Coronavirus : Emmanuel Macron «assume totalement» le choix d’avoir maintenu les municipales – Le Figaro

Spread the love

Emmanuel Macron est omniprésent dans le champ médiatique. Après une allocution télévisée diffusée lundi, le chef de l’État revient dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Le Point sur les dernières semaines de gestion de la crise du Covid-19.

L’occasion pour lui «d’assumer totalement» ses choix, notamment celui du maintien du premier tour des élections municipales. S’il confie avoir douté et admis un temps leur annulation, le président de la République prend l’entière responsabilité du maintien après consultation du conseil scientifique. «Si le Conseil scientifique m’avait dit que les maintenir mettrait la santé des Français en danger, je ne les aurais pas maintenues. J’assume totalement la décision. Si le Conseil scientifique nous éclaire par des avis, il y a tout au long de cette crise un ordre politique et un ordre scientifique. Les choix politiques sont faits par le pouvoir démocratique», affirme-t-il.

Il rappelle par ailleurs le consensus de la classe politique sur le sujet. «Le Premier ministre a consulté toutes les forces politiques et personne n’a pensé qu’il fallait les reporter. Il en est de même lorsque je consulte Richard Ferrand et Gérard Larcher.» Et sur un éventuel coût sanitaire du maintien des municipales, Emmanuel Macron estime que «les gens ont sans doute été davantage contaminés ces jours-là dans les bars ou les sorties en plein air que dans les bureaux de vote.»

Quant à Agnès Buzyn, qui avait suscité la polémique à la suite d’un entretien au Monde dans lequel elle qualifiait les municipales de «mascarade», le chef de l’État rend hommage au travail de son ancienne ministre de la Santé devenue en cours de route candidate aux municipales à Paris. «Ce n’est pas du tout une polémique !», récuse-t-il, confiant que sa candidature dans la capitale est un choix de l’ex-ministre. Il confirme aussi qu’elle l’a alerté très tôt sur l’imminence de la crise sanitaire.

«Je refuse aujourd’hui de recommander le port du masque pour tous»

Jugé brouillon dans sa communication sur le port du masque, recommandant un jour au grand public de les réserver aux soignants, puis apparaissant le lendemain lui-même avec un masque sur le visage, Emmanuel Macron s’explique. «Dès le début de la crise, nous faisons le choix de gérer la distribution et de prioriser les personnels soignants et les personnes les plus exposées. Je refuse aujourd’hui de recommander le port du masque pour tous et jamais le gouvernement ne l’a fait», rappelle-t-il. Pour trancher de façon lacunaire : «Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible.»

Au sujet de la pénurie des protections faciales, il botte cette fois-ci en touche. «On me fait le procès d’il y a quinze jours, mais moi, sur les stocks, je ne ferai pas le procès de mes prédécesseurs, même si parfois ce serait plus facile…», sourit-il. Avant d’ajouter : «Et puis, sincèrement, bien malin est celui qui aurait pu annoncer qu’en Chine, l’épicentre de la production serait submergé par l’épidémie».

» À voir aussi – L’épidémie de coronavirus «a révélé des failles», concède Emmanuel Macron

Leave a Reply