Advertisements

Coronavirus en France : une lueur d’espoir avec la baisse du nombre d’hospitalisés et de patients en réanimation – Le Monde

Spread the love
Un homme dans les rues de Paris, au 31e jour de confinement en France, jeudi 16 avril

Un homme dans les rues de Paris, au 31e jour de confinement en France, jeudi 16 avril FRANCK FIFE / AFP

Après un mois de confinement, il est encore trop tôt pour relâcher les efforts. Le milieu médical reste prudent sur l’évolution de l’épidémie du Covid-19 en France, après le bilan national quotidien dévoilé dans la soirée, jeudi 16 avril. Celui-ci fait état d’au moins 17 920 morts depuis début mars, en augmentation de 753 décès en 24 heures, a indiqué le directeur général de la santé Jérôme Salomon.

Lire aussi Coronavirus en direct : critiquée, la Chine revoit son bilan avec 1 300 morts supplémentaires à Wuhan

11 060 décès ont été enregistrés à l’hôpital – 417 de plus en une journée – et 6 860 en établissements médico-sociaux (où sont désormais recensés près de 40 % des morts), dont une majorité en maisons de retraites médicalisées (Ehpad). Ce bilan ne comptabilise pas les décès à domicile, plus difficiles à évaluer.

  • La circulation du virus « se stabilise à un niveau élevé »

Le nombre de patients hospitalisés et de patients graves placés en réanimation sont tous deux de nouveau en baisse, suggérant que « la circulation du virus se stabilise à un niveau élevé », a précisé le numéro deux du ministère de la santé.

Le chiffre des personnes hospitalisées s’établit à 31 305, avec, pour le deuxième jour consécutif, un solde négatif de 474. Et le chiffre des patients en réanimation, en baisse depuis le 9 avril, se porte à 6 248, avec un solde négatif de 209.

Lire aussi Coronavirus : la surmortalité en France par âge, sexe et département

Ce chiffre dépasse toujours le nombre de lits de réanimation dont la France disposait avant l’épidémie (environ 5 000) et malgré ces « légères baisses » plusieurs régions connaissent « toujours des tensions » dans les établissements hospitaliers, a souligné M. Salomon.

Interrogé sur le passage d’un éventuel « pic » de l’épidémie, il a répété que, selon les évolutions chiffrées, la situation correspondait à un « plateau », appelant à continuer à respecter confinement et gestes barrière.

  • La date du 11 mai prévue pour un début de déconfinement fait polémique

Après le 11 mai, date annoncée par Emmanuel Macron pour un début de déconfinement, près de 18 millions de personnes à risque, souffrant de maladies chroniques ou tout simplement âgées, devront d’ailleurs rester confinées, a souligné le professeur Jean-François Delfraissy, mercredi, devant la commission des lois du Sénat. Et le déconfinement devra être reporté si des conditions indispensables – un nombre suffisant de tests de dépistage et un système de traçage des contacts des nouveaux cas identifiés – ne sont pas réunies, a-t-il précisé.

Sur ce dernier point, les députés d’opposition Les Républicains ont demandé jeudi un vote de l’Assemblée nationale à l’issue du débat du 28 avril sur les techniques de traçage des données des téléphones pour lutter contre l’épidémie.

Cette éventuelle reprise d’activité dans moins de quatre semaines apporte son lot de polémiques, comme celle liée à l’annonce de la réouverture des crèches et établissements scolaires, à l’exception de l’enseignement supérieur. Plusieurs élus locaux se refusent à rouvrir les écoles à cette date, jugeant cette décision « déraisonnable ». Les critiques sont d’autant plus virulentes que bars, restaurants et salles de cinéma resteront fermés.

Un restaurant fermé sur les Champs-Elysées, à Paris, jeudi 16 avril.

Un restaurant fermé sur les Champs-Elysées, à Paris, jeudi 16 avril. CHARLES PLATIAU / REUTERS
  • Le « off » d’Avignon annulé, Riester évoque de « petits festivals »

L’économie française ne doit plus compter sur les festivals d’été, dont beaucoup ont d’ores et déjà renoncé comme les Vieilles Charrues. Le Festival de Cannes cherche de son côté la parade pour éviter à tout prix une annulation préjudiciable à la filière cinéma, réfléchissant même à une alliance avec la Mostra de Venise.

Après le « in », c’est le festival « off » d’Avignon, considéré comme la plus grande manifestation de théâtre au monde, qui a rejoint jeudi la longue liste des manifestations annulées. De son côté, Franck Riester, ministre de la culture, a provoqué l’« incompréhension » du syndicat du secteur en évoquant la possible tenue de « petits festivals » à partir du 11 mai.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Franck Riester : « Le coût de cette crise pour le secteur culturel va se compter en milliards d’euros »
  • Bercy demande aux grands propriétaires d’annuler 3 mois de loyers pour les petits commerces fermés

Très attendu sur son « plan complet de sortie » du confinement, le gouvernement table désormais sur une chute de 8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020. Et les créations d’entreprises se sont effondrées de 25,5 % au mois de mars, selon l’Insee.

Le plan d’urgence, destiné à soutenir entreprises et salariés, a été adopté en commission à l’Assemblée. Il s’élève désormais à 110 milliards d’euros, avec notamment une prime aux soignants.

Le gouvernement a également demandé aux propriétaires de parcs immobiliers de ne pas percevoir pendant trois mois les loyers dus par les très petites entreprises – « celles qui ont moins de 10 salariés » – obligées de cesser leur activité pour endiguer l’épidémie de Covid-19, a annoncé jeudi le ministre de l’économie Bruno Le Maire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « 25 % des restaurants sont menacés de fermeture définitive » : les restaurateurs inquiets après la prolongation du confinement
  • Plus de 760 000 verbalisations pour violation du confinement

Interrogé jeudi devant la mission d’information du Sénat au sujet de l’épidémie de Covid-19, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a déclaré que sur les 12,6 millions de contrôles effectués par les forces de l’ordre à propos des règles du confinement, 762 106 verbalisations avaient été dressées jusqu’à présent.

Il a en outre dénombré un total de 1 733 gardes à vue pour des cas de violations répétées du confinement depuis la mise en place de ces mesures. « Plus le confinement dure, plus l’exercice est difficile », a fait valoir M. Castaner pointant le risque de « relâchement » pour l’ensemble de la population.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Advertisements

Leave a Reply