre 8 et 12 semaines.

Lire aussi : En raison du coronavirus, ces employés se mettent en télétravail et y trouvent leur compte

Leave a Reply