Advertisements

Coronavirus : Le nombre de décès en Ephad probablement beaucoup plus lourd que le bilan officiel – 20 Minutes

Spread the love
Plusieurs Ehpad de France sont touchés de plein fouet par l’épidémie de Covid-19. — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé la mise en place d’un décompte de la mortalité du Covid-19 dans les Ehpad.
  • Au moins 109 résidents y sont morts après avoir contracté le coronavirus, mais ces décès ne sont pas intégrés au bilan officiel.
  • Dans ces établissements, on redoute une explosion de la mortalité.

Un décompte unique, officiel, actualisé chaque jour. Le tout dernier bilan communiqué mercredi soir par le ministère de la Santé fait état de 1.331 décès dus au coronavirus. Mais alors que, selon des chiffres épars, de nombreux décès sont à déplorer au sein des Ehpad, le décompte officiel de la mortalité du Covid-19 est-il complet ? Non : les chiffres officiels ne recensent que les décès enregistrés à l’hôpital dans le cadre de l’épidémie de coronavirus. Des chiffres qui « ne représentent qu’une faible part de la mortalité » en France, a reconnu mardi soir le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, indiquant que « les deux principaux lieux de décès sont l’hôpital et les Ehpad ».

De leur côté, directeurs, médecins et personnels d’Ehpad redoutent une hécatombe dans ces établissements, où les résidents sont particulièrement vulnérables face au Covid-19. Plus que jamais, l’heure est au respect des gestes barrières : depuis plus de deux semaines, les visites sont interdites dans les Ehpad pour empêcher le virus d’y pénétrer. Mais sans succès dans certains établissements, où la présence du coronavirus a parfois entraîné des dizaines de décès.

Au moins 109 décès dus au coronavirus dans les Ehpad

A Saint-Dizier (Haute-Marne), seize résidents d’une structure sont décédés, et une quarantaine sont sous surveillance étroite. Dans un Ehpad de Cornimont (Vosges), ce sont vingt décès qui sont « en lien possible avec le Covid-19 ». A l’Ehpad de Sillingy, en Haute-Savoie, sept résidents ont succombé au Covid-19, et trois sont dans un état grave.

Le décompte macabre ne s’arrête pas là. A Thise (Doubs), ce sont quinze personnes qui ont trouvé la mort. Toutes présentaient les symptômes du coronavirus, mais toutes n’ont pas fait l’objet d’un dépistage, qui n’est plus systématique. Même problème à l’Ehpad Cornimont : « seuls les résidents hospitalisés ont été testés », explique la directrice Sophie Nivel. Ainsi, seulement six décès parmi les 20 peuvent être attribués formellement au Covid-19, mais il y a peu de doutes sur la cause des quatorze autres décès.

A ce jour, 148 Ehpad en Ile-de-France ont au moins deux cas de Covid-19 détectés, a annoncé ce mercredi l’Agence régionale de santé (ARS), seuil à partir duquel des mesures de réorganisation de l’établissement doivent intervenir pour éviter la propagation. Dans une maison de retraite de la fondation Rothschild, à Paris, une dizaine de personnes sont décédées et près de 80 ont été positives au Covid-19, selon un bilan provisoire de l’ARS qui pourrait rapidement s’alourdir. « On ne sait pas aujourd’hui mesurer l’étendue des dégâts dans les maisons de retraite », a résumé mercredi le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux.

Au total, au moins 109 décès imputables au coronavirus sont à déplorer dans les Ehpad. « Malheureusement, on peut s’attendre à une mortalité accrue des personnes âgées, comme c’est le cas à chaque crise sanitaire – grippe ou canicule – », déplore Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Des cas non testés, donc pas comptabilisés

Mais le chiffre réel pourrait être bien plus élevé. « Au sein même des Ehpad, on ne teste que les deux premiers cas » présentant les symptômes du coronavirus, explique Candice Morel, médecin généraliste à Ousse (Pyrénées-Atlantiques), qui regrette également que le personnel ne bénéficie pas toujours du matériel suffisant, notamment de surblouses.

Pourquoi deux tests ? Le ministère de la Santé le recommande dans un document du 16 mars : « seuls les premiers patients résidant dans une structure d’hébergement collectif (…) font l’objet d’un prélèvement. A partir du second cas confirmé, toute personne présentant un état symptomatique ou proche est alors présumée infectée ». Une consigne toujours d’actualité selon le ministère, contacté mercredi. « Les autres cas sont “assimilés à des cas Covid-19” sur la base du tableau clinique [caractéristiques et symptômes observés de la maladie], mais ne sont pas comptabilisés car non testés », explique l’ARS d’Ile-de-France.

Mardi soir, Jérôme Salomon a promis un « suivi quotidien de la mortalité » dans ces établissements. « Une application » doit être opérationnelle « dans les prochains jours » et doit produire une estimation plus fiable du nombre de victimes en Ehpad, sur déclaration des médecins des établissements, a indiqué mercredi la Direction générale de la santé (DGS).

Dernière zone d’ombre : « quand une personne âgée qui n’a pas été hospitalisée décède à son domicile, on ne pourra pas avoir de certitude », prévient le Dr Morel. C’est pourquoi la DGS lance la piste de « la surveillance de la mortalité toutes causes » sur le territoire par Santé publique France. Elle permettrait, en comparant le nombre de décès attendus sur une période à celui observé pendant l’épidémie, « d’estimer l’excès de mortalité » dû au Covid-19.

« Le Covid-19 souligne le manque de moyens dans notre secteur »

Du côté des Ehpad, « tout le monde est en ordre de bataille pour lutter contre le coronavirus et protéger les résidents : c’est notre objectif premier, assure à 20 Minutes Romain Gizolme, de l’AD-PA. Mais le secteur de l’accompagnement des personnes âgées est sous-doté de longue date. Le Covid-19 souligne le manque de moyens dans notre secteur, du fait des politiques publiques successives qui n’ont pas prévu d’investir pour la prise en charge des aînés ».

Le manque de moyens se traduit très concrètement par le manque de masques, pourtant essentiels au respect des mesures barrières. « Préserver l’intégrité des personnels, mais aussi des résidents et des personnes âgées accompagnées à domicile au quotidien, c’est la priorité, insiste Romain Gizolme. Mais si on n’a pas assez de masques, tout s’effondre : ils sont essentiels pour éviter que des personnels qui peuvent être des porteurs sains puissent continuer à travailler sans risquer de transmettre le coronavirus aux personnes âgées ». Et si les Ehpad en sont à peu près dotés, le secteur de l’accompagnement à domicile des personnes âgées dépendantes est déjà touché de plein fouet par la pénurie. « Auxiliaires de vie, aides-soignants : tous ces personnels de ville ont aujourd’hui beaucoup de mal à se procurer du matériel de protection, déplore Romain Gizolme. Pour les services à domicile, c’est une catastrophe. Il faut vraiment que les livraisons de masques promises par le ministre de la Santé soient assurées, et dans les prochaines heures ».

Car en pratique, le manque de masques​ peut tuer. « Pour les Ehpad qui n’ont pas encore mis en place de mesures barrières, il y a des risques de propagation considérables », a prévenu le président de l’Association des médecins coordonnateurs en Ehpad, Gaël Durel, évoquant des « taux de mortalité » potentiellement « catastrophiques ».

1,1K partages
Advertisements

Leave a Reply