Coronavirus en France : présentation du plan de déconfinement, les droits des chômeurs prolongés en mai – Le Monde

Spread the love

Alors que l’épidémie due au coronavirus poursuivait lundi sa lente décrue, Edouard Philippe doit présenter, mardi 28 avril, son plan pour faire redémarrer le pays à partir du 11 mai, date choisie par Emmanuel Macron pour le déconfinement progressif du pays. Samedi, le conseil scientifique a transmis à l’exécutif son avis en la matière.

Lire aussi Coronavirus en direct : comment l’espace urbain peut-il être modifié après le confinement ? Posez vos questions

Tout l’enjeu est de faire repartir l’économie sans provoquer une deuxième vague de l’épidémie, ralentie mais pas stoppée par quarante-deux jours de confinement, le tout dans un climat de défiance persistant des Français, dont une majorité ne fait pas confiance à l’exécutif pour mener à bien le déconfinement.

L’épidémie due au coronavirus a fait 437 morts en France au cours des dernières vingt-quatre heures, dont 295 dans les hôpitaux, portant le nombre de décès à 23 293 depuis le début de mars, selon le bilan établi lundi soir par la Direction générale de la santé. Le nombre de patients Covid-19 en réanimation (4 608) est en baisse pour la 19e journée d’affilée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le plan de déconfinement dévoilé mardi, la méthode de Macron et Philippe critiquée
  • Un plan « ultrapragmatique », six domaines-clés

C’est à 15 heures que le premier ministre doit détailler devant l’Assemblée les règles à appliquer dans six domaines-clés : écoles, commerces, entreprises, tests et isolement des malades, masques et rassemblements.

Quinze jours ont passé depuis le discours du président, Emmanuel Macron. Le délai demandé est tenu. A deux semaines du jour J, les arbitrages de cette stratégie tant attendue ont fait l’objet de six heures de réunion non-stop à l’Elysée lundi. Autour d’Emmanuel Macron, le premier ministre, Edouard Philippe ; le pilote du plan, Jean Castex ; les ministres de la santé et de l’éducation, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer, ont passé en revue les critères sanitaires, les objectifs et les règles dans tous les secteurs.

Quelques grands principes sont déjà connus, comme le retour des élèves à l’école sur la base du volontariat, l’adaptation locale sous la houlette des maires, la réouverture des commerces, sauf les cafés-restaurants, et le masque obligatoire dans les transports en commun.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : gestes barrières, distanciation, flux… les directeurs d’école en première ligne du déconfinement

Le plan présenté mardi doit d’abord porter sur les trois prochaines semaines de mai, avec une clause de revoyure au début de juin, dans un esprit « ultrapragmatique », précise un proche de l’exécutif. Avec trois grands principes : « Progressivité, réversibilité et adaptabilité. » « Le chef de l’Etat et le gouvernement ont un objectif clair : protéger les Français dans un contexte où nous devons vivre avec le virus. D’où des contraintes proportionnées et choisies, et des règles allant du 11 mai à la fin du mois, suivies d’une nouvelle période à partir de début juin », détaille cette source.

Après le discours d’Edouard Philippe, le plan fera l’objet d’un débat de deux heures et demie avec les députés, dont 75 pourront être physiquement présents, puis sera soumis au vote – une procédure qui n’était pas obligatoire. Un vote qui sera « probablement l’une des décisions les plus lourdes qu’un parlementaire aura eu à prendre depuis la seconde guerre mondiale », a observé lundi soir le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, regrettant le peu de temps laissé aux députés pour débattre et juger.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les nombreuses difficultés que doit résoudre l’application de traçage StopCovid d’ici au 11 mai
  • Prolongation des droits en mai pour les chômeurs en fin de droits

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi et sans activité (catégorie A) a augmenté de 246 100 au mois de mars, pour s’établir à un peu plus de 3,7 millions. C’est une hausse record sur un mois (+ 7,1 %). La ministre du travail, Muriel Pénicaud, interrogée dans Le Parisien, lundi, annonce qu’une réflexion avec les partenaires sociaux va s’engager sur les règles de l’assurance-chômage. « Comme en avril, nous avons décidé de prolonger les droits en mai pour les personnes qui se retrouveraient en fin de droits. Cela concerne plusieurs centaines de milliers de personnes », précise la ministre dans cet entretien.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le confinement et ses conséquences

Le Monde avec AFP

Leave a Reply