Coronavirus : de nouvelles mesures de confinement en France avant la prise de parole de Macron à 20 heures – Le Monde

Spread the love

Le bilan de l’épidémie due au coronavirus a grimpé dimanche 15 mars à 127 morts et 5 423 cas confirmés en France, soit 36 morts et plus de 900 cas supplémentaires en vingt-quatre heures, la plus forte augmentation quotidienne des cas et décès depuis l’apparition du virus dans le pays, qui est officiellement entré samedi dans le stade 3 de l’épidémie. Plus de 400 personnes sont hospitalisées dans un état grave.

Emmanuel Macron a réuni à midi un déjeuner de travail « en format Conseil de défense », afin de décider des nouvelles mesures à prendre pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Il s’exprimera lundi à 20 heures à la télévision sur les nouvelles mesures de lutte contre l’épidémie de coronavirus qui s’étend, a indiqué l’Elysée.

En direct : La France face au coronavirus : la Poste restera ouverte, les parcs de Paris fermeront
  • Quels commerces resteront ouverts ?

Grandes surfaces, commerces alimentaires, pharmacies, marchands de journaux, pompes funèbres ou banques : le gouvernement a fait la liste des commerces qui pourront ouvrir dans le cadre des mesures de confinement, dans un arrêté paru lundi 16 mars au Journal officiel.

Le gouvernement ordonne depuis dimanche la fermeture des lieux « non indispensables », dont notamment les restaurants et les bars, mais un flou demeurait sur les commerces autorisés à ouvrir. Le premier ministre, Edouard Philippe, avait évoqué samedi les magasins alimentaires, les pharmacies, les banques, les bureaux de tabac et les stations-essence. L’arrêté liste, entre autres, les commerces suivants autorisés à rester ouverts :

– les grandes surfaces de différentes tailles ;

– les supérettes, supermarchés et hypermarchés ;

– les boulangeries ;

– les commerce de détail alimentaire sur éventaires et marchés ;

– les boucheries, poissoneries et primeurs ;

– les revendeurs d’équipements d’automobiles et de deux-roues ;

– les fournisseurs des agriculteurs ainsi que leurs équipementiers ;

– les vendeurs et réparateurs d’ordinateurs ou de téléphonie ;

– les blanchisseries ;

– les services funéraires.

Sur un autre plan, les lieux de cultes, comme les églises, resteront ouverts mais ne peuvent accueillir plus de vingt personnes, sauf en cas d’enterrements pour lesquels aucune limite n’est donnée.

La SPA, comme toutes les associations de protection animale, va fermer au public tous ses refuges jusqu’à nouvel ordre. Les vétérinaires sont autorisés à ouvrir, tout comme les commerces « d’aliments et de fournitures pour les animaux de compagnie ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’exécutif réfléchit au confinement des Français
  • La situation « se détériore très vite »

A Lyon, le 16 mars.

A Lyon, le 16 mars. PHILIPPE DESMAZES / AFP

La situation de l’épidémie de coronavirus en France « est très inquiétante » et « se détériore très vite », a déclaré lundi sur France Inter le directeur général de la santé Jérôme Salomon, craignant une éventuelle « saturation » des hôpitaux :

« Le nombre de cas double désormais tous les trois jours », mais « je voudrais surtout que nos concitoyens se rendent compte qu’il y a des personnes qui sont malades, en réanimation et dont le pronostic vital est engagé, et ces personnes se chiffrent en centaines ».

« Il y a une inquiétude que cette rapidité de l’épidémie entraîne une saturation du système hospitalier français, ce que nous voulons absolument éviter », a déclaré Jérôme Salomon, citant notamment la situation difficile en Alsace et en Ile-de-France, et appelant une nouvelle fois à la responsabilité de la population, reprenant à son compte le « cri d’alerte » lancé par les soignants : « Reste chez toi, c’est aussi simple que ça. »

Un avis de gros temps dans les établissements de santé observé également par le professeur Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital parisien Georges-Pompidou, qui a indiqué sur LCI lundi : « on voit la vague arriver », certains services de réanimation « sont totalement débordés, d’autres montent en charge ». En région parisienne, « on a assisté à un doublement du nombre de patients hospitalisés en réanimation (…) en trois jours », a-t-il ajouté. Selon lui, pour y parvenir, « il n’y a pas dix solutions, il n’y en a qu’une, (…) il faut confiner la population ».

Lire aussi D’où vient le coronavirus ? Comment s’en protéger ? Nos réponses à vos questions pour mieux comprendre l’épidémie
  • Restrictions : « toutes les mesures » envisagées

En matière de restrictions, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a qualifié lundi de « fake news » les rumeurs d’un confinement total immédiat qui circulaient la veille mais a affirmé que le gouvernement prendrait « toutes les mesures » qui permettront de « modifier en profondeur les comportements » face au coronavirus :

« Cette histoire de décret [dès dimanche sur un confinement de la population] était une fake news. Il n’en reste pas moins que nous prendrons toutes les mesures qui peuvent être utiles pour faire en sorte de modifier en profondeur les comportements ».

Ce lundi représente par ailleurs le « jour J » pour la fermeture des écoles. Elèves, parents et enseignants entrent en terrain inconnu et devront organiser des cours à la maison pour éviter la propagation du coronavirus, même si, pour beaucoup et malgré les annonces du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur des outils à distance, c’est encore « le grand flou ».

Lire aussi « C’est la mère de ma femme qui me l’a dit » : le coronavirus à l’heure des rumeurs par messagerie instantanée
  • La RATP réduit son offre mardi

Les transports en commun exploités par la RATP à Paris et dans son agglomération seront réduits mardi, a annoncé l’opérateur après avoir déjà observé une chute de moitié de la fréquentation ce lundi. Deux métros sur trois seront en circulation mardi, 70 % des bus et tramways, 60 % des RER B et la moitié des RER A, a annoncé le groupe, précisant que ces prévisions étaient « évolutives » avant d’éventuelles annonces du gouvernement.

Lire aussi : comment les transports doivent s’adapter à la baisse de fréquentation et assurer le service
  • Fermeture des parcs et jardins parisiens

Les parcs et jardins de la ville de Paris seront fermés mardi pour une durée indéterminée afin d’« amplifier » les mesures visant à freiner l’épidémie du coronavirus, a annoncé lundi la mairie de Paris. Cette décision a été prise après les réactions suscitées par les images montrant de nombreux parisiens massés dans des parcs parisiens pour y prendre le soleil alors que la France venait de passer au stade 3 de la lutte contre l’épidémie et avant de nouvelles décisions attendues d’Emmanuel Macron.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Un si bon dimanche » : récit de ce jour où les Français ont voulu s’accorder un dernier moment d’insouciance
  • Deux nouveaux députés atteints

Les députés LR Guy Teissier et LREM Sylvie Charrière ont annoncé dimanche et lundi être atteints par le coronavirus, qui touche fortement l’Assemblée, où la date de reprise des travaux est incertaine et suspendue aux annonces de l’exécutif. Une quinzaine de députés sont contaminés à ce stade, mais ce chiffre pourrait être sous-estimé, car il ne s’agit que des parlementaires qui ont effectué les tests de dépistage.

  • La réforme de l’indemnisation du chômage est reportée

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a annoncé le report au 1er septembre de la réforme de l’indemnisation du chômage, qui devait entrer en vigueur le 1er avril.

Elle a également annoncé la mise en place d’un « système similaire au chômage partiel » pour les personnes employées à domicile (assistantes maternelles, femmes de ménage…) qui n’ont plus de travail ou ont moins de travail. Les employeurs continueront de les rémunérer à hauteur de 80 % de leur salaire habituel et ils se feront ensuite rembourser. Pour les travailleurs indépendants, une décision sera prise dans les heures ou les jours qui viennent, a indiqué Mme Pénicaud. La perte de leur chiffre d’affaires sera indemnisée « soit par un fonds d’indemnisation, soit une dérogation aux arrêts maladie », a expliqué Mme Pénicaud.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la réforme de l’assurance-chômage repoussée de cinq mois
  • Suspension du chantier de restauration de Notre-Dame

FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le chantier de restauration de Notre-Dame de Paris est « mis en sommeil jusqu’à nouvel ordre », ont indiqué au Monde les responsables de l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale. Le général Jean-Louis Georgelin, président de l’établissement, a pris cette décision en fin de matinée après une réunion avec le maître d’ouvrage, les architectes et les entreprises.

« Ce choix de mise en sommeil est notamment lié au fait que les installations de décontamination du plomb ne permettent pas de respecter la distance sanitaire d’un mètre entre les intervenants », explique-t-on à l’établissement public. Actuellement, environ quatre-vingt personnes travaillent quotidiennement sur le chantier de la cathédrale. Le démontage de l’échafaudage, qui entourait la flèche, devait démarrer dans les prochaines semaines.

  • Les voyagistes français reportent les départs

Les voyagistes français ont annoncé le report de tous les départs prévus jusqu’au 31 mars et indiquent traiter « au cas par cas » les demandes de retour anticipé pour les voyageurs déjà sur place. Cette décision a été prise « devant l’impossibilité d’assurer les prestations à destination et l’incertitude des retours », indiquent dans un communiqué commun le Seto (syndicat des tour-opérateurs) et les Entreprises du voyage (agences de voyage).

Lire aussi Coronavirus : quels pays ont réduit l’accès à leur territoire aux Européens ?
Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply