Coronavirus en France : le port du masque « systématique » à l’école, plus de 4 700 nouveaux cas en 24 heures – Le Monde

Spread the love

Les mauvais indicateurs se poursuivent sur la circulation du virus en France. Ces dernières vingt-quatre heures, 4 700 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés, selon les chiffres publiés jeudi 20 août par Santé publique France (SPF). Ce chiffre représente une progression inédite depuis le déconfinement intervenu à la mi-mai.

Au total, 18 638 personnes ont été dépistées positives au coronavirus sur les sept derniers jours. Et le pourcentage de tests positifs continue à légèrement augmenter, à 3,3 % contre 3,1 % mercredi. 33 nouveaux foyers de cas groupés (clusters) ont été détectés, a aussi fait savoir SPF.

En revanche, le nombre de personnes actuellement à l’hôpital a baissé ces dernières vingt-quatre heures. Au total 4 748 personnes sont hospitalisées pour une infection au Covid-19, contre 4 806 mercredi et 4 823 mardi. Le nombre de patients en réanimation (380) a, en revanche, légèrement augmenté par rapport à la veille (374).

30 480 personnes sont mortes en France depuis le début de l’épidémie (soit 12 décès depuis mercredi), dont 19 969 au sein des établissements hospitaliers et 10 511 en établissements sociaux et médico-sociaux (un chiffre qui date de mardi et sera actualisé le 25 août).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous sommes à un tournant » : inquiétude à Marseille après des signes d’une reprise de l’épidémie de coronavirus
  • Dans les collèges et lycées, un port du masque « systématique »

Alors que de nombreuses interrogations planent sur la rentrée scolaire prévue le 1er septembre, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a exclu tout report, au cours d’une interview jeudi soir sur France 2. Il a également fait savoir que le port du masque sera « systématique » pour tous les adultes et les élèves à partir de 11 ans.

Lire aussi : La communauté éducative s’inquiète à l’approche de la rentrée scolaire

« Le principe, c’est le port par tous les élèves dès lors qu’on est dans un espace clos », a déclaré M. Blanquer, précisant que les adultes étaient eux aussi concernés, même quand la distance physique peut-être respectée et lors du déroulement des cours. Il a, par ailleurs, ajouté que dans des espaces aérés, le port du masque se ferait suivant « l’appréciation locale ».

Interrogé sur les raisons de ne pas imposer le port du masque aux enfants plus jeunes, le ministre de l’éducation nationale répond :

« S’agissant du port du masque pour les enfants de moins de 11 ans, il nous a souvent été dit, par les scientifiques, que c’était plutôt contre-productif parce que les enfants auraient tendance à les enlever aussi vite. »

M. Blanquer n’a, cependant, pas écarté d’imposer le port du masque à partir de la classe de CE2, précisant toutefois que « les avis scientifiques recueillis jusqu’à présent ne vont pas jusque-là ». « Je suis très attentif à ce que disent les sociétés de pédiatrie sur la question », explique-t-il également.

Lire aussi : Les pédiatres « inquiets devant l’organisation de la rentrée telle qu’elle se profile »

Le ministre a ensuite précisé que les masques pour les enseignants seraient fournis « par l’établissement scolaire ». Ceux des élèves devront être fournis par les familles, sauf en cas d’extrême nécessité :

« Le masque pour les élèves est une fourniture comme une autre, comme on vient avec sa trousse ou ses cahiers à l’école, avec désormais les masques lavables. Evidemment, dans les cas les plus extrêmes, on sera capable de fournir des masques aux enfants si nécessaire. »

  • Un vaccin « dans les prochains mois », veut croire Macron

Au cours d’une conférence de presse avec Angela Merkel au Fort de Brégançon, jeudi après-midi, le président de la République, Emmanuel Macron, a toutefois voulu se montrer optimiste et a estimé qu’il existait des « perspectives raisonnables » d’obtenir un vaccin contre le coronavirus « dans les prochains mois ». « Cela ne va pas régler les problèmes des prochaines semaines, mais des prochains mois », a ajouté M. Macron, se félicitant de la coordination européenne dans la recherche du vaccin.

« Nous avons amélioré la coopération européenne sur le vaccin ensemble, en associant beaucoup d’autres Etats et la Commission, pour d’abord encourager nos industriels qui recherchent un vaccin, a-t-il rappelé. Et pour nous assurer que nous aurons les capacités de les produire et les livrer à nos populations quand ils seront disponibles. »

Lire aussi Coronavirus dans le monde : 40 000 personnes vont tester le vaccin russe

Le Monde avec AFP

Leave a Reply