Coronavirus en France : une transmission en augmentation et « préoccupante », selon Santé publique France – Le Monde

Spread the love

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 détectés en vingt-quatre heures en France était, dimanche 6 septembre, de 7 071, selon des données publiées par les autorités sanitaires. Il était de 8 550 samedi et de 8 975 vendredi, au plus haut depuis le début de l’épidémie et le lancement des tests à grande échelle dans le pays. Près de 25 000 nouveaux cas ont été détectés en 3 jours.

« En France métropolitaine, la progression de la circulation virale est exponentielle. La dynamique de la transmission en forte croissance est préoccupante », souligne Santé publique France (SPF). Le taux de positivité (proportion du nombre de personnes positives divisé par le nombre de personnes testées, sur les sept derniers jours consolidés) continue d’augmenter : il a atteint 4,9 % dimanche, contre 4,3 % en milieu de semaine.

Le nombre de nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours s’établit à 1 704, contre 1 661 samedi, et le nombre d’admissions en réanimation à 288, soit trois de plus que samedi.

  • Une nouvelle carte de la situation épidémique

Sept départements supplémentaires sont passés en « zone de circulation active » du Covid-19, ou « zone rouge », ce qui porte à 28 le nombre de départements où des mesures renforcées contre le virus peuvent être adoptées, a annoncé un décret paru dimanche au Journal officiel.

Le Nord, le Bas-Rhin, la Seine-Maritime, la Côte-d’Or – quatre départements qui comptent des agglomérations importantes, la métropole de Lille, Rouen, Le Havre, Strasbourg, Dijon –, les deux départements de Corse (Corse-du-Sud et Haute-Corse) et l’île de La Réunion sont concernés par ces nouvelles mesures.

Le passage d’un département en « zone de circulation active du virus » signifie que les préfets disposent de « pouvoirs renforcés » pour prendre des mesures supplémentaires, en fonction des « données épidémiologiques locales ».

  • Les bars fermés à partir de minuit en Corse

Le préfet de Corse, Pascal Lelarge, a annoncé dimanche que tous les bars de l’île, désormais placée en zone rouge, devraient désormais fermer à minuit. « Corrélativement, il n’y aura pas de vente d’alcool à emporter ni de transport et consommation d’alcool sur la voie publique à partir de 23 heures », a-t-il ajouté. Le préfet de Corse a en revanche fait savoir que ces mesures ne concernaient pas les activités de restauration.

Selon les données communiquées par l’agence régionale de santé (ARS), la Corse connaît une nouvelle progression importante de l’épidémie depuis trois semaines. « Le nombre de positifs a augmenté de 32 % par rapport à la semaine précédente », a alerté la directrice générale de l’ARS de Corse, Marie-Hélène Lecenne, soulignant que ces taux allaient « encore augmenter ».

Dans les Bouches-du-Rhône, l’un des premiers départements classés en zone rouge avec Paris, la préfecture avait décrété la fermeture des bars et restaurants à 23 heures le 27 août, avant d’assouplir la mesure en imposant, samedi, une fermeture à minuit et demi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Marseille tente de juguler un « rebond inquiétant » de l’épidémie pour éviter un « reconfinement local »
  • Classe de maternelle ou avec des élèves malentendants : le masque inclusif généralisé

Tous les enseignants de maternelle et ceux ayant dans leur classe des élèves malentendants seront bientôt équipés en masques « inclusifs », assure dans Le Journal du dimanche la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel. Ces masques transparents permettent de lire sur les lèvres.

« Plus de 100 000 masques seront fabriqués d’ici à la fin du mois. Des masques transparents, réutilisables, lavables vingt-cinq fois à 60 degrés, qui vont être disponibles en grand nombre dans le courant de l’automne », déclare Mme Cluzel. Ils serviront notamment à « l’éducation nationale, qui va en commander à l’usage des professeurs qui ont un élève sourd et pour tous les enseignants de maternelle », a-t-elle ajouté.

Depuis la rentrée, le masque est devenu obligatoire pour tous les enseignants et les élèves à partir du collège, ce qui peut engendrer des difficultés de compréhension, notamment auprès des personnes sourdes et malentendantes mais aussi des plus petits, en plein apprentissage du langage et de la lecture. Actuellement, cinq modèles de masques transparents sont homologués, dont deux ont été conçus dans des entreprises employant des personnes handicapées, souligne Mme Cluzel dans cet entretien.

Lire aussi Cas de Covid-19 dans les écoles : quelles sont les dispositions prévues ?

En cette rentrée, quelque 385 000 enfants en situation de handicap ont repris le chemin de l’école, 6 % de plus que l’an passé, rappelle la secrétaire d’Etat, sans préciser toutefois le nombre d’enfants privés d’école. Un numéro vert unique a été mis en place pour répondre aux familles, le 0805 805 110 (ou le 0800 730 123, accessible aux personnes malentendantes). Il a reçu « environ un millier d’appels » depuis son ouverture en juillet, « moins que les années précédentes », précise Sophie Cluzel.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Jusqu’ici, tout va bien… » : récit d’une rentrée scolaire presque normale

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply