Coronavirus : immigration, soutien financier, Trump s’affiche en défenseur du « travailleur américain » – Le Monde

Spread the love
Le président américain Donald Trump lors du briefing quotidien sur le coronavirus, le 21 avril à la Maison Blanche.

Le président américain Donald Trump lors du briefing quotidien sur le coronavirus, le 21 avril à la Maison Blanche. MANDEL NGAN / AFP

Remettre l’immigration à l’agenda politique, c’est ce qu’a fait Donald Trump à moins de sept mois de l’élection présidentielle. Le président des Etats-unis a annoncé, mardi 21 avril, à la Maison Blanche qu’il allait signer un décret suspendant pendant soixante jours l’octroi des « green cards », les fameuses cartes de résident permanent qui permettent d’immigrer sur le territoire américain et de travailler.

« En mettant l’immigration sur pause, nous allons mettre les chômeurs américains au premier rang pour avoir des emplois lorsque l’Amérique rouvrira, a expliqué Donald Trump. Il serait mauvais et injuste que les Américains licenciés par le virus soient remplacés par une vague d’immigrants venus de l’étranger. Nous devons nous occuper en priorité du travailleur américain. » L’initiative est annoncée alors que 22 millions d’Américains se sont inscrits au chômage en un mois, depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Le flux devrait se poursuivre, même si l’Amérique tente de reprendre son activité économique.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : en un mois à peine, 22 millions d’Américains se sont inscrits au chômage

Donald Trump avait pris les Etats-Unis au dépourvu en annonçant la veille sur Twitter, vers 22 heures, « un décret présidentiel suspendant l’immigration ». Le texte du décret n’avait pas encore eu le temps d’être élaboré par le ministère de la justice.

Il a suscité un tollé dans les milieux économiques et chez les agriculteurs américains, inquiets d’une suppression des visas de travail temporaires indispensables à l’agriculture ou aux services comme le tourisme et la santé. Donald Trump a dû faire marche arrière dans la journée – « les agriculteurs ne seront pas affectés », a-t-il précisé. Le sort des visas temporaires est reporté à un éventuel deuxième décret. Le président a par ailleurs annoncé qu’il pourrait prolonger la mesure mais il a espéré qu’il n’aurait pas à le faire : « J’espère que l’économie sera florissante à ce moment-là. »

Un effet dissuasif sur les candidats à l’immigration

Au premier abord, la mesure peut apparaître avant tout symbolique. Le coronavirus a déjà conduit à la fermeture des frontières. L’accès aux Etats-Unis est fermé aux voyageurs non américains venant d’Europe, d’Iran et de Chine.

Le trafic est réduit au strict minimum avec le Mexique et le Canada. L’immigration illégale à la frontière mexicaine est en chute libre, notamment en raison des mesures de confinement décidées dans les pays d’Amérique centrale, d’où sont originaires la plupart des clandestins. Les autorités américaines renvoient aussi les demandeurs d’asile, y compris les mineurs. Le traitement des visas par les consulats américains est suspendu depuis plusieurs semaines.

Il vous reste 62.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply