Coronavirus : la France à l’heure du retour à une vie « presque normale » – Le Monde

Spread the love
Les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont autorisés à rouvrir leurs portes mardi 2 juin, mais à Paris, comme dans toutes les zones orange, seule la réouverture des terrasses est autorisée.

Les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont autorisés à rouvrir leurs portes mardi 2 juin, mais à Paris, comme dans toutes les zones orange, seule la réouverture des terrasses est autorisée. BERTRAND GUAY / AFP

C’est un semblant de retour à la vie d’avant, mais cela n’en reste pas moins un pas important. Après plus deux mois de fermeture forcée pour cause d’épidémie due au coronavirus, les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont enfin autorisés, mardi 2 juin, à rouvrir leurs portes pour la phase 2 du déconfinement, avec des règles sanitaires strictes : dix personnes maximum par table, un mètre au moins entre chaque groupe, consommation debout interdite dans les bars.

Un décret paru lundi au Journal officiel détaille cette nouvelle étape, rappelant notamment que les départements d’Ile-de-France, Mayotte et la Guyane sont en orange du fait de leur situation sanitaire.

Un peu partout dans le pays, les restaurateurs se préparent pour ce moment tant attendu. « C’est l’optimisme qui règne aujourd’hui », assure Hervé Becam, vice-président confédéral de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih). « Les standards ont commencé à clignoter, les réservations sont en train de se faire. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Paris ne danse plus, ne chante plus, ne joue plus. Pour la province, c’est la plus implacable des revanches »

« On peut rouvrir mais économiquement ce ne sera pas rentable », tempère Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants hôtellerie, restauration et traiteurs (GNI). Selon une enquête menée par cet organisme, environ 17 % des restaurateurs ont affirmé ne pas être en mesure de rouvrir. Certains établissements vont attendre septembre.

A Paris, où seule la réouverture des terrasses est autorisée – comme dans toutes les zones orange –, la mairie a annoncé que bars, cafés et restaurants pourraient s’étendre gratuitement sur une partie de l’espace public, trottoirs, places de stationnement voire quelques rues fermées à la circulation.

Lire aussi A Paris, une signalétique spéciale « distanciation »

Fin de la limite des déplacements à 100 km

Outre les cafés, la réouverture de l’ensemble des plages mardi est également attendue avec impatience, de la Manche à la Méditerranée. La limite de déplacements à plus de 100 km du domicile va être levée. Tout comme va bientôt l’être la restriction d’un siège sur deux dans les trains de la SNCF.

Tous les collèges et écoles de France métropolitaine vont rouvrir, ainsi que les lycées des départements classés verts, mais de manière progressive, ce qui fait que tous les élèves ne reprendront pas dès mardi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déconfinement : l’école en mille morceaux et sans horizon clair

Lundi, le ministère de la santé a par ailleurs annoncé un assouplissement supplémentaire des conditions de visites dans les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) à partir de vendredi : elles pourront se faire à plus de deux personnes à la fois en extérieur et deux personnes à la fois en chambre. Et désormais les mineurs pourront participer à ces visites, à condition qu’ils portent un masque.

Sur le plan sanitaire, le Covid-19 a tué 28 833 personnes en France (+ 31 en 24 heures), selon le dernier bilan publié lundi soir. Le nombre de patients en réanimation continue, lui, à diminuer (1 302, soit 17 en moins). C’est ce ralentissement de l’épidémie qui a permis au gouvernement de donner son feu vert à la levée des restrictions.

Lire aussi « Phase 2 » du déconfinement : lycées, restaurants, cinémas, salles de sport… ce qui peut rouvrir et ce qui restera fermé

« Revivre comme avant l’épidémie ? Non, pas encore »

Mais pour les experts, la seconde phase de déconfinement ne signifie pas qu’on doit baisser la garde. « Revivre comme avant l’épidémie ? Non, pas encore », a affirmé sur BFMTV Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique consulté par l’exécutif sur les questions relatives au Covid.

« Je ne parlerai pas d’extinction car le virus va rester, mais une baisse significative [de sa propagation] est en cours », a-t-il dit. « Il y a chaque jour néanmoins, cinq nouveaux clusters (…). On a plus de 100 clusters qui ont été déclarés depuis le 11 mai, donc on voit quand même que le virus est toujours présent », a prévenu l’expert.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les salles de spectacle à la recherche de l’alchimie perdue
Une capture d’écran de l’application StopCovid.

Une capture d’écran de l’application StopCovid. THOMAS SAMSON / AFP

L’application contestée StopCovid, censée identifier les personnes côtoyées par un malade du Covid-19, et donc risquant de contracter la maladie à leur tour, devrait finalement être disponible à partir du mardi 2 juin à midi, a annoncé le secrétaire d’Etat chargé du numérique, Cédric O. « Nous sommes actuellement en train de pousser l’application sur les stores [boutiques d’applications] d’Apple et Google », mais « il y a un temps de revue », a-t-il expliqué sur Radio J.

« On a besoin qu’un maximum de gens l’ait », a-t-il affirmé, précisant que les habitants des villes étaient visés en priorité, là où le virus circule le plus.

Lire aussi Faut-il ou non installer « StopCovid » ? Le débat résumé en une conversation SMS
Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP

Leave a Reply